Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Comité de soutien à la répression
{Matin d’un Blues}, n°1, (fin 1978 ?), p. 6.
Article mis en ligne le 6 avril 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Il faut d’abord démystifier une fois pour toutes le baratin larmoyant de la bande de paranoïaques d’Amnesty Inter­nationale.
Bien sûr, c’est vrai, il y a des milliers de disparus chiliens, les charniers indoné­siens et la pestilence mortelle de l’Ex­trême-Orient où la guerre n’est pas éteinte, il y a les camps de rééducation chinois, les hôpitaux soviétiques, la braderie des Palestiniens dans le marchandage meur­trier du Moyen-Orient, la militarisation des régimes en Amérique du Sud, la doc­trine de la sécurité en Europe et ses re­tombées suicidaires en Allemagne, sans compter l’Afrique du Sud, et on en passe...
Ce sont des réalités. Mais il y a une autre réalité : c’est qu’on est prêt à faire beaucoup mieux dans le genre génocide et, bien que cela puisse paraître parado­xal, nous agirons au nom d’un idéal beaucoup plus humanitaire que celui que proposent ces petits cons de gauchistes.
Nous sommes réalistes, ces millions de morts sont la rançon qu’il faut payer à la paix sociale et à la consommation. Qu’est-ce qui va garantir notre tranquil­lité si on laisse n’importe qui avoir une opinion ?
Nous ne disons pas qu’il faut inter­dire la politique, on peut en discuter chez soi, aux repas de famille par exem­ple, mais si on se laisse entraîner à des actes irresponsables sous prétexte d’in­justice ou d’oppression, ça devient tout de suite l’anarchie.
Donc, nous, citoyens conscients du prix à payer pour notre confort, suggé­rons respectueusement :
- d’étendre le champ de la convention anti-terroriste et d’appliquer l’extradition automatique pour les cas d’insulte à agent
- de remplacer la loi anti-casseur par un système de peines de torture pouvant aller jusqu’à la mort
- nous demandons le suicide systéma­tique des terroristes dans les shows télévisés du samedi soir, le goulag pour tous les insoumis et autres mal-élevés, même non violents.
De plus, pour soulager l’Êtat d’une part du fardeau énorme de la répression et pour participer aux tâches exaltantes de salut public, nous proposons de deve­nir tous flics, indics ou matons suppléants pour garantir la paix sociale par l’oppression de tous par chacun. Quand nous aurons atteint notre but, la société micro-policière, nous exigerons la tran­quillité digestive à laquelle nous avons droit. Nous nous permettons cependant de demander dès maintenant que l’on commence à entourer les villages Club Méditerranée de barbelés électri­fiés et de tranchées minées, car avec tous ces jeunes exaltés... on ne sait ja­mais...




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53