Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
1ère réponse de la GCF au PS du Canada (26/01/1946)
Article mis en ligne le 17 mai 2015
dernière modification le 15 mai 2015

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Cher camarade,

Nous venons de recevoir à l’instant votre lettre ainsi que votre déclaration de principes
Nous sommes très heureux d’être en relation avec vous car, ainsi, se reforme la trame internationale de ceux qui pensent encore à la révolution socialiste.
D’après votre document sur vos principes, nous constatons une certaine identité de vue sur les principes généraux. Mais cette déclaration reste pourtant fort vague. Manifestement prolétarienne, nous aimerions avoir des précisions :

1) Sur notre analyse de la guerre 1939-45 et votre position. Pour nous, cette guerre contient la même nature que celle de 1914-18, encore plus aggravée du fait de la présence de l’URSS. Comme telle, notre mot-d’ordre était "transformation de la guerre impérialiste en guerre civile" sur tous les fronts et dans tous les secteurs sans exception ;

2) sur votre appréciation du fascisme et de l’antifascisme, que nous considérons comme deux formes d’un même contenu bourgeois et capitaliste, et ayant servi, d’un côté comme de l’autre, à enchaîner le prolétariat à la guerre et au char de la bourgeoisie. C’est pour cela que nous rejetons tous les CLN comme étant des organismes de collaboration de classe au service du capitalisme, ainsi que toute forme de nationalisme ;

3) sur votre appréciation de l’État russe qui, pour nous, est totalement intégré dans le système capitaliste mondial et, de ce fait, n’a plus aucune caractéristique prolétarienne.

4) Si vous reconnaissez la révolution d’Octobre comme une révolution prolétarienne dont les enseignements sont riches pour la classe ouvrière.

5) Est-ce une confusion ou une erreur de langage quand vous posez la prise du pouvoir politique "nationalement et localement" (point 6) ? Le problème de la direction internationale révolutionnaire semble être en suspens. Nous aimerions des explications plus approfondies.

6) Votre notion du parti est juste mais vague. Dans la période transitoire, en laissant toute liberté à l’intérieur des soviets et syndicats, avec indépendance des syndicats par rapport à l’appareil étatique, avec liberté de fraction dans les organismes unitaires de la classe ouvrière et dans le Parti, avec l’interdiction de toute violence envers un secteur retardataire du prolétariat, identifiez vous la dictature du prolétariat avec la dictature du Parti révolutionnaire qui demeure toujours une minorité, bien que la plus consciente de la classe ? Concevez-vous l’indépendance totale entre l’appareil étatique ouvrier, le Parti et les Soviets ?

Ces questions, qui sont du plus haut intérêt pour la classe ouvrière, doivent être débattues internationalement et la discussion doit être la plus large possible entre les groupes d’avant-garde ayant accepté les 4 premiers points de notre lettre...




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53