Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
La campagne "ne soyons pas complice"
Survivre n°2 - Septembre-Octobre 1970
Article mis en ligne le 13 octobre 2016
dernière modification le 6 janvier 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Nous proposons à tous les scientifiques et groupes de scientifiques de participer à une campagne de signatures pour l’engagement public qui suit :

Les scientifiques soussignés, ayant pris conscience de la menace croissante pour la survie des hommes par les appareils militaires partout dans le monde, s’engagent à s’abstenir :

- de faire des recherches directement dirigées vers des applications militaires ;

- d’accepter ou administrer des fonds par des contrats avec des institutions militaires ;

- de prendre part à des réunions scientifiques subventionnés même partiellement par une institution militaire.

Ils considèrent cet engagement comme un pas vers une prise de conscience par tous les hommes de la menace à la survie, et ils prendront toute occasion pour expliquer et recommander cet engagement publiquement ou en privé par mi leurs collègues scientifiques.

Le but de la campagne "Ne soyons pas complices de notre destruction" est d’étendre et d’approfondir une prise de conscience parmi les scientifiques et tous les hommes, par les discussions et réflexions suscitées par cette campagne, et par l’engagement public et sans équivoque du plus grand nombre possible de scientifiques sur la question de la collaboration avec les appareils militaires. Il n’est pas question par cette campagne d’affaiblir le potentiel destructif de ces appareils, - beaucoup de collègues objecteront en effet avec raison qu’un tel but serait pour le moment hors de portée. On espère que des campagnes analogues seront organisées, qui impliqueront d’autres milieux que les seuls milieux scientifiques.

Nous avons commencé à prendre des contacts avec divers scientifiques et groupes de scientifiques pour organiser cette campagne, pour laquelle nous proposons de suivre les lignes suivantes :

- 1) Aucune limitation de durée n’est fixée à la campagne, conçue comme une réaction en chaîne, progressant sans relâche, d’une prise de conscience croissante parmi les scientifiques.

- 2) La collection des signatures et leur publication se fait par disciplines. (Cela n’empêche pas un scientifique de propager la campagne parmi des collègues d’autres disciplines.)

- 3) Pour toute discipline se joignant à la campagne, un scientifique dans chaque pays centralise les signatures des collègues de ce pays. Des listes des collègues des diverses disciplines qui se sont chargés de ce travail seront publiées régulièrement dans les futurs numéros de Survivre et d’autres journaux poursuivant des buts analogues. Ils donneront également toute information sur les progrès de la campagne. Dans chaque institution scientifique (université, centre de recherches, etc.) un scientifique de la discipline envisagée (par exemple le premier à se joindre à la campagne) pourra centraliser les signatures pour cette institution et faire parvenir les noms au collègue centralisant les signatures pour le pays envisagé.

- 4) On suggère que les scientifiques insistent auprès de dives journaux scientifiques pour informer au sujet de la campagne "Ne soyons pas complices", et plus particulièrement pour indiquer les noms des scientifiques chargés de collecter des signatures dans les divers pays. Des annonces payées pourraient également être envisagées à cette fin, et tous autres moyens de publicité que l’imagination des scientifiques concernés pourrait suggérer.

- 5) Lorsque la campagne aura pris une ampleur suffisante, les mass média devraient être utilisés pour mettre au courant le large public.

Avant de commencer cette campagne, nous demandons à nos lecteurs et sympathisants, plus particulièrement à ceux parmi ceux qui sont des scientifiques, de nous soumettre leur opinion sur son opportunité, et leurs suggestions critiques sur son organisation. Il ne faut pas se cacher que cette campagne ne peut atteindre son but que si tous ceux qui s’y joignent sont prêts à un travail d’explication et de discussion patient et de longue haleine auprès de leurs collègues et des étudiants, sans s’attendre à des résultats spectaculaires et immédiats de leurs efforts.

A. Grothendiek, J. Manuceau, E.Wagneur, W. Messing, G. Edwards.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53