Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
L’Armée "rouge et la classe ouvrière
{Le Réveil Prolétarien}, Numéro Spécial, Mars 1944
Article mis en ligne le 6 juin 2014
dernière modification le 23 mai 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Incontestablement, l’avance de l’armée "rouge" est le fait politique dominant. Depuis novembre 1942, les Russes mènent leur offensive avec une vigueur inlassable, sans scrupules pour les pertes humaines et matérielles. L’armée hitlérienne est battue en Russie, elle a perdu presque tout le terrain qu’elle avait gagné au début. Aujourd’hui l’armée russe est arrivée aux frontières de Roumanie, de Pologne et Hongrie. L’occupation subite de la Hongrie met en évidence la crise dans laquelle se débat l’armée allemande. À coup sûr, l’avance de l’armée russe précipite les événements militaires et pose devant le monde des questions politiques d’une gravité pleine d’angoisse et d’espérance.
Le bourgeois et le petit bourgeois sentent approcher la menace "bolchevik", ils tremblent pour leur livret de caisse d’épargne, et à travers leur compte en banque ils redeviennent plus ou moins "patriotes" anticommunistes. Par contre la classe ouvrière attend que ce soit l’armée rouge qui porte le coup décisif au fascisme, donnant le signal de la "libération".
Le bourgeois et l’ouvrier se trompent !
Le bolchevisme révolutionnaire du temps d’Octobre 1917 n’existe plus, l’ancienne armée rouge de la guerre civile non plus. Le parti communiste russe est devenu une classe nouvelle qui exploite les masses ouvrières russes cruellement comme dans un pays capitaliste et l’armée s’est changée en un instrument docile pour assurer la domination de cette nouvelle classe. Staline a décapité les anciens cadres de l’armée rouge du temps de la guerre civile, les compagnons de Lénine ; ce sont des officiers blancs qui commandent dans l’armée "rouge" d’aujourd’hui, des nouveaux arrivistes et des bureaucrates. Il suffit de se rappeler que tous les grades de l’ancienne armée tsariste : généraux, maréchal, etc. sont introduits, les décorations les plus hautes portent les noms des anciens généraux tsaristes comme Suwarov, Kutusow, etc. ; les anciens emblèmes tsaristes disparus depuis 20 ans sont revenus aussi ! Toute la hiérarchie militaire de nos armées bourgeoises que nous connaissons si bien sévit dans cette soi-disant armée rouge. Dans aucune autre armée l’abîme entre la caste des officiers et les soldats n’est si vaste. Voilà la preuve : l’ancien règlement militaire de l’armée rouge fut complètement aboli le 12 octobre 1940 et remplacé par un nouveau règlement stipulant :
Les officiers de l’armée rouge ont le droit de faire usage de leur arme à feu, c’est-à-dire de fusiller les soldats sous leurs ordres dans tous les cas d’insubordination, sans consulter les autorités supérieures et sans constituer un tribunal martial.
Le journal militaire de l’armée "rouge", "L’Étoile Rouge", commente le 15 octobre 1940 ce règlement dans les termes suivants : L’officier qui punit de cette manière un soldat désobéissant n’est responsable devant personne pour l’acte commis, bien au contraire, il peut lui-même être rendu responsable s’il néglige de faire usage de son droit en cas d’insubordination.
Voilà l’esprit révolutionnaire dans l’armée "rouge" d’aujourd’hui.

QUE PEUT NOUS APPORTER L’ARMÉE "ROUGE" ?

Et toi, ouvrier qui lis ces lignes, tu penses certainement que nous sommes des vendus, des contre-révolutionnaires (les staliniens te diront que c’est un tract de la Gestapo) parce que tu attends la libération de l’avance de l’armée rouge, l’heure de vengeance sur l’ennemi de classe. Tu as tort, nous sommes des ouvriers comme toi, seulement nous jugeons d’après les faits, nous voyons que la Russie de Staline n’est plus celle de Lénine. La révolution d’Octobre est noyée dans une marée de sang, ce n’est plus la face de la révolution d’Octobre que nous voyons, mais la réaction caractérisée.
Regarde avec nous, camarade, l’exemple de l’Italie !
Le gouvernement soviétique a été le premier et jusqu’à aujourd’hui le seul qui ait reconnu le gouvernement de Badoglio et du Roi Victor Emmanuel ! Pourquoi ? Nous ne savons pas exactement. Pour gagner de vitesse les alliés ? Pour des buts politiques ou militaires ? Nous ne pouvons pas dire. Mais, camarades, nous savons que depuis la chute de Mussolini les 5 partis antifascistes d’Italie demandent sans cesse l’abolition de la monarchie, ils ont refusé de former un nouveau gouvernement avec le roi et Badoglio ! Et maintenant ? L’arrivée en Italie du leader communiste italien Ercoli nous ouvre les yeux. Ercoli n’a pas tardé de déclarer : "Nous sommes pour un gouvernement qui embrasse tous les partis démocratiques, nous sommes pour une armée forte pour mener la guerre contre l’Allemagne !"
La radio de Londres a commenté cette déclaration ainsi : Il est évident que maintenant le parti communiste renonce au renversement de la monarchie.
Le gouvernement soviétique a demandé le remaniement du gouvernement Badoglio et Londres a donné son consentement. Voilà camarades les faits qu’il faut comprendre. Staline et la bureaucratie russe jouent un rôle réactionnaire, ils soutiennent les forces réactionnaires en Europe pour rester au pouvoir en Russie.
La classe ouvrière n’a rien à attendre de la "libération" par l’armée "rouge" ou par les armées anglo-saxonnes, la reprise de Kharkov n’est pas une victoire de la révolution pas plus que l’occupation de la France par l’impérialisme allemand ou l’invasion anglo-saxonne de la Sicile ou de l’Italie du Sud. Avoir confiance dans les autres est une faiblesse qui se paie cher. Il faut combattre l’impérialisme et la guerre sur le terrain de la lutte de classes, opposer la fraternisation des ouvriers et des soldats à la haine du "boche" et du "bolchevik", la libération de la classe ouvrière par sa dictature au lieu de la croyance dans une quelconque armée. Sans compromis, sans équivoque, sans alliance avec la bourgeoisie, sans tactique super-intelligente, c’est la lutte révolutionnaire qu’il faut mener contre la guerre impérialiste pour la révolution prolétarienne.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53