Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Solution de classe face à la famine
{Internationalisme} n°26, 15 septembre 1947
Article mis en ligne le 23 septembre 2015
dernière modification le 19 septembre 2015

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Dans le cadre d’une situation générale européenne évoluant à pas rapide vers une crise alimentaire presque de famine, la France roule, tous freins débloqués, vers la catastrophe imminente.

Baisse générale de la production, déséquilibre et déficit du budget accentués, augmentation constante de la circulation fiduciaire (13 milliards de plus dans la dernière semaine), dévaluation réelle - en attendant d’être officielle - du franc, manque de moyens financiers pour assurer les importations indispensables (le gouvernement vient de décider la limitation ou la suppression des importations pour toute une série de marchandises), grave déficit dans la production et l’importation du charbon, pénurie d’énergie électrique et, dominant le tout, une terrible disette en produits alimentaires (blé, viande, matières grasses, légumes) au point de réduire le rationnement à 70 % environ de ce qu’il fut pendant les pires années de la guerre et de l’occupation. C’est sous le signe de la famine que la France entre dans l’hiver 1947-48.

La ration de pain fut ramenée de 500g à 250g en mai dernier après avoir été diminuée en qualité par un mélange croissant de maïs et même de pomme de terre, etc. Elle est à nouveau amputée de 50g, mais rien n’autorise de croire qu’on s’arrêtera là et il est fort question de ramener la ration, dans les mois à venir, à 150g. La ration de beurre est passée de 150g à100g. La viande ne sera vendue que 2 jours par semaine. Le courant électrique sera coupé 2 fois par semaine (l’année dernière, cette mesure n’a été prise qu’en novembre), en attendant les restrictions sur le gaz. Les points pour les articles de textile sont rétablis. Le rétablissement de la carte de tabac est envisagé. Pour tout, il n’est question que de diminution, de restriction et d’aggravation de rationnement. Les gouvernants annoncent l’heure de la grande pénitence nationale, terme élégant pour désigner la misère pour les masses travailleuses.

Les prix ne font que grimper. Le prix de détail est passé de l’indice 830 environ en mai à 1030 en août, accusant une augmentation de 25 %. Pour le seul mois d’août, l’indice du coût de la vie est monté de 6 %. Les dernières mesures gouvernementales sur le pain et la viande ont eu pour effet une panique générale et une spéculation effrénée sur le marché où les prix des légumes et fruits sont passés du simple au double. Les quelques chiffres suivants peuvent donner une idée de l’importance de cette hausse dans les derniers 15 jours (extrait du Monde du 7/9).

Cours moyens aux Halles centrales, au kilo

23/08/4705/09/47
Chicorée de Nantes 23 fr 48 fr
Choux de Paris 15 20
Cresson (la botte) 5 20
Laitue 16 40
Navet 25 42
Pommes de terre 9,5 15,5
Oeufs (la pièce) 14 16
Tomate 13 18
Lapin 120 140
Pêches 40 50
Raisin 26 42
Melon 14 33

Le gouvernement et la presse ont beau accuser la panique des consommateurs dans cette hausse, il n’en restera pas moins, dans les semaines à venir, que les prix des produits ne baisseront pas mais, avec la disette générale, ils ne feront encore que grimper.

Hausse du coût de la vie, réduction du rationnement à un niveau de misère jamais encore atteint, baisse du salaire hebdomadaire à la suite de la perte des heures de travail par manque de courant, telle se présente la situation effroyable des conditions de misère des ouvriers, et cela sans aucune perspective d’en sortir. Le capitalisme ne peut offrir aucune perspective d’amélioration de la situation. Seule la guerre, c’est-à-dire la destruction généralisée organisée sur une grande échelle et le massacre de millions de vies humaines, reste l’unique perspective pour le régime capitaliste décadent.

Ceux qui n’ont pas compris les lois inexorables qui ne laissent au capitalisme décadent aucune possibilité d’amélioration, même provisoire, des conditions de vie, ceux qui ont prétendu compatible une production de guerre avec une hausse réelle des salaires, ceux qui croyaient à une conversion possible de la production de guerre en une production de paix peuvent vérifier aujourd’hui l’inanité de leur théorie.

De même, il apparaît nettement aujourd’hui toute l’inconsistance de la lutte étroitement économique, professionnelle, syndicale des ouvriers. Engagée sur ce plan, la lutte ouvrière se trouve acculée dans une impasse et s’épuise en vains combats. Les revendications économiques, dans le cadre capitaliste, ne font qu’entretenir des illusions, parmi les ouvriers, sur de chimériques améliorations de leurs conditions de vie, incompatibles désormais avec la survivance du capitalisme. De plus, elles empêchent les ouvriers de prendre conscience de la seule alternative que pose la situation : subir la misère sans cesse croissante, subir la surexploitation, le rationnement et la famine, en attendant de crever héroïquement sur les champs de carnage impérialistes, ou de mettre fin à ce régime décadent par la révolution socialiste.

Les partis dits ouvriers, socialiste, stalinien et organisations syndicales, utilisent à fond le mécontentement des travailleurs pour la sauvegarde du capitalisme en général et pour leurs intérêts politiques en particulier. En déchainant la vague giratoire des grèves de juin-juillet, le Parti communiste et la CGT savaient ce qu’ils faisaient. D’une part, ils ont canalisé le mécontentement des masses en l’orientant uniquement sur le terrain économique d’augmentation des salaires, aboutissant normalement, au travers de marchandages et de tergiversations, à une illusoire et ridicule augmentation nominale des salaires, largement résorbée par une augmentation préalable réelle des prix et justifiant les augmentations de prix à venir. D’autre part, ils ont fait des ouvriers et de leur mécontentement des moyens de pression pour accéder de nouveau aux postes ministériels.

Seuls des naïfs ou des bavards comme les trotskistes pouvaient voir dans ces grèves de juin une manifestation de la lutte de classe, alors qu’elles n’étaient qu’une machination politique stalinienne et un dévoiement de la classe ouvrière pour le plus grand profit de la bourgeoisie.

Aussi, aujourd’hui, alors que les dernières mesures gouvernementales aggravent considérablement la situation des ouvriers, le prolétariat parisien, abusé et fatigué, n’a pas encore retrouvé la force de réagir et de s’engager dans la lutte.

Cependant, la situation présente ne peut pas ne pas provoquer une vive réaction ouvrière. Il est à un très haut point caractéristique que des mouvements spontanés de grèves et de manifestations aient éclaté en province. Le Parti communiste et la CGT n’épargnent pas leurs efforts pour se rendre maitres de ces mouvements. Mais ils sont effectivement, et tout au moins partiellement, débordés. Leur emprise sur les ouvriers en province est moins forte qu’à Paris où se trouve concentré tout l’appareil bureaucratique.

Les mouvements de Nantes, Clermont-Ferrand, Montbéliard, Saint-Étienne et d’autres centres industriels acquièrent une haute signification de classe. En éclatant sur la base locale et non professionnelle, ils dépassent la structure syndicale et indiquent l’orientation de la structure de la nouvelle organisation de masse des ouvriers, qui ne peut être que locale. En posant comme objectif premier de ces luttes, non la question des salaires mais celle du ravitaillement du pain, ils indiquent une orientation de la lutte passant du plan économique au plan social.

Rien ne permet de prédire l’évolution de ces manifestations. Il est probable que la CGT et le Parti communiste parviendront à s’emparer de ces manifestations, à les canaliser à leur bénéfice. Mais la situation présente est grosse de convulsions sociales. Si les ouvriers parviennent à les maintenir sur leur terrain de classe, les grèves et manifestations d’aujourd’hui peuvent être le début d’une vaste action et le commencement d’un renversement du cours.

Les militants révolutionnaires prêtent une attention vigilante à ces mouvements, ne les confondant pas avec les machinations staliniennes de juin. Les mouvements actuels sont la suite de la grève de Renault à son début.

Les révolutionnaires participent à ces mouvements de toutes leurs forces mais ils n’ont pas de programme transitoire ni de propositions positives immédiates à donner.

La lutte du prolétariat aujourd’hui ne peut être qu’une lutte de refus, refus de toute solution présentée par le capitalisme et ses agents : augmentation de la production, gestion du contrôle de la production, prime à la production, échelle mobile, incorporation au bloc occidental (Amérique) ou au bloc oriental (Russie).
Refus aux mesures de famine. Refus à la guerre.

La lutte contre la famine ne peut être qu’une lutte menée sur le terrain de classe du prolétariat contre le capitalisme décadent.

LE SEUL PROGRAMME CONSTRUCTIF ET POSITIF NE PEUT ÊTRE QUE CELUI DE LA LUTTE POUR LA TRANSFORMATION SOCIALE, POUR LA RÉVOLUTION SOCIALISTE.

Internationalisme




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53