Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
La saine expo 71
Survivre n°8 - Juin-Juillet 1971
Article mis en ligne le 13 novembre 2016
dernière modification le 6 janvier 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

LA SAINE EXPO 71

Le sympathique et dynamique animateur de Combat pour l’Homme, Georges Krassovsky, avait demandé à Survivre de participer par un stand à la "Saint Expo 71" organisée pendant le mois de juin dans un pavillon du Parc Floral du Bois de Vincennes. Il nous avait demandé de ne pas être trop "agressifs", trop directement politiques, afin de ne pas braquer un public et des autorités qui commencent à peine à s’éveiller aux questions de l’environnement. Nous avons pu, avec quelque retard, contribuer par un panneau contenant :

- un texte de présentation de 3 pages dactylographiées, incisif sans excès de langage ;

- une bande dessinée sur le "cycle" de l’eau (cf. article "Vie, Survie, Surpopulation") ;

- l’inscription "Il sera nécessaire que chaque individu remette en question les valeurs aujourd’hui dominantes". De plus, environ 80 exemplaires du n°7 de Survivre étaient disponibles au stand de librairie.

Une quinzaine d’organisations avaient des stands ou des panneaux. Certaines ont des buts généraux : "Combat pour l’Homme" insiste sur la paix, la non-violence, la sauvegarde de la nature et la protection des animaux ; "l’Union française pour la protection de la Vie" a aussi une vue globale et son panneau, empli de dessins suggestifs et de photos bien choisies, s’attaquait à toutes les formes de pollutions, physiques et mentales. "L’Association pour la protection contre les rayonnements ionisants" (APRI) avait un stand très documenté sur la pollution radioactive. Mentionnons la présence des défenseurs des animaux, avec "l’Action zoophile" et les périodiques Bêtes et Nature et Vie des bêtes. 

Les mouvements qui cherchent à harmoniser la santé de l’homme et l’équilibre des terres étaient bien représentés : "Agriculture et Vie" dont A. Grothendieck a parlé précédemment, "Nature et Action", qui prône aussi l’agriculture biologique, "Vie et Action", pour qui la santé (du corps humain comme de la Terre) est un bon équilibre du milieu qu’il est vain d’essayer d’assurer par des moyens artificiels, et enfin la revue Diététique d’aujourd’hui. Plus limités à la santé de l’homme étaient les stands du "Comité national contre le tabagisme" et de "Vie et Santé" (qui combat l’alcool, le tabac et la drogue), ainsi que des inscriptions antialcooliques.

Du côté de la santé mentale, on trouvait les psychologues et éducateurs de la "Ligue française d’Hygiène Mentale" (qui combat la dégradation de l’homme due à l’agressivité, l’avidité, la haine, la vanité, la peur et le sectarisme), "l’Ecole Rudolf Steiner" (qui prône et pratique un pédagogie active, en vue de l’épanouissement de l’enfant).

Je ne sais trop ce que sont les Pionniers du nouvel âge, pour qui " la solution définitive et incontestable (de la pollution) se trouve dans les principes de la création ". Enfin, un stand intitulé "le coin de chercheurs" représentait les entreprises, encore artisanales, de l’antipollution, et faisait une publicité, encore discrète, pour divers produits naturels ou biodégradables.

Voilà donc les associations fort diverses et, à mon avis, de valeurs inégales. L’action de Combat pour l’Homme est très sympathique et complète mais ce mouvement se refuse à faire une analyse politique, économique et idéologique des causes de la " pollution ". Par contre l’Union française pour la protection de la Vie ne s’y refuse hélas pas, car, outre une sérieuse brochure intitulée " La dernière croisade" qui décrit les dix dangers menaçant le monde, elle diffuse un texte polycopié [1] qui en donne pour cause " la dégradation progressive de l’autorité dans la famille, dans le travail, dans l’État " ; de plus, ce texte s’attaque à ceux qui proposent d’inverser l’allure du développement démographique [2]. Bref, nous trouvons dans cette UFPV les " conversationnistes conservateurs" ; un de ses vice-présidents est d’ailleurs Jean Royer, le député-maire de Tours qui s’est récemment illustré dans la lutte pour la censure et contre la pornographie.

L’APRI, de Jean Pignero, est particulièrement intéressante parmi les mouvements dont l’objectif est bien délimité (ici la pollution radioactive) : elle est bien documentée, se livre à des calculs sérieux et paraît libre de tout parti pris. Les associations de défenseurs des arbres et des animaux m’ont paru être plus classiques, et faire du bon travail chacune dans son secteur. De même les défenseurs de la santé mentale. Plus insolite m’a semblé la présence des ennemis du tabac, de l’alcool et des drogues, car ces produits ont été utilisés par toutes sortes de sociétés, primitives et évoluées, et je me demande si leur abus est vraiment spécifique de la civilisation industrielle contemporaine. Tout à fait dans le ton de l’exposition sont, à mon avis, les mouvements qui s’occupent d’agriculture biologique ou de diététique et ceux qui luttent contre l’abus des remèdes chimiques et des vaccins. Leurs idées de base sont très saines : importance du milieu, danger d’y introduire des éléments artificiels. Il se peut que certaines exagérations se soient greffées sur les excellents principes, mais je n’en sais pas encore assez pour dire s’il y en a et lesquelles.

Parlons enfin de l’atmosphère de cette exposition. Elle m’a paru très sympathique. Les visiteurs parlaient entre eux et parlaient aux militants qui tenaient les stands.

Un "livre d’or" était à la disposition de ceux qui voulaient écrire leurs impressions et réflexions. A la date du 20 juin, 177 personnes l’avaient utilisé, et certains textes étaient assez longs. 168 contenaient des félicitations et montraient un enthousiasme sans réserve ; parmi eux, un texte en italien, un en espagnol et une dizaine de textes d’enfants ; plusieurs personnes souhaitaient que l’exposition soit permanente et parcoure la France. 4 textes exprimaient des regrets : information pas assez précise, absence de quelques groupes, rien sur la pollution esthétique, l’entrée payante au Parc Floral. J’ai noté 3 textes critiques : l’un reprochait à deux associations de mêler "l’idéologie" aux problèmes de pollution, - un autre accusait les ennemis des vaccinations d’être des farfelus (et s’attira deux réponse), - enfin 3 autres trouvaient l’exposition trop peu révolutionnaire et soulignaient que la recherche du profit capitaliste est une cause très importante des pollutions.

Le public était très nombreux, plus dense que dans toutes les autres expositions et attractions du Parc floral, et surtout moins passif et plus éveillé. Le contraste était frappant avec l’exposition " officielle " voisine, consacrée à " L’environnement", qui donnait l’exemple du département de l’Oise pour la protection des sites et l’équilibre contre le tourisme et l’industrie ! Il y avait beaucoup de belles photos froides, et l’inscription "Pour la poursuite de l’action, l’information " avec un grand tableau blanc et vide en dessous ! Comme textes, on y distribuait "L’Oise tourisme", un appel au Conseil de l’Europe, et une brochure sur un concours des villages fleuris ; je n’ai rien contre les fleurs, bien au contraire, mais c’est bien court comme action pour l’environnement ! Détail significatif, ce concours, placé sous le patronage de cinq ministres, était organisé par la société Shell et six autres pollueurs d’un peu moins grande envergure.

Quant au tourisme, ce n’est sûrement pas un bien sans mélange pour l’équilibre de l’homme et de la nature. Le public était rare pour s’imprégner de ces admirables conceptions écologiques de nos gouvernants, et il passait rapidement. Pour couronner le tout et bien lutter contre la pollution, l’exposition officielle distribuait le ... Guide atlas officiel des autoroutes de France !

Pierre Samuel

Notes :

[1La grande peur de l’an 2000, par René Colas, février 1971.

[2Avec l’admirable argument : " Qui paiera le chômage si la population active diminue ? "




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53