Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Situation de l’impérialisme français
{Internationalisme}, n°25, Août 1947
Article mis en ligne le 26 août 2015

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

BREF RAPPEL HISTORIQUE

Dans les compétitions internationales, la guerre de 1914 a fait passer au second plan les deux grandes puissances coloniales qu’ont été l’Angleterre et la France. La lutte d’expansionnisme colonialiste des impérialismes passe également au second plan pour poser la lutte impérialiste sur un plan supérieur de rivalités où s’affirme un expansionnisme purement économique de conquêtes des marchés, de lutte pour assurer, sur ces marchés, la vente de produits créés en surabondance et menaçant de ne pas trouver de débouchés.
L’Allemagne - qui a consolidé sa puissance en Europe en battant la France en 1870 - est devenue une des plus grandes puissances industrielles du monde. Les Etats-Unis - qui se sont développés en paix d’une manière considérable - sont déjà en passe, en 1914, de devenir la plus grande puissance industrielle de monde.
L’ouverture de cette nouvelle phase amène la formation de deux blocs où persistent toutes les contradictions capitalistes antérieures. C’est ensuite la crise de 1929, crise de surproduction, et son seul remède capitaliste : la guerre de 1939-45.
Pendant toute cette période, à partir de 1914, l’Angleterre et la France passent au second plan dans les rivalités de blocs et perdent progressivement leur puissance malgré leurs efforts désespérés. Cependant la puissance coloniale et économique de l’Angleterre était mieux assise historiquement que celle de la France, ce qui permet de comprendre que l’Angleterre aujourd’hui peut résister à une décadence complète et rester une des plus grandes puissances de second ordre, alors que la décadence de la France ne fait que s’accentuer chaque jour.
La guerre du Tonkin puis les guerres du Maroc (dont la fameuse guerre du Rif), dernières velléités d’expansionnisme colonialiste de la France, lui ont coûté cher sans lui rapporter dans l’immédiat. Il faut ajouter que la France - qui avait eu beaucoup de mal à se relever de la guerre de 1870, se trouvait affaiblie à cette époque même où, sur le plan international, la lutte pour la concurrence prenait une acuité intense et demandait au contraire un développement considérable de la puissance. C’est ce qui explique en grande partie que la guerre de 1914-18 a été la dernière épreuve de la France en tant que puissance mondiale. Cette guerre où l’Allemagne fut vaincue eut pour résultat l’élimination de l’impérialisme français, alors que l’Allemagne devait encore se développer et rester une des plus grandes puissances industrielles du monde.
La guerre de 1939-45 devait encore accentuer cette déchéance et donner à la France une importance de 3ème ordre.
On peut se demander, dans ces conditions, ce qui peut bien constituer les lettres de noblesse de la politique extérieure de la France. Elles sont constituées par quatre éléments principaux :

  • 1. les restes hypothéqués de son empire colonial,
  • 2. la situation stratégique de la France et de certaines de ces colonies,
  • 3. un parfait assujettissement politique au bloc américain,
  • 4. le rôle du fou que joue Bidault à la perfection, sur l’échiquier des conférences à quatre, et qui consiste à vendre la voix qu’il représente et qui permet d’établir la majorité, tout cela en se donnant jusqu’au bout une apparence conciliatrice et presque d’arbitre entre les deux parties.

    COUP D’OEIL SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE

    Dans l’état actuel de l’économie française, il est en effet étonnant de voir la France tenir un si grand rôle en politique internationale. Les plumes de paon, dont se revêt la politique extérieure française, cachent une réalité actuelle de chute totale de sa puissance réelle, déjà fortement handicapée après la guerre de 1914. La déchéance à tous les degrés de l’économie française et le fait que la France manifeste un verbiage et tient une place dans tous les grands conseils des 4 puissances paraissent en effet étonnants si on les confronte. C’est que la France joue le rôle du fou dans la politique internationale et que les puissances ont besoin que quelqu’un joue ce rôle ; et que ce quelqu’un soit la France, c’est à cause de sa situation géographique, du "prestige de son histoire passée", dans le domaine philosophique-intellectuel bourgeois comme dans le domaine de la parade et de la fanfaronnade militaire.
    La France est démographiquement le pays le plus affaibli du monde entier et par conséquent le plus vieux. En 1914, il y a, sur un total de 41.500.000 habitants en France, 40.300.000 Français et 1.200.000 étrangers.
    En 1946, on ne compte plus qu’un total de 40.500.000 habitants, dont 1.700.000 étrangers + 2.100.000 étrangers naturalisés entre les deux guerres.
    La situation démographique de la France est à l’image de sa situation économique en général. Pour lutter contre ce vieillissement, l’État a eu beau tenter des transfusions de sang de l’étranger, le remède s’est avéré, comme tous les palliatifs employés par la France dans tous les domaines de l’économie, non comme un remède véritable mais comme un toxique qui ne fait qu’aggraver le mal.
    En effet, en même temps que le vieillissement de la population, plusieurs autres phénomènes démographiques s’y ajoutent.
    Les Français qui travaillent dans la production voient leur âge moyen productif s’abaisser de plus en plus rapidement, en même temps que la quantité relative de Français travaillant directement dans la production s’abaisse elle aussi graduellement.
    La productivité des Français baisse indépendamment de l’appareil productif qui est lui-même à la fois vieux et délabré.
    L’appareil productif de la France est dans un état lamentable et la comparaison avec les pays étrangers met en évidence une des tares principales dont souffre l’économie française, évincée chaque année un peu plus de la concurrence internationale.
    Le parc des machines-outils françaises se monterait, d’après un sondage effectué en 1943(1), à un effectif réparti de la manière suivante : 25 mille machines environ ont plus de 50 ans, 35 mille ont de 40 à 50 ans, 80 mille ont de 30 à 40 ans, 230 mille de 20 à 30 ans, 110 mille de 10 à 20 ans et 80 mille moins de 10 ans. Soit un total de 550 mille machines environ (dont 40 % de provenance étrangère) qui ont un âge moyen de 25 à 27 ans.
    Le parc aviation avait environ 12 à 14 ans ; le parc automobile 20 ans ; le parc SNCF 30 ans et le parc des constructeurs de machines-outils 16 à 18 ans.
    Le rapport ajoute : "... quatre années d’occupation et de destructions ou de travail dans des conditions difficiles (absence de lubrifiants, main-d’œuvre inhabile, sabotages...) n’ont pas amélioré la situation. Un minimum de 30 mille machines auraient été détruites ou prises par les Allemands…
    L’âge moyen des machines-outils était aux environs de 1943 : en Allemagne, de 5 à 7 ans, ainsi qu’en Italie ; aux USA, en Angleterre, en URSS et au Canada, de 4 à 6 ans.
    De plus, depuis 1933, l’Allemagne a quadruplé le nombre de ses machines-outils puisqu’en 1943 elle disposait de 3 millions de machines, dont présentement une assez faible proportion serait inutilisable.
    Aux USA, la production de machines-outils aurait augmenté de 650 % ; quant au Canada, si sa production annuelle d’avant-guerre était de 1 million de dollars, elle est de 25 millions en 1942-43.
    En URSS, l’industrie mécanique était de 22 fois supérieure en 1940 qu’en 1928 (début du premier plan quinquennal) et, entre 1941 et 1944, les productions essentielles, conditionnées par les machines-outils, ont quadruplé pour l’aviation, sextuplé pour le matériel d’artillerie et octuplé pour les chars.
    Enfin, ajoutons que la production française de machines-outils était de 20 mille par an environ en 1945, alors qu’elle était de 60 mille en Suisse et de 400 mille aux USA.
    Dans ces conditions, la France ne peut plus se permettre de se poser industriellement sur le plan international. Elle ne peut que fabriquer, à un prix de revient plus élevé qu’a l’étranger, une marchandise de moins bonne qualité, en obtenant un rendement moindre de ses machines, c’est-à-dire en faisant supporter à sa population productive :

  • 1. un effort productif plus grand, alors que sa productivité s’affaiblit ;
  • 2. des salaires bas pour compenser les prix de revient plus élevés ;
  • 3. en lui faisant payer toujours plus cher, sur le marché intérieur, ce qu’elle consomme directement ;
  • 4. et, par le truchement d’impôts plus écrasants d’années en années, le coût des besoins de l’État, soit pour la reconstruction soit pour la défense nationale (toutes deux solidaires d’ailleurs dans le fond).

    C’est ce qui constitue en définitive le seul véritable intérêt du capitalisme français, capitalisme que l’État essaye en vain de sauver.
    Un bref examen de la balance des comptes et de la balance commerciale de France montrera également l’évolution générale, depuis 1914, vers la chute.

    BALANCE DES COMPTES

    Paiements courants (en millions de francs de 1928)

Soldes191319201926192919381945
Créditeur 6894 9255 4489
Débiteur 27693 120 24653

La balance des comptes est établie à l’aide d’opérations en capital. Quand le solde des paiements courants est créditeur, l’État achète de l’or, souscrit à des emprunts à l’étranger, augmente sa réserve de devises. Dans l’éventualité inverse, si les paiements courants ont un solde débiteur, l’État se trouve dans l’obligation d’exporter de l’or, de faire des emprunts français à l’étranger, de diminuer ses réserves de devises, de demander des avances aux banques d’émissions et autres palliatifs.

BALANCE COMMERCIALE (en francs 1928)

Pour l’année 1945, les dépenses d’importations se sont élevées à 19.301.000.000 frs ; les recettes d’exportations à 1.256.000.000
Nous aurons une idée plus exacte en faisant une comparaison depuis 1914.

SOLDE DÉBITEUR DE LA BALANCE COMMERCIALE
(en millions de francs)

191319201926192919381945
7302 35910 2000 10011 6100 18045

Remarquons les soldes d’après les deux guerres.

Enfin, voici la BALANCE DES COMPTES pour 1945 (en millions de frs de 1945)

RecettesDépenses
Balance commerciale 2111 44849
Balance des paiements totaux 17027 90986

Solde débiteur des paiements courants : 73959 millions de francs

Un tel tableau serait incomplet sans un aperçu de l’ensemble de la production et de sa tendance.

PRODUCTION AGRICOLE :

MOYENS DE PRODUCTION

avant 1914 avant 1939 1945 1946
Main-d’œuvre (en milliers d’hommes) 8855 7204 6500 6500
Surfaces cultivées (en ha) :
- terres labourées 23700 20200 17800
- prairies, pâturages (*) 10000 11800 12400
- vignes 1600 1600 1400 1500
Chevaux de plus de 3 ans (en milliers) 2550 2220 1750
Tracteurs (en milliers) 30 35

(*) Observations : diminution des terres labourées au profit des prairies et pâturages - la mécanisation dans les campagnes est pour l’instant insignifiante.

PRODUITS AGRICOLES :

avant 1914 avant 1939 1945 1946
Blé (en milliers de tonnes) 8840 8150 4320 6670
Céréales ( " ) 8170 7230 3940 5450
Betteraves ( " ) 7680 8710 4090 6320
Vin (en millions d’hl) 53.4 62.5 28.6 34.9
Effectifs des troupeaux :
- bovins (en millions de têtes) 14,8 15,6 14,3
- porcins ( " ) 7 7,1 4,4
- ovins ( " ) 16,1 9,9 6,6
Poids moyen d’un bovin (en kg)
- adulte 280 200
- veau 60 48

Pour le blé, on observe également une baisse tendancielle des superficies ensemencées de 1/6ème du total entre 1910 et 1937 ; et, en même temps, une baisse du rendement de 1/13ème.

PRODUCTION INDUSTRIELLE

Comparaison d’indices de la PRODUCTION MONDIALE (base 100 en 1938)

1939194119421943194419451946
États-Unis 122 182 224 269 264 224 janv : 180 nov : 204
Canada 109 181 233 279 278 233 janv : 198 nov : 184
Mexique 98 102 107 112 115 123 129
Chili 99 114 113 112 116 133 janv : 119 nov : 159

INDICE GÉNÉRAL DE LA PRODUCTION FRANÇAISE

(Base 100 en 1913) (Base 100 en 1938)
1913 100 1938 100
1929 139 1944 41
1938 92 1945 janvier 32
juin 45
décembre 65
1946 janvier 65
juin 84
octobre 87

Quand on examine l’ensemble de la production, on se rend compte de la place qu’y occupe la France. Mais pour bien comprendre la signification de ces statistiques, il faut faire une mise au point.
Il y a un phénomène du capitalisme en général qui atteint un pays comme la France plus profondément que tout autre.
En 1929, les grands pays industriels, USA, Allemagne, Angleterre (la Russie en dehors se relevait péniblement de la révolution et commençait à tâtons son premier plan quinquennal), avaient atteint un tel niveau de production (en productivité et en quantité) que d’autant plus grande fut la crise de 1929. Le niveau atteint en 1929 fut tel que tous les pays, même les USA, n’avaient pas encore réussi à l’atteindre en 1939, à la veille de la guerre, c’est-à-dire au moment de la course aux armements. Ce n’est qu’en 1940-41 que la production dépasse celle de 1929, pour aller beaucoup plus loin en 1943, année optimum de la production dans tous les pays du bloc américain (y compris la Russie) sauf la France.
En 1943, vu l’état de son appareil productif, la France n’atteint pas encore le stade de 1938, alors que tous les pays ont dépassé de loin le stade de 1929 en raison de la production de la guerre accélérée ; on voit là le degré de déchéance de l’économie française.
À l’heure actuelle, il y a, dans le monde entier, le même phénomène qu’après 1929. Une fois la guerre finie, tous les pays ont essayé de conserver le rythme de production de la guerre et même de le dépasser. On peut constater qu’aujourd’hui il y a crise puisque les pays du monde entier - à part les USA qui dépassent encore le niveau mondial - produisent moins qu’en pleine guerre. En effet, le capitalisme tend à résoudre sa crise dans la guerre mondiale qui est la concrétisation de sa crise permanente. Dans ces conditions, la plupart des pays ont une économie qui leur permet en cas de guerre de dépasser, en quantité et en productivité, leur production actuelle, laquelle est ralentie faute de débouchés ; alors que la France, elle, a du mal à atteindre, en saignant à blanc sa classe productive, le niveau de 1938. Dans un conflit futur, l’appareil économique de la France compte pour rien et ses hommes sont justes bons à faire soit des soldats, soit du cheptel humain de main d’œuvre réquisitionnée pour l’exportation.
Pour terminer ce tableau d’ensemble de la déchéance de la France, il est nécessaire de montrer la répercussion de la situation économique sur la situation financière, sur la monnaie.
Les guerres de 1914-18 et de 1938-45 ainsi que la crise de 1939 ont affaibli la France d’une manière qui nous fait très bien saisir la suite ininterrompue de dévaluations de sa fortune nationale.
En 1912, année record, la fortune de la France s’élève à 285 milliards de francs germinal environ. La guerre de 1914-18 ampute de 30 % cette fortune ; évaluée en 1928, elle se serait montée à 214 milliards. En 1933, à la faveur de la stabilisation Poincaré, elle est relevée à 235 milliards. Les dévaluations successives de 1936 à 1938 diminuèrent la fortune nationale qui fut abaissée à 181 milliards. L’appauvrissement résultant de la 2ème guerre mondiale serait environ de 40 %, ce qui amènerait, en 1945, la fortune nationale à environ 75 ou 80 milliards en francs germinal.
D’après une estimation personnelle, les dévaluations successives de 1945 à 1947 auraient porté un coup à cette fortune, un coup à peu près identique à celui de la période de 1936-38, c’est-à-dire encore plus de la moitié. [1]
Il y a plusieurs manières de présenter des estimations de la valeur du franc, nous en avons choisi deux :

ESTIMATION DE LA VALEUR DU FRANC D’APRÈS SON POUVOIR D’ACHAT [2]

Prix de gros Prix de détail

Indice de 45 art. Indice de la valeur du franc Indice de 34 art. Indice de la valeur du franc Indice 100 en 1914
1914 104 96.2 100 100
1938 640 15.6 706 14.2
1945 2400 4.2 2778 3.6
1946 4653 2.1 5544 1.8
1946 4533
1947 : janvier 6042
1947 : février 6057
1947 : mars 5919

Si l’on résume donc le sens de cette statistique, on peut faire les remarques suivantes : en 1938, le franc a perdu 6 fois de sa valeur par rapport à 1914 ; en 1947, le franc a perdu la moitié de sa valeur par rapport à 1938, ce qui donne :

1914=100 1938=15,6 1945=3,6 1947=1,8

Dans ce sens, si l’on examine les effets de l’expérience Blum en mars 1947, on remarque que, sur le tableau d’ensemble, cela correspond uniquement à un coup de frein dans une descente trop rapide mais non à une baisse réelle du coût de la vie.
Voici, pour faire une comparaison intéressante avec les prix pratiqués en France, un regard sur l’évolution des prix de gros en GB et aux USA.

L’ÉVOLUTION LES PRIX DE GROS EN ANGLETERRE ET AUX USA

1945 1946 1947
Angleterre : Indice 100 en 1930 169 180 183
États-Unis : Indice 100 en 1926 105,8 déc. 140,9
États-Unis : Indice 100 en 1927-29 155,7 155,9

Nous terminons ce coup d’œil général sur la situation économique de la France en montrant l’évolution du budget de l’État qui vient peser lourdement sur un pays déjà si appauvri chez les classes riches, qui subissent l’appauvrissement général du pays, mais surtout sur la classe ouvrière qui, en fin de compte, supporte toujours les plus lourdes charges : dans des salaires plus bas, dans un prix de la vie qui ne fait que monter sans cesse, et cela sans aucun rapport avec les augmentations infimes de salaires consenties par l’État, démagogiquement, pour justifier de constantes dévaluations ; enfin la classe ouvrière doit supporter en plus des impôts de plus en plus écrasants, directs et aussi indirects.

BUDGET (en millions de francs)

Dépenses Recettes Déficit
1913 5067 5092 +25
1938 82345 54653 -27692
1946 586271 372552 -213719

(à suivre)

Philippe

Notes :

[1D’après l’article "Dévaluations et fortune nationale" de Gerville-Reache - Une semaine dans le Monde - 28 juin 1947

[2D’après un rapport de René Plaud (commissaire à l’office professionnel de la machine-outil), paru dans un article de la Revue économique et sociale de juillet 1943 intitulé "Le rôle de la machine-outil dans la reconstruction française", d’où sont tirées toutes ces statistiques concernant la France et les pays étrangers pour la machine-outil.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53