Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie d’Armand Bidault (1869-1938)
Article mis en ligne le 16 octobre 2017
dernière modification le 15 octobre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

BIDAULT, Armand, Émile "GABAT" ; "CABET" ; "DUBOIS" 
Né le 29 mai 1869 à Palaiseau (Seine-et-Oise) — mort le 28 janvier 1938 - Mécanicien - FCAR - Paris

Militant du groupe anarchiste de Ménilmontant, Emile Bidault participa, en août-septembre 1886, avec notamment Octave Jahn, Ferdinand Niquet, Tortelier et Murjas, à la constitution de la Ligue des Antipatriotes. Cette ligue organisa quelques conférences, édita quelques placards, puis disparut au cours des années suivantes. Il participait également aux déménagements "à la cloche de bois" de la Ligue des antipropriétaires fondée par Couchot.

En 1886 ou 1887 il aurait été mêlé, avec Pauline Marais, Agresti, Redon et Wagner à une tentative de vol d’un marchand de tabac de la rue de la Tour d’Auvergne.

Il fut semble-t-il arrêté au printemps 1888 et demeurait alors 77 rue Oberkampf. A l’occasion de la manifestation du 27 mai 1888 au Père Lachaise, il avait émis l’intention d’y aller avec le compagnon Vivier : tous deux seraient porteurs de deux drapeaux, l’un rouge et l’autre noir, qu’ils devaient promener sur le Boulevard de Ménilmontant et qu’ils étaient bien décidés à défendre avec l’aide des compagnons présents.

Membre de la Ligue des antipatriotes et insoumis au début des années 1890, il s’était réfugié d’abord en Suisse - au printemps 1893 il aurait été à Genève - puis à Londres, où semble-t-il sous le nom de Dubois il demeurait 97 Charlotte Street. Son nom figurait sur une liste d’anarchistes établie par la police des chemins de fer pour "surveillance spéciale aux frontières". A l’automne 1893 il diffusait depuis Londres la brochure Le Conseil de révision de Tolstoi tiré à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires par le groupe de déserteurs et réfractaires français réfugiés dans la capitale britannique. Il aurait également utilisé le nom de Cahuzac et figurait sur l’état vert n°2 des anarchistes disparus et/ou nomades.

Au début de la guerre, Bidault, adhérent individuel de la Fédération communiste anarchiste révolutionnaire (FCAR) et membre du groupe des Amis du Libertaire, se trouvait à Yvetot gérant des Galeries cauchoises et il sympathisa avec l’attitude pacifiste de Sébastien Faure. En 1916, en sursis d’appel, il travailla à la fabrication de moteurs d’aéroplanes chez Salmson à Billancourt et fut l’un des signataires du Manifeste La Paix par les peuples hostile à l’union sacrée proposée par jean Grave et le Manifeste des seize. Il demeurait à cette époque 62 rue des Boulets (XIème arr.).

Trésorier du Comité de défense sociale (CDS), il tenta en 1919 de mettre sur pied une "Bibliothèque circulante gratuite". Il était alors chargé, ainsi que Louis Rimbault, des correspondances et communications au Libertaire où ul avait remplacé Content détenu à la Santé. En mars 1919, il fut avec entre autres Le Meillour, Sirolle, Boudoux, Renneringer, Doudon et E. Massot signataire d’une protestation parue dans le Libertaire (2 mars) dénonçant les perquisitions effectuées au journal suite à l’attentat de Cottin contre Clémenceau. En 1920 il était le trésorier du groupe de soutien à Kropotkine qui recueillait des fonds afin d’envoyer vivres et vêtements au vieux militant à Moscou. Il recevait également tous les mandats qui concernaient la Librairie sociale qui dépendait du journal. C’est à propos de la gestion de cette librairie qu’il fut attaqué lors du IIIe congrès anarchiste tenu à Levallois, décembre 1922 ; il promit alors de signer la cession du bail de la boutique située, 69, boulevard de Belleville, à Paris.

Émile Bidault, qui habitait 39 rue de Bretagne (3è), avait assisté au Ier congrès anarchiste, Paris, 14 et 15 novembre 1920, et au IIe congrès, Lyon, 26 et 27 novembre 1921 ; il représenta à ce dernier le XIe arr. de Paris.

En 1922, il était toujours trésorier du comité de défense sociale (CDS). Durant l’entre-deux-guerres, son œuvre principale consista dans la publication de La Brochure mensuelle (au moins 191 numéros de janvier 1923 à décembre 1937), entreprise de vulgarisation des idées anarchistes et dont il a été gérant, rédacteur et administrateur de 1923 à 1937. Afin d’écouler les stocks il créera la série La Bonne collection sous couverture cartonnée parfois illustrée et une présentation plus soignée.

En 1924 il était le contrôleur du bureau du Comité de l’Entraide aux cotés de Hodot et de Legrand.

Bidault fut gérant du journal La Conquête du pain (Boulogne Billancourt), ouvert à tous les courants de l’anarchisme et dont le n° 1 parut le 13 octobre 1934 et le n°45 - et dernier - le 13 décembre 1935 et dont l’administrateur était Fernand Planche. Fondateur du journal La Raison, il avait également mis son imprimerie à la disposition du journal Terre Libre (1934-1936) publié par L. Laurent et A. Prudhommeaux d’abord à Aulnay-sous-Bois puis à Nîmes, puis de nouveau en région parisienne (1936-1937) . Son domicile de la rue de Bretagne figurait toujours en 1935 sur la liste de vérifications des domiciles d’anarchistes.

Émile Bidault mourut le 28 janvier 1938 et fut incinéré au Père-Lachaise.

Dans ses souvenirs, Nicolas Faucier, l’évoquait comme un "curieux personnage, assez effacé, se tenant à l’écart du milieu anarchiste, mais très avisé sur le plan commercial. Il vivait au milieu de ses livres dans un local assez vétuste, au premier étage d’un immeuble situé au 39 de la rue de Bretagne. Au rez-de-chaussée, il avait installé une presse qui lui servait à imprimer La Brochure mensuelle, publication diffusée par abonnements à l’usage des groupes et militants chez lesquels il s’était acquis une nombreuse clientèle [...]. Il avait raflé chez les éditeurs — et particulièrement chez P.V. Stock — presque tout le fond des œuvres anarchistes datant de l’avant-guerre 1914-1918 et non réédités depuis [...], si bien que nous devions passer par lui pour nous les procurer. Mais étant donné les débouchés dont nous disposions, nous étions son plus gros client et il nous consentait les remises habituelles aux libraires, soit 33 %, ayant lui-même bénéficié sur ses achats de remises plus avantageuses."

Sources : Arch. Nat. F7/13053 et F7/13061, rapport du 2 juillet 1915. — Le Libertaire, 2 février et 18 mai 1919. — Syndicalisme révolutionnaire et communisme. Les archives de P. Monatte, Paris, 1968.= notice J. Maitron in "Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit.// Notes D. Dupuy// Terre Libre, 11 février 1938// CAC Fontainebleau 200 10216/171// Nicolas Faucier "Dans la mêlée sociale..", op. cit.// Le Père Peinard, année 1893 // Arc. Nat. F7/12723 // APpo BA 75, BA 78, BA 1509 //


NdE : Cette biographie est extraite du dictionnaire international des militants anarchistes




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53