Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Révolution et contre-révolution en Allemagne
Le Réveil Prolétarien n°12 - Septembre 1944
Article mis en ligne le 6 juin 2014
dernière modification le 15 mai 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

La situation en Allemagne s’aggrave de jour en jour. L’impérialisme allemand est près de son effondrement. Le peuple allemand las de 5 années de guerre et de plus de 10 ans de terreur nazie commence à bouger. Les avant signes d’un grand bouleversement sont nombreux : désertion croissante des soldats, manifestations contre le régime nazi des ouvriers, une grande partie des ouvriers étrangers commencent à déserter leur lieu de travail, et les fissures entre la Wehrmacht et le parti national-socialiste se distinguent plus ouvertement. Le peuple allemand est convaincu que la guerre est perdue, son prolongement ne signifie rien d’autre qu’un essai de sauver la clique nazie dirigeante.
Pour venir à bout de cette inquiétude croissante les nazis ont déclenché une vague de terreur. Himmler, chef de la Gestapo, est maître de la situation ; pour empêcher un mouvement révolutionnaire quelconque, il fait la chasse à tous les hommes susceptibles de former une opposition ou un gouvernement après Hitler.
Tous les anciens députés du Reichstag qui ne sont pas devenus nazis sont arrêtés, même les chefs bourgeois comme Neurath et Schacht, etc. Hitler et ses fidèles organisent la contre-révolution avant qu’un mouvement prolétarien puisse éclater. La contre-révolution intérieure domine encore, mais bientôt elle va céder à la pression de plus en plus forte du prolétariat allemand.
La contre-révolution extérieure elle aussi marche. Les Russes et les Anglo-saxons poursuivent le même but : empêcher une révolution prolétarienne. Déjà les impérialistes alliés sont en pourparlers avec les chefs de la bourgeoisie allemande pour sauver l’Allemagne capitaliste. Les buts impérialistes se précisent : l’occupation de l’Allemagne pour une période de 20 ans, morcellement de l’Allemagne et dépeuplement en même temps. Les contradictions impérialistes se dessinent nettement avant la victoire. L’impérialisme américain et anglais veut écraser définitivement le concurrent allemand, contrôler et exploiter l’économie européenne pour leurs fins impérialistes. L’impérialisme russe, lui, poursuit un autre but. Il demande la reconstruction de ce que l’impérialisme allemand a détruit en Russie, il demande 10 millions d’ouvriers allemands comme main-d’œuvre à bon marché.
Il est évident que les Russes n’ont aucun intérêt de détruire l’économie allemande ou d’accepter le contrôle complet par les Anglo-saxons, ceci empêcherait justement le reconstruction de l’économie russe. D’ailleurs, l’Allemagne capitaliste étroitement liée avec la Russie sera un contrepoids précieux contre l’impérialisme américain, peut-être le nouveau partner d’un nouveau conflit impérialiste.
Sans la révolution prolétarienne une nouvelle guerre impérialiste est inévitable. Révolution et contre-révolution se mesurent aujourd’hui en Allemagne. La tâche de l’ouvrier français consiste à soutenir de toute sa force la révolution. Il faut démasquer la politique chauvine des partis staliniens et socialistes qui vous enchaînent à votre propre bourgeoisie et vous bourrent le crâne pour continuer la guerre.
Le seul moyen de soutenir la révolution allemande est de combattre sa propre bourgeoisie.
Pour la fraternisation des exploités de tous les pays :

À BAS LE GOUVERNEMENT IMPÉRIALISTE DE DE GAULLE !
À BAS LA GUERRE IMPÉRIALISTE !
EN AVANT POUR LA RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE ET MONDIALE !




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53