Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Contre Attac : La fuite en avant et la poursuite du même
Oiseau-tempête, N°8, Ete 2001, p. 10-12.
Article mis en ligne le 24 décembre 2015
dernière modification le 4 décembre 2015

par ArchivesAutonomies

Avec le redéploiement du capitalisme, ce mouvement que l’on pourrait appeler la mondialisation globale, c’est-à-dire l’avè­nement d’une économie-monde qui s’impose à l’échelle de la planète tout entière, on a vu apparaître et se développer rapidement en France l’association Attac. Derrière un discours et une pratique qui vi­sent à remettre en cause la prépondérance des mar­chés financiers, nous retrouvons en fait cette bonne vieille social-démocratie qui propose une fuite en avant dans le développement du capitalisme. En un mot - la poursuite du même.

*****

Il faut fonder le concept de progrès sur l’idée de catastrophe. Que les choses continuent à "aller ainsi", voilà la catastrophe. Ce n’est pas ce qui va advenir, mais l’état des choses donné à chaque instant.
Walter Benjamin,
Fragments sur Baudelaire.

I - Walter Benjamin a remarquablement criti­qué l’une des idées maîtresses de la social-démocra­tie - le progrès. Pour les sociaux-démocrates, le pro­grès est une conception détachée du réel, correspondant, d’une part, à la perfectibilité indéfi­nie de l’humanité elle-même et, d’autre part, à une mécanique irrésistible et automatique [1].
Cette conception du progrès et du développe­ment, on la trouve formulée par Auguste Comte, le père du positivisme et l’une des grandes figures du progressisme. Il considère le perfectionnement de l’humanité comme un simple essor spontané, en relation avec une culture adaptée. Comte est l’un des premiers à reconnaître avoir emprunté cette idée du développement à la biologie. Le développement so­cial est alors comparable aux différents âges par les­ quels passe l’organisme animal. Pour Comte, il n’y a jamais ni crise, ni rupture, ni innovation dans l’histoi­re de l’humanité, il n’y a que ce qui est nécessaire ou impossible. Cette croyance en l’idée que l’humanité marche de façon nécessaire, irréversible et méca­nique vers le bonheur, la social-démocratie va la fai­re sienne, en particulier Kautsky, le chef de file des partisans des thèses déterministes en Allemagne dans les années 20.

*****

II - Au XIXe siècle, l’idée s’impose naturelle­ment chez la bourgeoisie que le travail industriel et le développement technique correspondent aux pro­grès de l’humanité elle-même. Mais dans les sociétés capitalistes industrialisées, la mise en valeur de la na­ture et son exploitation, c’est aussi l’exploitation d’une partie des hommes, ceux qui n’ont que leur force de travail, par une autre, ceux qui ont les capi­taux. K. Marx a vu avec précision que le travail a en effet un double caractère : la domination de la nature s’accompagnant aussi de la domination de l’homme par l’homme.

*****

Architectes de l’univers
décorateurs des astres,
Nous sommes faiseurs de miracles.
Nous lierons les rayons du soleil
en faisceaux de balais
pour décrasser les nuages du ciel
à l’électricité !
Les fleuves du monde couleront en miel,
La rue sera pavée d’étoiles
Creuse !
Pioche !
Scie !
Perfore !
Hourra à tout !
Hourra à tous !

Vladimir Maïakovski, Le Mystère-bouffe.

III - Quand on parle du progrès à la manière de la social-démocratie, on se réfère à une sorte de rationalisation du monde par le développement productif et technique. Dans les textes de l’association Attac, il y a clairement indiqué l’idée qu’il suffirait de redonner la priorité au travail productif pour que tout rentre dans l’ordre et que tout soit pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est pourquoi elle oppose à une mondialisation libérale orientée vers la spéculation qui serait la cause d’une société devenue folle, une mondialisation raisonnable centrée sur le développement productif. Du coup, lorsque Attac se demande quoi faire de la taxe Tobin, il s’agit de "réparer les dégâts sociaux que provoque (la spéculation) [2]". Si la plate-forme de l’association n’in­dique pas clairement qu’il fau­drait remettre tout le monde au travail, la prééminence donnée à l’investissement productif s’inscrit directement dans la ra­tionalisation de la production. Dans le discours très moralisa­teur d’Attac, on retrouve en fait les traces de l’éthique protes­tante à propos du labeur sous une forme sécularisée. D’où, derrière cette maîtrise pseudo-rationnelle du monde, la présence d’une conception quasiment religieuse du travail [3].

*****

IV - Dès le départ, la social-démocratie a pen­sé le développement technique et productif comme illimité. Mais nous vivons bel et bien dans un monde qui, lui, est fini. Quand Attac propose, en guise de projet, un développementalisme socialement moins coûteux, il faut encore se demander si un programme de la sorte est tenable. Une telle fuite en avant dans le productivisme pourrait bien effectivement se sol­der aujourd’hui par un désastre écologique planétai­re. En réalité, Attac rejoint les libéraux qu’elle pré­tend combattre en défendant comme projet de société le capitalisme, conception du monde qui vise à faire du développement illimité de la production et de la technologie le but essentiel de l’existence hu­maine. C’est pourquoi on croit rêver quand la direc­tion d’Attac exprime sa solidarité avec les popula­tions touchées par la marée noire due au naufrage du pétrolier Erika. Il n’est en effet pas seulement ques­tion ici, réflexion faite, de la domination de la finance sur toutes les activités humaines, mais de l’activité économique comme sens unique donné à la vie hu­maine. Et la multinationale Elf/Total-Fina ne se contente pas de spéculer sur le pétrole, elle l’extrait, le transforme et le vend ; autrement dit, elle l’exploi­te [4].

*****

V - Les dangers écologiques engendrés par le tout développement sont aujourd’hui suffisamment sérieux pour que les progressistes de tout poil pren­nent ce risque en compte. On a ainsi vu apparaître le concept de développement soutenable. Mais, outre le fait que le terme manque d’une définition claire, il ne permet pas de corriger dans la pratique les consé‑
quences néfastes occasionnées par le développement tout court. Pour parler de dévelop­pement durable, il faudrait d’abord pouvoir avoir la maî­trise collective de ce que nous produisons et, d’une manière générale, de nos vies. Or, ce n’est pas le cas. "Se réappro­prier ensemble l’avenir du monde" en "contestant l’orga­nisation des rapports écono­miques, humains, sociaux et po­litiques" [5], pour reprendre des expressions utilisées par Attac, irait dans le sens d’une libération politique et sociale. Mais, contrairement à ce qu’affirme l’association ci­toyenne, il s’agirait, pour en arriver là. de tout autre chose qu’une taxation sur les produits financiers ou qu’une surveillance des transactions. Seule une des­truction totale des rapports sociaux fondés sur la do­mination peut ouvrir la voie à un réel mouvement d’émancipation individuelle et collective. C’est ici que se situe l’actualité de la révolution sociale, et non celle d’un réformisme évoquant des lendemains qui chantent pour mieux préparer à la poursuite du mê­me.

*****

La révolution véritablement révolutionnaire se réa­lisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains.
Aldous Huxley,
Le meilleur des mondes, préface.

VI - La grande nouveauté de notre époque tenait, pour Guy Debord, dans la guerre totale me­née par l’économie contre les humains [6]. Il faut prendre cette constatation au premier degré. Si la Terre est limitée par sa finitude, tout comme les apti­tudes de l’homme, et que le développement est conçu comme irréversible et illimité, alors il doit arri­ver un moment où l’humanité elle-même devient gê­nante pour la rentabilité du système capitaliste qui repose sur le développement technique et productif Il semble bien que l’on arrive actuellement à ce point avec l’apparition des OGM et, d’une façon plus gé­nérale, la manipulation du vivant. C’est d’ailleurs un grand progressiste qui n’annonce rien de moins que l’abolition, vu les découvertes scientifiques à venir, de la nature humaine. Francis Fukuyama a fait fortune en popularisant les thèses sur la fin de l’histoire, autrement dit la victoire absolue et éternelle de l’économie de marché et de la démocratie bourgeoi­se. Plus récemment, il a affirmé qu’on ne pouvait pas parler de fin de l’histoire dans la mesure où "on ne saurait mettre un terme à la science, car c’est la scien­ce qui conduit le processus historique" [7]. Fukuyama se réjouit à l’idée que les scientifiques vont pouvoir réussir là où les "spécialistes d’ingénierie sociale" ont échoué : éliminer ce qu’il y a d’irréductible et d’imprévisible chez l’être humain. On bascule du coup de la fin de l’histoire vers la post-humanité. Mais qu’il soit question de la possibilité d’une condi­tion inhumaine de l’homme ne semble pas émouvoir Fukuyama.

*****

VII - Debord ajoute en outre que la science mè­ne aujourd’hui une guerre directement aux êtres hu­mains parce que les hommes de science, en dépit du passé antiesclavagiste de la pensée scientifique, ont choisi de se mettre au service de la domination. Une telle chose n’est pas nouvelle. Quand au XIXe siècle certains d’entre eux donnaient une assise scienti­fique aux théories racistes, ils étaient bien déjà dans la logique de la domination puisqu’elles permirent la légitimation de la supériorité des Européens sur le reste de l’humanité. Ce qui est exact en revanche, c’est la complète intégration de la science à la sphère économique. Que les scientifiques se mettent au ser­vice du capitalisme est en soi grave, mais que les mêmes le cachent en prétendant défendre l’intérêt public relève de la mystification. On ne compte plus en effet les spécialistes en tout genre venant parader dans les médias pour expliquer qu’ils s’expriment en toute objectivité, alors que leurs recherches sont en fait financées par des intérêts privés et sur des crédits militaires. Par ailleurs de nombreux laboratoires des Universités, encouragés en cela par l’Etat,sont main­tenant financés par des fonds privés, si bien que le cli­vage privé/public n’a plus guère de sens.

*****

Avons-nous raison d’agir ainsi ? Cornegidouille, de par notre chandelle verte, nous allons prendre conseil de notre Conscience. Elle est là, dans cette valise, toute couverte de toiles d’araignée. On voit bien qu’elle ne nous sert pas souvent.
Alfred Jarry,
Les minutes de sable mémorial.

VIII - Malgré tous les dangers qu’il repré­sente, le développement productif et technique com­me voie d’accès au bonheur suprême est une croyan­ce sociale qui s’impose plus que jamais. Cette conception bourgeoise du monde, on la retrouve dans les textes et les déclarations d’Attac qui pra­tique une fuite en avant dans la domination et la ser­vitude. Car le problème ne se situe pas au niveau de la maîtrise des flux financiers, bien improbable du fait de la globalisation capitaliste, mais consiste en la destruction de l’organisation sociale actuelle, où nos existences sont tout entières tournées vers l’activité économique. Si l’économie fait la guerre à l’homme, c’est que son développement capitaliste ne corres­pond pas à celui de l’humanité. Pour éviter non seu­lement une catastrophe mais aussi envisager l’éta­blissement d’une société réellement humaine, il faut donc rompre avec cette "signification imaginaire so­ciale [8]" et prendre conscience de ce qui est en jeu. Au bout du compte, ce que nous avons d’humain.

Jérome