Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Réfléxions anti-scientifiques
{Le Flambeau}, n°13, 16 mars 1902.
Article mis en ligne le 5 novembre 2014
dernière modification le 4 novembre 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

De toutes les théories sociales, c’est l’idée naturienne - état naturel - sans contredit, la plus facilement réalisable pour cette bonne raison qu’une chose simple est plus facile à établir qu’une chose compliquée. Or, la civilisation - même anarchiste - c’est la complication de la vie, tandis qu’un état social naturel, c’est la simplification de l’existence.

*

En supposant qu’à l’état naturel, la reproduction devienne un embarras, il serait, je crois, logique, et cela sans sortir de l’ordre naturel, qu’on la limite. Et je trouve encore naturel d’aimer la femme, seulement au point de vue charnel, sans procréer ou pour procréer. Il me semble qu’aimer les enfants ou ne pas les aimer sont deux affections aussi naturelles l’une que l’autre.

*

Autrefois, l’on vivait mieux, car les maux actuels déchaînés par la Civilisation : Patrie, Clergé, Autorité, Syphillis, Tuberculose, Travail forcé, Artificiel, Sciences, Prostitution, n’existaient - ou peu - pas encore. Aujourd’hui, à trente ans, un homme est considéré, comme vieux, ou à peu près. N’oublions pas qu’à l’état naturel, on vit jusqu’à cent vingt ans.

Henri ZISLY.

P.S. :

Texte publié dans Naturiens, végétariens, végétaliens et crudivégétaliens dans le mouvement anarchiste français (1895-1938), Supplément au n°9, Série IV, de la revue Invariance, paru en Juillet 1993.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53