Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Quinze années après Livourne
{Bilan} n°27 - Janvier-Février 1936
Article mis en ligne le 24 février 2017
dernière modification le 16 février 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

En janvier 1921 la fraction abstentionniste du parti socialiste dirigée par Bordiga faisait la scission et fondait le parti communiste à Livourne. Cinq mois après le IIe Congrès de l’I.C. le communisme se dressait en Italie en même temps que les premières escouades fascistes déchaînant la terreur bourgeoise. Un événement historique d’une immense portée venait de bouleverser le capitalisme italien. Des entrailles de sa société avait surgi une puissante attaque révolutionnaire des ouvriers occupant les usines, en octobre 1920, marquant en lettres de feu la portée des batailles prolétariennes dans l’Italie d’après-guerre.
Sans parti à l’époque de la prise des usines les ouvriers devaient reculer, permettre aux social-réformistes de sauver momentanément la situation. Mais les contrastes du capitalisme faisaient de ce recul une phase transitoire, pendant laquelle les ouvriers auraient rassemblé leurs forces pour mieux sauter.
D’une part se fondait le parti communiste, expression de l’imminente poussée révolutionnaire ; d’autre part surgissait le fascisme, réponse du capitalisme pour mâter par la violence féroce, l’effort des ouvriers italiens.
Le parti fondé par le courant de gauche qui formula les thèses de Rome en 1922, devait tomber - sous la pression de Moscou - entre les mains du centrisme après les IIIe, IVe et Ve Congrès. Désormais, il était clair que le capitalisme italien et mondial avait gagné la partie et que les ouvriers italiens tombaient victimes d’une Internationale passant au service du capitalisme.
Le parti communiste actuel a pu trahir le prolétariat, mais l’effort fait à Livourne en 1921, consacré à Rome en 1922, demeure, car il est l’expression d’un développement historique de la conscience de classe des ouvriers, que le fascisme a pu étouffer provisoirement par la violence, mais qui s’est continué selon une voie progressive dans le travail de notre fraction.
Livourne demeure notre drapeau. Nous l’avons porté et le porterons avec les principes formulés tout au long de l’évolution de notre fraction, jusqu’au jour assez proche, nous l’espérons, où le nouveau parti se constituera au feu du renouveau des luttes de classe en Italie et dans le monde, et où il le hissera avec l’appel à l’insurrection armée.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53