Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Paix, pain, liberté
Article mis en ligne le 22 mai 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

AVANT-PROPOS

On entend souvent les socialistes radicaux des différentes tendances dire : le plus importante dans le moment présent, est de "révolutionner les masses". C’est tout à fait mon avis. Mais cela dépend de ce que l’on entend par "révolutionner les masses". Le Bremer Bergerzeitung a défini récemment cette expression ainsi : "La classe ouvrière européenne doit s’emparer partout du pouvoir politique, puis conclure une paix qui supprime toute oppression". C’est le projet des zimmerwaldiens et des léninistes. Mais comment se représente-t-on l’exécution de ce plan ? En pensant peut-être que les masses se décideront à agir en ce sens par de simples exhortations ? Si l’on a cela en tête, alors je me dois, quant à moi, de désapprouver. Car ce serait là une tentative d’entraîner artificiellement, par des paroles d’encouragement, la classe ouvrière européenne dans une action à laquelle elle n’est pas parvenue d’elle-même. Même si cette tentative aboutissait, même si la classe ouvrière européenne, emportée par les paroles exaltantes de révolutionnaires illustres et par l’exemple de leur sacrifice, se saisissait réellement du pouvoir dans les grands Etats belligérants, le résultat ne serait vraisemblablement guère différent de celui qu’il a toujours été dans la série séculaire des révolutions, depuis la nuit de l’antiquité jusqu’à notre époque : les révolutionnaires illustres seraient très vite sacrifiés, et apparaîtraient à leur place des aventuriers égoïstes qui pousseraient les masses laborieuses, encore et toujours menées comme des moutons, d’un joug à un autre, d’une exploitation à une autre. Si la classe ouvrière doit donner le jour au socialisme et ainsi en finir avec toute exploitation et toute servitude, elle doit être mûre pour cela par elle-même, et non pas osciller entre un chef ou un autre en fonction de sa séduisante réputation. La pensée qui veut que la classe ouvrière parvienne à son salut grâce au génie éminent ou à l’enthousiasme débordant de certains chefs, est une pensée de nature foncièrement conservatrice (donc réactionnaire). Car ce qui est précisément à la base de cette pensée, c’est la chose suivante : d’eux-mêmes, les ouvriers n’y arriveront pas, et donc, nous devons, nous qui leur sommes supérieurs intellectuellement, ou moralement, ou en détermination, les y entraîner. Les conservateurs ne disent finalement rien d’autre lorsqu’ils affirment que la masse du peuple n’est malheureusement pas à même de prendre soin d’elle-même, et que par conséquent les gens haut-placés doivent la diriger.
Tout ce qui va dans ce sens est, selon ma conviction, réactionnaire, même si l’on prétend le contraire en toute sincérité. Est en revanche réellement révolutionnaire, selon ma conviction, tout ce qui rapproche la classe ouvrière de la maturité et de l’autonomie. Font partie de cela, avant toutes choses, l’expérience et la juste évaluation de la réalité, le fait d’éviter les illusions que l’on se fait sur soi-même et qui nous font si souvent voir les choses non telles qu’elles sont mais telles que nous les souhaitons.
L’illusion que l’on se fait sur soi-même est un des ennemis les plus dangereux du mouvement ouvrier qui juge en fonction de sa propre volonté. C’est pourquoi je considère tout ce qui vise à détruire impitoyablement le fait de se faire des illusions comme l’un des moyens les plus importants pour révolutionner la classe ouvrière. Et l’intention du présent écrit est d’œuvrer dans ce sens.

Berlin-Lichterfelde, 15 septembre 1917. Julian Borchardt

P.S. :

Paru pour la première fois en langue française dans la revue (Dis)continuité n° 3 - octobre 1998

Note de (Dis)Continuité : Contrairement à notre habitude, nous ne donnons ici que l’introduction de ce texte plus intéressante que le texte lui-même. Nous pouvons envoyer la traduction de la brochure dans son intégralité à toute personne qui en fera la demande.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53