Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Goutte d’or sur la ville
Molotov & Confettis n°1, s.d., p. 4.
Article mis en ligne le 2 décembre 2013
dernière modification le 30 septembre 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

La Goutte d’Or. Dans ce vieux quartier populaire et immigré de Paris, on "restructure" : le capitalisme se transforme, la société change, la ville doit suivre le mouvement !
Première phase des projets État-Chirac : mater les quartiers les plus rebelles, détruire les ghettos insoumis, disperser leurs habitants. Avant de passer à la seconde phase : la réorganisation générale de la ville, son "assainissement", comme ils disent.
Objectif : Une ville débarrassée de ces bastions de résistance que sont les ghettos, les cités-dortoirs, les usines, les centres commerciaux. Une ville totalement informatisée, contrôlée, asceptisée, uniformisée, d’où auront disparues toute occasion de se regrouper, toute occasion de se rebeller.
125 immeubles expropriés, 2.000 logements populaires détruits, des milliers de personnes expulsées : l’État n’épargne pas la Goutte d’Or ! En échange, 620 logements neufs de haut de gamme, 9.600 mètres carrés de commerces et d’ateliers... plus un dispositif policier hautement sophistiqué : commissariat, postes de police, annexes...
L’opération a été bien préparée. Les proprios ont laissé pourrir les immeubles : 60% ont été construits avant 1914 et 45% n’ont toujours pas de sanitaires. Le quartier est aujourd’hui l’un des plus délabrés de Paris, mais les loyers sont loin d’être les plus bas !
L’"insalubrité" est un bon prétexte : il permet d’expulser n’importe qui et n’importe quand. L’État ne s’en prive pas. Quant au relogement, bien sûr, rien n’a été prévu. Que les habitants se démerdent !
La riposte a été longue à venir ! Les syndicats, les associations, toute la bonne vieille gauche du quartier a tenté de temporiser : on n’attaque pas le camarade-gouvernement ! ... et plutôt que de se battre, pourquoi ne pas lui envoyer des cartes postales ?
Aujourd’hui, ça vient. Timidement, mais ça vient. Une coordination autonome s’est créée, des initiatives ont été lancées. Objectif : organiser le quartier, organiser la lutte.
Actuellement, des immeubles entiers sont expulsés de leurs habitants, dans les maisons insalubres certains locataires ne payent plus leurs loyers. Certains chômeurs, à temps complet ou temporaires, sont indemnisés, d’autres pas. L’État contrôle les rues, les vies, le quotidien et l’actualité.
Face à la misère de l’isolement des problèmes spécifiques auquel chacun est confronté, il faut que tous s’unissent pour des grèves de loyer collectives, des groupes de chômeurs, des groupes de femmes immigrées sur les problèmes de maternité et d’hospitalisation et que chaque lutte particulière forme une seule et même lutte contre le capital.
Pour réussir à organiser les différentes luttes qui couvent à la Goutte d’Or, la coordination a implanté sur plusieurs murs du quartier un journal mural qui informe les habitants sur différents thèmes d’actualité (problèmes de l’immigration, informations diverses sur les luttes dans les différents pays d’origine, répression, restructuration...). Et, pour tenter une ouverture sur la composante prolétaire du quartier, elle organise des happenings dans les rues et sur les places publiques et fresques sont collées sur les murs.
Ces différentes apparitions propagandistes doivent déboucher sur des confrontations plus larges avec les habitants même de la Goutte d’Or sur les différents problèmes qu’ils rencontrent.
Un travail d’enquête est également effectué pour connaître les besoins et les désirs des habitants ; expulsables, expulsés, précaires, chômeurs, grévistes de loyer, etc...
L’objectif à moyen terme à atteindre, après ce travail d’enquête et de propagande est de réussir à ouvrir des squatts aussi bien comme lieux d’habitations que comme espaces collectifs : bouffes, concerts, réunions, luttes sur le quartier...




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53