Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Le 1er Mai
1890
Article mis en ligne le 10 juin 2017
dernière modification le 9 mai 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Le 1er Mai

BLANQUI L’Anarchie est l’avenir de l’Humanité

Camarades d’ateliers,

Voilà un siècle que nous courbons l’échine sous la férule du maître — la bourgeoisie, - voilà un siècle que comme le bœuf à l’abattoir nous nous laissons mener sans plainte et sans protestations.
Cela dura-t-il toujours ainsi ? Non !
La haine depuis si longtemps contenue dans nos cœurs commence à déborder.
De partout l’on entend le cri du prolétaire souffrant, avant-coureur de la grande Révolution qui se prépare.
Il est évident, et tous nous le comprenons, que semblable à une traînée de poudre, l’Idée de révolte se propage partout.
Il suffit maintenant d’une étincelle pour provoquer l’événement qui devra nous affranchir des exploiteurs.
Qui ou quoi créera ou provoquera cette étincelle ? Nous ne le savons pas.
Le premier Mai prochain, les Travailleurs du monde entier descendront dans la rue ; qu’iront-ils y faire ? Pourquoi iront-ils ? Pour réclamer quoi ? Un palliatif qui ne pourra apporter aucune amélioration à notre sort.
Mais qu’importe, il n’appartient pas aux anarchistes d’engager, ni d’empêcher personne à descendre dans la rue.
Et qui sait ? Si ceux qui quitteront le travail ce jour-là ont conscience de ce qu’ils font et de ce qu’ils veulent faire, peut-être bien que ceux-là commenceront la Révolution.
Que ce soit le 1er mai, ou que ce soit dans 10 ans, que commencera l’œuvre hygiénique de la désinfection bourgeoise ; souvenons-nous, ce jour-là des souffrances endurées ; ressentons à nouveau les tiraillements d’estomac ; revoyons-nous pour un instant tels que nous sommes, les esclaves, les chiens des bourreaux, que notre faiblesse rend puissants ; et sans pitié comme sans colère, mais froids, implacables, frappons comme nous le devons, jusqu’à ce qu’enfin, le soleil de l’Egalité eût traversé la couche épaisse de nuages qui le voile à nos yeux.

Et vous, Mères de Familles,

Vous qui bien souvent avez été obligées de vous passer de la nourriture nécessaire, pour sécher les pleurs de vos enfants, souvenez-vous et dressez-vous aussi contre nos ennemis communs.
Dites-vous bien, que puisque la terre produit trois fois plus qu’il ne faut pour nourrir tout le monde, - ce sont les bourgeois qui l’avouent — que vous voulez que vos enfants aient la vie assurée ; vous voulez qu’ils puissent avoir, avant de naître, un coin de terre pour se reposer.
Que vous ne voulez plus élever des misérables, des souffreteux condamnés à être assassinés petit à petit par la faim et la misère, si toutefois les canons et les privations n’ont pas faits de vos fils, de la bouillie, et de vos filles, une pourriture.

Camarades, Frères de bagnes,

Quoi qu’il puisse arriver, si le 1er Mai, le sang coule à Paris, sortons de nos misérables taudis, et si enfin, les fusils crachent la mort, si les cadavres des nôtres s’amoncellent dans Paris, Feu ! Feu partout !
Une fois quitté les lieux infects qui nous servent de logis, et où règne la maladie à l’état latent, il ne faut plus que nous puissions y rentrer.
Il y a assez de châteaux ou de maisons bourgeoises pour nous loger tous.
Est-ce que l’homme doit rester là ou il s’étiole là où la vermine s’ébat, là où l’air insuffisant et insalubre attaque nos poumons, là où il est impossible d’élever notre progéniture.
(Dire qu’il y a encore des gens qui voudraient conserver ces bouges, sous prétexte que c’est l’œuvre de nos mains). Canailles, va !
Non, il nous faut à nous aussi, le grand air, la liberté, la lumière.
C’est bien notre tour de nous prélasser dans nos propriétés.
Et qui donc est propriétaire ; est-ce ceux qui créent ou ceux qui regardent créer.
Mais, camarades, pour que la Révolution soit efficace, il faut qu’elle soit triomphante. Pour cela, défions-nous de ceux qui se posent en sauveurs et de ceux qui nous engagent à descendre dans la rue, c’est toujours les mêmes.
Il faut nous révolter dans l’ombre le plus possible.
On ne pourra frapper au cœur la bête qui nous dévore, qu’en la prenant par la ruse.
Une cartouche de dynamite, placée clandestinement produira plus d’effet que 100 hommes qui se feront tuer devant un escadron.
Il nous faudra porter la torche, partout où sont les titres de propriétés, partout où la bourgeoisie a établi ses quartiers généraux. Il faut que les églises, les mairies, les commissariats, sautent ou brûlent, mais il faut autant que possible, que la main qui aura accompli cet acte vengeur reste inconnue. C’est le seul moyen de pouvoir recommencer ailleurs et de faire une révolution efficace avec un petit nombre.
S’il nous faut faire le sacrifice de notre vie, soyons prêts, mais au moins nous devons la vendre chèrement.
Malheureusement, combien encore, semblent tenir à cette existence, qui n’est qu’un long martyr, combien encore pensent à la mort avec frayeur.
Allons, camarades, du courage, du sang-froid, ne vaut-il pas mieux mourir d’un seul coup, qu’être tué lentement comme nous le sommes.
Vous avez peur de l’agonie, mais est-ce que notre vie n’est pas une longue agonie, souvent plus terrible et plus affreuse que les contractions qui précèdent la mort.
Souvenez-vous des martyrs de Chicago qui, la corde au cou, chantaient la Révolution.
Souvenez-vous de Reinsdorf ; souvenez-vous des Gallo, des Cyvoct, des Duval, des Pini, etc. bons anarchistes, qui n’ont pas attendu que vous soyez prêts pour attaquer nos maîtres, pour essayer de dévisser le boulet que vous traîner inconsciemment.
Oui, souvenez-vous, et le jour de la Révolution, Mort à tout ce qui est exploitation et exploiteurs, à tout ce qui est .... l’autorité. N’oublie pas que leurs victimes à eux, se chiffre par millions. Ils ne sont que quelques milliers.

  • Vive la Révolution
  • Vive l’anarchie
  • A bas l’autorité !

Surtout, défions-nous des politiciens, le suffrage universel peut regarder le jour...

La Jeunesse libertaire réunie tous les samedis — Entrée libre et gratuite.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53