Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Mouvement ouvrier international
{Bilan} n°32 - Juin-Juillet 1936
Article mis en ligne le 24 février 2017
dernière modification le 18 février 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Nous publions ci-dessous deux lettres que nous avons envoyées lors des derniers événements en France à deux groupements communistes avec lesquels nous avons pris contact.
Dans le prochain numéro nous espérons, tout au moins pour ce qui est de l’Union Communiste, préciser les bases politiques des discussions que nous avons en vue, et cela nous sera d’autant plus facile que d’ici là nous pensons bien connaître les positions écrites de ces groupes vis-à-vis de la confrontation et par rapport aux derniers
événements.

LA RÉDACTION.

Paris, le 23 juin 1936.

À l’Union Communiste

10, rue de Juillet, Paris (20e).

Chers Camarades,

Les derniers événements en France et leurs répercussions au sein des différents groupes communistes ont déterminé notre fraction à intervenir ouvertement pour contribuer à la formation d’un courant communiste programmatiquement délimité.
À ces fins, nous sommes intervenus aux Conférences Communes et avons pris contact avec votre organisation et avec le groupe Bayard. Nous espérons prendre également contact avec d’autres groupements français qui se disposeraient au travail de clarification absolument indispensable.
Jusqu’ici, aucun lien n’a pu s’établir entre nos deux organisations qu’opposent des conceptions politiques et des méthodes de travail politique bien différentes. Nous ignorons encore si les derniers événements ont poussé l’Union vers une cristallisation interne qui permettra l’établissement d’une liaison. Car la scission vers laquelle vous vous dirigez entraîne, de notre part, de nombreuses réserves en ce qu’elle ne garantit pas l’Union d’une nouvelle aventure avec d’autres groupes, ce qui pourrait représenter une nouvelle possibilité de scission, sans qu’il en résulte plus de clarté.
De toute façon, nous vous confirmons notre accord sur la nécessité d’organiser des réunions communes de confrontation, soit tous les mois, soit tous les deux mois, ce que nous pourrons établir au travers de discussions entre vos délégués et ceux de notre Fédération.
Afin de situer correctement ces échanges de vues et procéder en toute clarté, nous soumettrons à la discussion les documents que notre fraction adoptera au sujet des récents événements en France et sur leurs enseignements pour le mouvement communiste. En outre, nous définirons ouvertement dans Bilan nos appréciations sur la nouvelle évolution de l’Union et nos considérations concernant ses perspectives. Ainsi, aucune équivoque ne sera à la base de nos rencontres qui auront pour but de confronter les points de vue de nos deux organisations, en premier lieu sur les grèves, et, enfin, sur les problèmes de la formation d’un courant communiste en France. Cette confrontation se fera, pour ce qui nous concerne, sur la base de documents qui seront publiés. Nous pensons qu’il serait bon que l’Union fit de même.
Nous notons que vous ne pouvez prendre l’initiative de l’édition d’un bulletin intergroupes. Nous envisagerons donc, soit avec d’autres groupements, soit autrement encore, de concrétiser cette idée qui nous paraît très utile pour déterminer une discussion fructueuse entre les groupes communistes en France.
Nous vous prions, en conséquence de cet accord, de nous faire parvenir vos bulletins intérieurs d’une façon régulière.
Pour notre part, nous vous tiendrons au courant d’accords qui pourraient s’établir entre notre fraction et d’autres groupes, afin que le travail de clarification idéologique puisse être coordonné et s’étendre à l’ensemble des groupements qui, dans leur ensemble, représentent les débris de la conscience du prolétariat depuis les grandes défaites de l’après-guerre et la trahison du centrisme.
Deux de nos camarades, délégués par notre C.E. se tiendront donc à votre disposition pour prendre toutes les mesures pratiques nécessaires en vue de l’organisation des réunions communes. Ces deux camarades assisteront en outre aux Conférences Communes.
Nous vous signalons aussi qu’une préparation écrite de nos réunions communes pourra trouver sa place, pour ce qui vous concerne, également dans Bilan. C’est là un problème que nous pourrons examiner au cours des entrevues de nos délégués et dans la mesure même où vous êtes disposés à mener une discussion approfondie.
Recevez, camarades, nos salutations communistes.

Pour le Comité Fédéral de la Fraction italienne de la gauche communiste.


Au Groupe d’Études Révolutionnaire Prolétarien

Paris.

Chers Camarades,

Suite aux contacts que nous avons établis avec votre groupement, nous voudrions préciser l’objectif qui nous a guidés et la ligne politique que nous voulons suivre.
Nous voudrions contribuer à établir une liaison entre les groupes de communistes internationalistes français qui entendent soumettre à l’analyse marxiste, non seulement les événements qu’ils vivent actuellement, mais tout le bagage idéologique légué par la révolution russe.
Nous ignorons encore vos positions fondamentales qui devraient nous permettre de vous situer politiquement et de vous caractériser, si cela est possible, comme une expression déterminée de la conscience de classe des ouvriers français, broyée par les forces du capitalisme.
Nos contacts avec vous devraient donc servir à établir une délimitation idéologique qui, pour notre part, est faite régulièrement dans Bilan, qui sera faite certainement par vous dans des documents spéciaux. Nous ne verrons même pas d’inconvénients à ouvrir une discussion dans notre revue, toujours dans l’espoir de contribuer un peu plus à la clarification si nécessaire.
Nous vous informons que l’Union Communiste ne voit pas la possibilité de prendre sur elle l’édition d’un Bulletin intergroupes, principalement par suite de l’éventuelle scission qui se vérifiera en son sein. Notre Fraction a décidé d’engager avec l’Union des discussions de confrontation qui, à notre avis, pourraient être élargies par la suite à d’autres groupements au fur et à mesure que paraîtront des documents condensant les positions des différents groupements. Nous ne pensons pas que nos propositions fassent double emploi avec les Confèrent ces Communes, car ces Conférences ont un but éducatif ou informatif alors que nous désirons engager des discussions qui permettent de jeter les bases d’un organisme communiste en France, lequel, par sa plate-forme programmatique, puisse devenir un guide des travailleurs dans les situations révolutionnaires de demain.
Nous avons donc désigné Jeux camarades qui se tiendront en liaison avec vous et avec lesquels il vous sera possible d’organiser, soit des réunions de discussion communes, soit d’organiser la confrontation écrite.
Une première initiative que nous vous proposons serait d’envisager une réunion avec l’Union et notre Fraction où s’affronteraient les positions des trois groupes sur l’examen des derniers événements en France et les tâches des communistes internationalistes. Nous comptons publier dans Bilan un document exposant notre position. Peut-être pourriez-vous envisager également de consigner en un document votre position ? La discussion n’en serait que plus claire et plus fructueuse.
Recevez, chers camarades, nos salutations communistes.

Pour la Fraction Italienne de la Gauche Communiste.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53