Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
A) Les techniciens, les chercheurs
Les ouvriers contre l’état, p. 87-88.
Article mis en ligne le 12 juin 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

A partir du moment ... où le produit individuel est transformé en produit social, en produit d’un travailleur collectif dont les différents membres participent au maniement de la matière à des degrés très divers, de près ou de loin, ou même pas du tout, les déterminations du travail productif, de travailleur productif, s’élargissent nécessairement. Pour être productif, il n’est plus nécessaire de mettre soi-même la main à l’oeuvre ; il suffit d’être un organe du travailleur collectif ou d’en remplir une fonction quelconque. La détermination primitive du travail productif, née de la nature même de la production matérielle, reste toujours vraie par rapport au travailleur collectif considéré comme une seule personne, mais elle ne s’applique plus à chacun de ses membres pris à part ... Désormais la notion de travail productif ne renferme plus simplement un rapport entre activité et effet utile, entre producteur et produit, mais encore et surtout un rapport social qui fait du travail, l’instrument immédiat de la mise en valeur du capital".

Marx

Il est temps, maintenant que nous avons défini la classe ouvrière comme le travail vivant abstrait face au travail objectivé, face au capital et contre lui, de revenir au problème de la science à propos de l’organisation scientifique du travail.
Nous avons essayé de montrer comment la science est un moment capitaliste du contrôle politique sur les mouvements de classe, à partir de Taylor, de l’automation et de la cybernétique. Voyons donc la science, telle qu’elle est donnée, dans le mode de production capitaliste, toute entière contre les ou­vriers.
"Toutes les applications, fondées sur du travail social apparaissent elles-mêmes comme moyens d’exploitation du travail ..., donc comme forces du capital vis-à-vis du travail ... Et c’est ainsi que le développement des forces productives sociales du travail et que les conditions de ces développements apparaisssent comme fait du capital vis-à-vis desquels l’ouvrier n’a pas seulement un comportement passif, mais qui se produisent contre lui" [1].
Gardons toujours en tête l’unité matérielle objective du travail salarié, du travail vivant en géné­ral, de la réduction inéluctable du travail complexe à du travail simple.
"Le même développement qui crée une surabondance relative de travail ordinaire simplifie d’au­tre part le travail qualifié et ainsi le déprécie..." [2].
C’est ce point qui doit constituer le critère, le point de référence de toute pratique politique d’or­ganisation autour d’objectifs. La recherche, le secteur des "employés" et des techniciens voient de plus en plus se réduire toute forme de travail à du travail industriel. Dans tous ces secteurs, au­jourd’hui, on peut affirmer que la figure du technicien-chercheur type se confond avec celle du travail abstrait. On pourra bien sûr nous citer autant de cas particuliers de chercheurs et de techniciens qui se voient épargnés, et qui peuvent encore nourrir l’illusion de pratiquer un type de travail qui appartient à l’archéologie du capital. Ils ne sont d’ailleurs que le prix politique que le capital paye pour construire le chantage au travail. Les statiticiens sont là pour accréditer que les laboratoires scienti­fiques marchent encore sur le vieux modèle de la promotion sociale, ou que les directeurs de re­cherche sont plus nombreux qu’on ne le penserait. Nous opposons à l’idéologie, aux vieux scrupules de ceux dont c’est le métier d’en avoir, les intérêts de ceux qui constituent la majorité de la force de travail employée dans la science et la technologie. Combien de fois n’a-t-on pas entendu cette phrase creuse et paraysante : parallèlement au processus de déqualification se produit un processus de requali­fication, et tout cela est bien compliqué etc. Le travail vivant laisse cette dialectique à deux sous, aux représentants du capital et aux syndicalistes impénitents. Car cette déqualification, qui peut entraîner momentanément une certaine requalification, est toujours limitée dans son application ; elle touche une portion infime de la force de travail affectée par la modification du procès de travail ; elle est aussi limitée dans le temps. Cette qualification est le prix momentané que le capital accepte de payer pour at­taquer et décomposer l’unité de classe.
Enfin disons à tous les "progressistes" qui vantent l’augmentation des connaissances requises dans l’organisation de la production, et qui croient naïvement pouvoir en déduire que la qualification de la force de travail augmente, que ce processus veut dire à la fois et toujours la qualification du travail et la déqualification de la force de travail, de la marchandise force de travail. Et comme toute force de travail consommée comme une marchandise particulière, et payée sous forme de salaire, le travail vivant qui valorise le capital, ingénieurs, techniciens, chercheurs, etc. se trouve de plus en plus coïncider avec le travail abstrait. C’est ce fil rouge qui parcourt les expériences récentes de refus du travail, d’en­nui, de dégoût de la science, de la recherche qu’on retrouve aux Etats-Unis ou en Europe [3]. Il ne s’agit pas là, contrairement à ce que voudrait faire croire l’idéologie socialiste du mouvement ouvrier of­ficiel, d’un phénomène subjectif, d’une sorte d’expérience infra-politique. Ce qui devient insupportable aux chercheurs par exemple ce n’est pas la "fin" de la science (faire marcher le capitalisme) au sens où il suffirait de leur proposer comme but, la construction du socialisme pour voir s’évanouir leur dé­goût. C’est l’organisation générale de la société usine du capital et de son despotisme sur le travail vi­vant, telle qu’elle est ressentie tous les jours au travail, qui est rejetée et haïe. C’est autour du refus du travail vivant en général, de se plier au despotisme du travail, autour de refus du travail, du refus de la science en tant qu’elle est condition de ce despotisme, que peut être organisée l’unité, la recompo­sition politique de la classe ouvrière depuis l’O.S. jusqu’aux chercheurs, techniciens, projeteurs, emplo­yés des entreprises, d’ingénièrie.
Il ne s’agit pas d’une affaire d’opinion, de "niveau de conscience" de "ralliement ou de con­version" idéologique [4] car toutes ces idées reposent encore sur l’idée de l’alliance entre les couches sociales. L’élément unifiant, le fil conducteur de ces luttes engagées contre l’organisation globale de la production, contre le pouvoir capitaliste de valorisation à travers la consommation de la marchan­dise force de travail, n’est jamais idéologique ; il reste étroitement collé à la situation réelle de la force de travail dans la société-usine, celle du travail abstrait.
Si tout le travail abstrait s’organise face au capital, lui abandonne toutes les querelles sur les "conditions du travail" sur la "qualité du travail", et lui oppose le refus du travail et non pas le refus de l’organisation de la production au nom d’une utopie d’un juste travail, et la satisfaction im­médiate de ses besoins, alors s’écroule pour le capital la possibilité de contrôler politiquement les con­ditions de réalisation de la plus-value. C’est là que l’organisation des luttes des techniciens joue un rôle particulièrement important : en effet, si l’insubordination politique gagne massivement les techni­ciens et les chercheurs, il devient impossible au capital de contrôler le moment de son plan qu’est la science et l’innovation technologique, ainsi que de lui faire remplir le rôle qui lui est imparti : à tra­vers la contruction de nouveaux cycles productifs, parvenir à casser le rapport de force conquis par le travail vivant au sein du cycle précédent.
C’est seulement si l’on voit les techniciens comme une section de la classe ouvrière, du travail abstrait, que, ce qui a été exposé précédemment sur le salaire et le cycle, sur le mot d’ordre d’augmen­tations de salaire égales pour tous, sur le salaire politique, pourra servir de vecteur à l’organisation po­litique.
Et cela dans le dessein de voir la classe ouvrière avec tout le poids politique dont elle est capable, de devancer toute initiative capitaliste de reconstruction de nouveaux cycles (fondés sur la para-chimie ou l’électronique par exemple), bref de ne pas se borner à organiser la misère à l’intérieur du capital en lui laissant le terrain libre par ailleurs.

Notes :

[1Marx, Chapitre VI du 1er Livre du Capital, p. 81.

[2Marx, Salaire, Prix et Profits.

[3Voir par exemple pour le thème de l’ennui, du dégoût du travail chez les ingénieurs, les chercheurs, les dessinateurs etc... Labo Contestation.

[4Ce sont les expressions employées par André Gorz dans un essai - Division du travail, Hiérarchie, luttes de classes. Temps modernes n. 301-302 Août-Septembre 1971.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53