Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Les termites
{Marge}, n°3, Septembre-Octobre 1974, p. 3.
Article mis en ligne le 14 mars 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Non contents de pourchasser les toxicos dans la rue, le métro, les squares, les quais, les flics s’en prennent maintenant aux centres de post-cure.
Déjà, les forces de répression brillaient par leurs actions d’éclat, en matraquant les manifestants gauchistes et anars qui ont toujours le tort de vouloir un peu moins d’injustice et d’oppression dans cette société pourrie.
Déjà, les flics "donnaient l’exemple" en volant l’argent manché par les freaks et en brisant les guitares de ceux qui osaient jouer dans les couloirs du métro. ils n’ont jamais compris grand-chose à "PEACE, LOVE and FREEDOM", les flics. On l’a vu encore dernièrement, lorsqu’ils se sont amusés à gazer des travailleurs immigrés dans les sous-sols d’un commissariat parisien.
Les flics, les gendarmes, les R.G. s’en prennent à présent aux centres pour toxicos. Au centre "Lumière et Liberté", nous avons déjà subi 73 descentes de la "Maison Roico". Des descentes pénibles, avec la série des vexations, d’humiliations et d’agressivité fasciste que cela comporte à chaque fois : fouilles, contrôles d’identité, manches relevées, inspection des traces de shooteuse et des tatouages, interrogatoires prolongés de mecs sortant d’H.P. et qui n’y comprennent plus rien...
Les flics ont même tellement flippé qu’ils sont venus chercher un mec du centre, envoyé ici par l’Hôpital Marmottan, pour l’emmener de force dans leur fourgon au poste de police, l’interroger, lui relever les manches de chemise, vérifier son identité (et l’anonymat ? ...Connais pas ?...) et essayer de le faire chanter.
Ras le bol !
Les prisons font partie du même système répressif. Jean-Gabriel, un jeune toxico. Actuellement détenu à la maison d’arrêt de Toulouse (18 bis, Grand-rue Saint-Michel, 31000 Toulouse), écrit à la communauté pour être hébergé ici à sa sortie. On lui répond : "OK., baba, tu as ta place qui t’attend". En on lui envoie des timbres à 50 centimes pour qu’il puisse correspondre. Résultat : "Timbres interdits. Lettre refusée". La censure de la prison a ouvert la lettre et nous l’a renvoyée (le 18-07-74) sans la lui passer.
Ça suffit "Cet État policier ne durera pas éternellement. Déjà, les sociétés dites avancées craquant de toutes parts. En France, après dix ans de dictature gaulliste, la jeunesse s’est soulevée en Mai 68 aux cris de :
"Dix ans, ça suffit !"
"De Gaulle au musée !"
"De Gaulle à l’hospice !"
"Tout État est policier !"
"CRS. = SS."
"Flics : Fascites, Assassins !"
Et autres : "Home - Berlin - Varsovie – Paris !"
Depuis, bien des édifices du système oppressif ont sauté. Les Institutions hiérarchiques, les bases de ce système, sont déjà bien sapées. Partout, les termites font leur travail. Il faut tout faire pour y contribuer.
Peu importent les moyens employés. Ce qui compte, c’est l’éfficacité.
Que l’on soit chrétien. boudhiste. musulman, disciple de Maharaj Ji ou athée, trotskiste, mao, socialiste libertaire, situationniste, guévariste ou "apolitique" ne change pas grand-chose à l’affaire.
Cette société est fondée sur l`exploitation de l’homme par l’homme et sur l’autoritarisme. Elle doit sauter.
Ce système est le contraire de l’amour. Il faut le faire craquer, le briser une fois pour toutes.

P.S. - Oui, petits frères toxicos, freaks et autres babas, c‘est un article politique. Mais ce n’est pas seulement en se défoncent la gueule, en se faisant péter la tête, qu’on pourra foutre en l’air le système et vivre en harmonie.
Rien de nouveau : une seule solution : le révolution !

Alain F. REVON.
Groupe Marge Limoges.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53