Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Lettre de Jack Armor (scission du RWL et fin du PICC)
Article mis en ligne le 8 juin 2015
dernière modification le 3 juin 2015

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

SCISSION DE LA LIGUE DES TRAVAILLEURS REVOLUTIONNAIRES
LA COMMISSION PROVISOIRE DE LIAISON INTERNATIONALE EST MORTE

Exposé de Jack Armor
Paris - 7 décembre 1946

Sujet : Scission du RWL et fin du PICC
Aux travailleurs Gauchistes d’Europe.

1) La Ligue des Travailleurs Révolutionnaires (RWL) E.U., affilié à la commission provisoire de liaison Internationale, se scinda en deux le 19 septembre. Auparavant , le Travailleur combattant, son organe, n’avait pas été publié depuis des mois ; les Nouvelles Internationales, sa publication théorique, n’avait pas paru de mai à novembre. Le numéro de novembre ne parle pas de la scission.

2) Une majorité des camarades de Chicago déclarèrent à Okun [1], ancien Secrétaire National :

a) Le RWL en tant que groupe national n’est plus, étant donné l’inactivité de toutes les sections de Chicago.

b) Le Comité Central s’est effondré. Un effort fait pour réunir un Plénum en septembre 1946 échoua par manque même d’un quorum.

c) La section de Chicago doit devenir le RWL et les anciens membres des autres villes doivent être considérés comme sympathisants.

d) Le travail de base du groupe est la publication, l’amélioration et le développement de Vues Ouvrières, l’hebdomadaire de la section de Chicago, journal local d’agitation.

e) Un organe théorique mensuel doit être publié, non seulement pour aider d’autres travailleurs à publier des feuilles locales, mais encore comme base pour une construction d’un large mouvement révolutionnaire enraciné parmi les ouvriers de l’industrie.

3) Avant que la lutte ne puisse atteindre le plein exposé des différenciations politiques, le groupe de Okun, qui était minoritaire, est parti.

Ainsi, il y a donc maintenant deux RWL, l’un publiant un hebdomadaire à Chicago, Vues Ouvrières, l’autre ayant publié un numéro de Nouvelles Internationales mensuel.

4) En dépit du fait que pendant les six derniers mois j’ai continuellement répété que la Commission Provisoire de liaison Internationale était morte, la minorité Okum-Nouvelles Internationales, déclara dans son numéro de novembre "que Jack Armor s’est présenté comme un délégué de la Ligue Ouvrière Internationale et de la Commission Provisoire de liaison Internationale à de nombreux groupes et individus. Ceci est complètement faux. Armor ne représente que lui-même, et certainement pas notre organisation."

Pour réfuter ce mensonge et informer les travailleurs des faits, je vous demande de publier l’information suivante :

parmi les révolutionnaires européens le PICC n’est d’aucune façon reconnu comme représentant d’un groupement révolutionnaire à base ouvrière.

Par ses affiliés et sympathisants, l’association Ouvrière révolutionnaire de Grande-Bretagne n’était connue qu’en tant qu’une petite poignée, dont l’activité ne fut pas contre la guerre, mais seulement dans la grève des débardeurs en 1946.

Elle est dissoute en été 46.

Les Communistes Révolutionnaires d’Autriche et de France, considérés comme un groupe révolutionnaire, s’opposent franchement aux 14 points, au programme et au programme de mobilisation du PICC.

Le Front Rouge de la grande Allemagne est absolument inconnu. Des organisations connaissant des groupes en Autriche et en Allemagne, avant, pendant et après la guerre, furent incapables de trouver un seul et unique corps du Front Rouge et plusieurs demandèrent même au camarade Armor comment le Front Rouge avait pu être créé.

Un groupe Australien ou des sympathisants n’avaient pas écrit depuis plusieurs années à l’époque où je quittais les E.U., au printemps 1946.

Le PICC n’a jamais tenu une seule conférence internationale.
Il n’a eu aucune réunion régulière ou irrégulière.
Il n’a eu aucune structure d’organisation, aucun secrétariat ou direction élue, et aucune discipline.

Il n’a eu aucune politique déclarée en rapport avec la lutte ouvrière d’aujourd’hui ; Il n’a que les 14 points écrits avant la guerre.

Ces 14 points sont un exposé abstrait de quelques principes marxistes. Plusieurs points d’importance sont omis. D’autres sont incomplètement résumés, et quelques fois de façon erronée, du moins en ce qui concerne l’un deux, l’Union Soviétique, une sérieuse erreur est commise.

Ces points ne fixent pas le nouveau rôle de l’impérialisme des E.U., la puissance politique dominante du monde aujourd’hui ; la modification du vieil antagonisme Anglo-américain par la subordination du rôle de l’Empire britannique ; l’émersion du prolétariat des E.U. en tant que centre de gravité du mouvement révolutionnaire mondial ; la bombe atomique et la classe ouvrière ; l’échec de la révolution mondiale qui devait se déclarer après la deuxième guerre mondiale ; construction du parti révolutionnaire marxiste dans la nouvelle situation en rapport avec les travailleurs ;
Les 14 points sont insuffisamment précis dans la distinction du marxisme et de l’opportunisme. Ils ne caractérisent pas les véritables tendances politiques par rapport à leur rôle dans l’actuelle situation politique des classes. Le rôle du Stalinisme est sous-estimé, montrant une fausse conception de l’importance du stalinisme en tant que force internationale.

C’est sur la question russe que les 14 points se sont égarés dans la compréhension de la lutte européenne et mondiale. Ils ne procurent aucune base permettant l’explication de l’expansion de l’Union Soviétique dans les pays voisins par l’Armée Rouge, ni même pour comprendre et s’opposer, d’une part à la politique Soviétique dans son ensemble et dans sa lutte contre les masses d’Europe, d’autre part à l’impérialisme "démocratique de la bombe atomique".

5) Les groupes d’Europe ont bonne mémoire. Ils n’oublieront jamais qu’au moment même où l’Armée Rouge écrasait les masses ouvrières en Europe Orientale, la RWL suivant les 14 points, appelait à la victoire de cette armée Rouge, en l’appelant "la force principale de révolution sociale du Continent Européen".

Salutations fraternelles,
Jack Armor

Notes :

[1Okun ou Sid, pseudonyme de John Dewey .




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53