Copertina
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Il faut développer et organiser la lutte armée pour le communisme
Articolo pubblicato online il 6 luglio 2013

di ArchivesAutonomies
logo imprimer

Tract est paru en avril 1977 dans Per il Potere Operaio (Pour le pouvoir ouvrier), journal des Collectifs politiques de la Vénétie.
Publié par Favrizio Calvi dans Italie 77, le "Mouvement", les intellectuels, Paris, Seuil, 1977, p. 64-66.
Les notes sont de Fabrizio Calvi.

Des formations communistes ont réussi à mener à bon terme une opération armée qui s’était proposé deux objectifs.
1. A Camposiero, le dimanche 6 mars, a été attaquée et minée une caserne en construction, via Borgo Trento-Trieste; cette caserne, destinée aux carabiniers, devait abriter une section de gendarmerie chargée de contrôler et réprimer le prolétariat de la région de Padoue : les bâtiments ont été endommagés.
2. Lundi 7 mars, a été attaqué et mitraillé le pénitencier de Piazza Castello, à Padoue, où le travail noir [1], "le travail à domi­cile", la surexploitation sont autant de réalités institutionnalisées.

CAMARADES, parallèlement à la RESTRUCTURATION économico­politique en cours dans notre pays, dirigée par la bourgeoisie et l’IMPÉRIALISME DES MULTINATIONALES, on assiste à une restruc­turation des structures militaires de contrôle et de répression de l’État capitaliste, qui cherche à attaquer avec plus d’efficacité le mouvement organisé des ouvriers et prolétaires.
IMPOSER À NOUVEAU son contrôle à l’usine et dans la société, anéantir les luttes illégales des prolétaires, éliminer physique­ment les avant-gardes communistes armées, tel est le projet du capital multinational; projet que les forces révisionnistes acceptent et mettent en pratique effective.
Sur le plan stratégique, l’assujettissement du révisionnisme à l’IMPÉRIALISME DU CAPITAL MULTINATIONAL rend encore plus profonde la contradiction principale, libère des forces ouvrières et prolétariennes pour le développement de la LUTTE ARMÉE.
Les prisons, les tribunaux, les lois antiguérilla, les gendarmes, les services de sécurité, les bandes armées privées et publiques fonctionnent et opèrent de concert selon la même directive stratégique. La dernière tâche assignée aux carabiniers : le contrôle extérieur des prisons, le démontre encore une fois.

CAMARADES, le devoir de toute organisation qui combat est de libérer les prisonniers communistes.
ON NE PEUT PAS RÉFORMER LA PRISON!
L’UNIQUE RÉFORME C’EST L’ÉVASION DE MASSE PORTONS L’ATTAQUE À L’EXTÉRIEUR DE LA PRISON
VIVENT LES CAMARADES DE TREVISE ET DE FOSSOMBRONE [2] !

CAMARADES, l’unité du mouvement révolutionnaire est un problème que toute organisation combattante doit mettre à l’ordre du jour, dans la pratique et dans le projet politique.
Nous croyons qu’il faut choisir et mettre en pratique la confrontation politico-rnilitaire, pour la construction du FRONT ARMÉ PROLÉTARIEN.
Ne pas aborder ce problème dans les plus brefs délais équivaut à se mettre hors d’un réel et positif processus d’homogénéisation Politico-militaire, pour la construction du PARTI COMBATTANT.

DU DÉVELOPPEMENT DE L’INITIATIVE DE LA LUTTE ARMÉE POUR LE COMMUNISME DANS NOTRE RÉGION, AU FRONT COMMU­NISTE. UN NOUVEAU PAS EN AVANT A ÉTÉ ACCOMPLI.
VIVE LA LUTTE ARMÉE POUR LE COMMUNISME!
CONSTRUISONS LE FRONT ARMÉ PROLÉTARIEN DANS LE PARTI COMBATTANT!
FRAPPER L’ÉTAT DANS TOUTES SES ARTICULATIONS! VIVE L’UNITÉ DES ORGANISATIONS COMBATTANTES!
FRONT COMMUNISTE COMBATTANT.

Notes :

[1Les groupes clandestins de l’extrême gauche ont fait des entreprises qui prospèrent par le travail noir une cible privilégiée. Il faut dire que le travail noir prend en Italie des proportions incroyables : plus de 5 millions d’Italiens vivent du travail noir.

[2Allusion à deux mutineries de prison.




Sito realizzato con SPIP
con il modello ESCAL-V3
Versione: 3.87.53