Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
A propos de la Sarre
{Bilan} n°8 - Juin 1934
Article mis en ligne le 17 décembre 2016
dernière modification le 27 novembre 2016

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Tout le monde sait que les bolcheviks-léninistes [1] ont adopté, vis à vis du plébiscite de 1935 dans la Sarre, le mot d’ordre du statu quo. Bien entendu, il s’agit, selon la "Vérité" de déclencher une campagne pour "l’autonomie absolue" de la Sarre, au nom du "droit à disposer d’elle-même" que possède la classe ouvrière.
Nous ne discuterons pas tout le bizarre et le pittoresque d’une telle position : le droit du prolétariat à disposer de lui-même (!) et l’autonomie absolue (!) parce que les ouvriers sarrois ne peuvent poser le problème du pouvoir ; en réalité que signifie ce galimatias ?
Il est certain que si le prolétariat ne peut poser le problème du pouvoir, il ne peut, de ce fait, "disposer de lui-même" ou obtenir une solution favorable à sa lutte. Battu pour battu, il ne peut que se regrouper dans ses organisations de classe et repousser tout choix entre le fascisme allemand et l’impérialisme français, ou, ce qui est identique, le statu quo sous la haute protection de la S.D.N., instrument de la France. Réclamer comme les stratèges de la "Vérité" le droit du prolétariat à disposer de lui-même, c’est-à-dire voter le statu quo ou le maintien de l’hégémonie française dans la Sarre, revient à bafouer le marxisme qui enseigne que la seule forme réelle d’auto-disposition prolétarienne, c’est l’insurrection révolutionnaire et non le choix entre des dominations de deux impérialismes antagonistes.
Mais il y a un aspect assez comique qui s’ajoute opportunément à cette confusion. Les bolcheviks-léninistes attribuent très justement aux pourparlers russo-français le changement d’orientation des centristes [2]. Ce serait donc M. Barthou [3] qui aurait soufflé à Litvinov la "juste position" du statu quo, préconisée par les bolcheviks-léninistes depuis bien longtemps.
Voilà où aboutit la politique "bolcheviste" : prévoir la bonne position avant que le centrisme pressé par un impérialisme quelconque arrive à une compréhension saine des événements.
Et vive alors M. Barthou, qui a obligé le centrisme à briser avec sa "position criminelle" et à adopter la véritable position bolchevik-léniniste.

Notes :

[1Appellation que se donnaient alors les courants trotskistes.

[2Appellation que donne Bilan aux staliniens.

[3Louis Barthou (1862-1934), ministre des affaires étrangères qui travailla au rapprochement de la France et de l’U.R.S.S.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53