Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
L’Europe machine de mort : appel
{Matin d’un Blues}, n°1, (fin 1978 ?), p. 4 et 6.
Article mis en ligne le 6 avril 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

[Ce texte est un appel rédigé pour une rencontre internationale contre l’espace judiciaire européen de deux jours organisée les 21 et 22 janvier 1978 à Strasbourg à l’initiative du groupe Marge. Craignant des débordements violents, les autorités déploient d’importants effectifs policiers qui empêchent les centaines d’autonomes et d’inorganisés venus de toute l’Europe de se rassembler.]

Dans le magma de la pseudo-information, nous ne savons plus trèsbien dans quel monde, dans quel type de so­ciété nous vivons. Démocratie libérale ? Démocratie avancée - voire populaire -, société de transition ou de compromis historique, mais partout sociétés à État, à police. à prisons, à hôpitaux psychiatriques. sociétés de production à outrance. de surproduction, d’industries et de techniques de pointe, sociétés de conquêtes, délires ivres d’ennui, accumu­tation primitive de décors, de faux-semblants de rituels décharnés. L’Europe est née cette fois, Europe policière, celle de l’exclusion. celle de l’extradition, de l’assassinat et du mensonge organisé. Présence, actualité, efficacité de l’information-marchandise, de l’idée-marchandise, des mass-médias, de leurs appareils de contrôle, de surveillance, de marquage, de quadrillage et de matraquage. Collaboration des polices française, allemande, italienne, hollandaise dans la lutte contre le terrorisme. Force doit rester à la loi. Le terrorisme d’État traque, pourchasse des hommes et des femmes, s’oppose par tous les moyens, recours à l’armée type commandos spéciaux, dépistage systéma­tique des intellectuels sympathisants-terroristes, nouvelle chasse aux sorcières. Généralisation de la parano-systéme, déla­tion, dénonciation, mensonge, manipula­tion, déformation, calomnie, infâmie. Après les mesures d’exception visant à assurer l’homogénéité d’un corps d’État- fonctionnaire, on a voté en RFA des lois pour interdire toutes les organisa­tions d’extrême-gauche. Par dizaines de milliers, les révolutionnaires se trouvent niés dans leur existence, dans leur liberté d’expression. Par le vote de ces lois, des hommes et des femmes deviennent les exutoires d’une société malade. Bien pen­sante, bien portante, l’Europe agite ses signes extérieurs de richesse et de puis­sance. Chaque jour l’Europe produit et consomme inlassablement sa tristesse et sa monotonie, répétition mécanique de sa misère, gestes et paroles dérisoires.
L’Europe rote, pisse, chie et jouit sur les cadavres d’Holger Meins, d’Ulrike Meinhof, d’Andréas Baader, de Güdrun Esslin, de Jan Karl Raspe, d’Ingrid Schubert. L’Europe, machine de mort, rit de ceux qui se battent et espèrent encore. Camarades de la R.A.F, des N.A.P.A.P. et des Brigades Rouges en grève de la faim et de la soif. L’Europe interdit le droit, tous les droits les plus élémentaires, les plus importants, ceux de la défense. L’Europe extradie et exorcise les conspirateurs. Dans sa fonction première, l’Êtat-Europe aura commencé par condamner, assassiner, enfermer. Dure naissance. En Allemagne, en Italie, en Espagne, en France, en Angleterre, en Irlande, en Hollande, en Belgique, en Grèce, ailleurs, on EXÉCUTE. Accord total sur la lutte anti-terroristes, tous les dissidents, tous les opposants au régime seront classés sur ordinateur. Nous sa­vons tous très bien, que ce ne sont pas les nazis qui ont construit Stammheim, mais les sociaux-démocrates. La raison d’État est devenue cybernétique. Notre devenir est criminel, si nous ne compre­nons pas aujourd’hui ce qui se joue : nous ne pourrons plus devenir. La naissance de l’Europe policière oblige l’ensemble du mouvement révolutionnaire à opérer un déplacement dans ses perspectives de luttes. Parler d’une riposte offensive n’a de sens que si cette riposte à la répression devient internationale. La question cen­trale pour la France, l’Allemagne et les autres pays n’est plus, en effet, de dé­fendre leurs économies respectives, mais de permettre à l’État-Europe d’exister Pour défendre cette conception de l’Eu­rope, pour imposer la valeur de la démo­cratie libérale, pour enrayer les taux d’in­flation et assurer le fonctionnement des rouages économiques et industriel », tous les opposants doivent être éliminés. LÀ se trouvent les fondements idéologiques de la lutte anti-terroriste.
Pour le mouvement révolutionnaire, le problème maintenant, est de démontrer sa capacité de mise en place d’un disposi­tif cohérent de lutte contre l’internatio­nalisation de la répression. Ce mouvement, c’est celui de Malville, de Kalkar, de Bologne, celui d’une Europe anti-autoritaire qui se bat pour une autre manière de vivre, de penser, d’exister, d’aimer, de faire. Parler d’autonomie créative, c’est ici et maintenant défendre notre liberté d’expression, notre droit d’asile, notre droit à la différence. Tout l’avenir du mouvement autonome passe aujourd’hui par ces axes de luttes. Dans ce cartel policier européen, chaque jour, l’arrogance des petits chefs d’État se fait plus grande et chaque jour elle pèse un peu plus sur nos vies. S’il est vrai que seul un rapport de force instauré par le mouvement révolutionnaire peut faire reculer la répression, encore s’agit-il qu’il se coordone et s’affirme. La mise en place d’un dispositif international de lutte contre la répression et par-delà, demande qu’au préalable, une évaluation cohérente des forces en présence soit faite. Jamais il ne doit être en effet question de perdre de vue la fantastique machine répressive qui existe présentement. Se battre contre, nécessite que les discours révolutionnaires quittent le terrain de l’idéalisme, du machisme, du sectarisme et de l’idéologie, c’est-à-dire de la surenchère démagogique.
Faire de sa vie autre chose que ce qu’elle est, c’est sortir de la répétition et de l’ennui. C’est, pour passionner nos vies, ne plus jamais accepter que quelq’un ou quelque chose décide de notre place.

CONTRE L’EUROPE DES FLICS
CONTRE L’INTERNATIONALISATION DE LA RÉPRESSION
NOUS APPELONS A UN RASSEM­BLEMENT INTERNATIONAL A STRASBOURG




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53