Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Une explication et un appel
Article mis en ligne le 8 juin 2015
dernière modification le 6 juin 2015

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Des amis nous demandent pourquoi L’Etincelle ne paraît plus. En effet, depuis novembre 1946, date de parution du numéro 15 de L’Etincelle, nous avons suspendu sa publication. Pourquoi ?
L’Etincelle, en tant qu’organe politique traitant de questions d’actualité, s’est posé pour objectif de toucher de larges couches d’ouvriers. Un tel objectif dépend non de la volonté des militants mais de la situation et de la tendance - réelle et non imaginaire - se faisant jour dans le prolétariat à rompre avec les forces de classe ennemies et à reprendre ses luttes de classe propres et indépendantes. Une telle situation se vérifie entre autres par l’écho vivant que rencontre la presse révolutionnaire parmi les ouvriers.
CET ÉCHO AUJOURD’HUI N’EXISTE PAS. Une presse destinée aux masses ouvrières, non soutenue par elles, est un bluff. C’est un luxe que se paient quelques militants pour leur propre satisfaction d’amour-propre et pour se donner des airs de faire de l’agitation. Cela convient peut-être à des aventuriers et à des littérateurs mais pas à des militants sérieux.
Dans une situation réactionnaire existe momentanément mais inévitablement UNE SÉPARATION ENTRE LE COURANT DANS LEQUEL SONT ENTRAÎNÉES LES MASSES OUVRIÈRES ET LES NOYAUX DE RÉVOLUTIONNAIRES FORÇANT UNE MARCHE À CONTRE-COURANT.
On peut déplorer, regretter ce fait mais non l’empêcher
La presse destinée à l’agitation - ce qu’on entend par des journaux à large diffusion -, si elle ne veut pas se contenter d’être des cris dans le désert, un effort stérile, si elle veut continuer à être une arme au service de la classe, doit s’aligner sur le rapport de force de classe tel qu’il existe réellement et correspondre aux taches immédiates des militants révolutionnaires dans la situation donnée. Elle ne peut manquer de perdre son caractère d’agitation pour se transformer en une tribune où l’étude, la recherche et la discussion théoriques prennent la place de l’agitation. C’est ainsi que notre journal L’Etincelle perdait ces caractères, ne se distinguant plus de notre revue théorique. L’Etincelle doublait Internationalisme et perdait sa raison d’être.
En suspendant immédiatement sa parution, nous ne renonçons pas à la publication ultérieure de L’Etincelle. Cela dépendra des événements et du développement de la situation. Nous restons attentifs et sommes toujours prêts à porter dans le prolétariat L’Etincelle de la révolution.
Depuis août 1945, nous avons émis l’idée d’une création de revue théorique avec la participation de tous les groupes et militants isolés, se situant sur le terrain de classe et restés fidèles au marxisme révolutionnaire. Si, à la suite de notre inlassable effort, a pu se former un Cercle d’études et de discussion rassemblant des militants ouvriers de tendances diverses, il n’en a pas été de même pour la revue qui est restée à l’état de projet.
Des groupes, comme le RKD et l’OCR, se sont disloqués ou évoluent, dans le silence, vers un "anti-marxisme" anarchisant et désespérément creux. Le groupe FFGC s’use dans l’agitation, professant un mépris caractéristique pour tout et tous ceux qui tendent vers un travail de recherche théorique. C’est une église qui cherche à faire des fidèles et non à former des militants conscients. Notre groupe est trop faible à lui seul pour lancer et assurer la publication régulière d’une revue imprimée.
Pourtant la parution d’une telle revue répond à un besoin incontestable ressenti par tous les militants révolutionnaires. Nous continuerons à faire tous les efforts pour sa réalisation. Mais, en attendant et dans ce but, nous nous efforcerons de faire d’Internationalisme une réponse aux besoins des militants, en faisant paraître des articles de camarades non forcément d’accord avec nous (voir les articles de Bergeron), en publiant des œuvres telles que celle de J. Harper, en cherchant à enrichir son contenu par des études et en laissant à chacun la liberté de discussion.
Parallèlement au contenu, nous porterons également notre attention sur l’amélioration technique d’Internationalisme en veillant à sa parution régulière, en augmentant le nombre de pages, en soignant sa présentation.
C’est là un travail dont nous ne saurons pas nous acquitter seuls, sans l’aide continue de nos amis et sympathisants, de tous ceux qui trouvent intérêt à sa publication. Nous convions tous les militants à participer, à apporter leur collaboration par des critiques, par des articles et études, par la diffusion, à la publication d’Internationalisme. Il nous faut aussi une aide active, matérielle, financière des abonnements, des souscriptions.
A tous les militants, amis et sympathisants de nous aider afin qu’ensemble nous puissions assurer que la pensée révolutionnaire du marxisme reste vivante et se développe.

Gauche Communiste de France




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53