Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie de Méizoz Léonce
Article mis en ligne le 5 novembre 2017
dernière modification le 31 octobre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Muratore
Maçon

Levron /VS 28.12.1896 da Jules e Célidoine Terretaz - muore nel 1980.
Sposato con Bertha Julia, vedova Liard, nata Pasquier il 24.12.1897 a Friborgo.

Membro del Gruppo Le Réveil di Ginevra, membro della Ligue d’action du bâtiment / LAB (assieme al padre), e vice presidente della FOBB ginevrina negli anni Trenta. Condannato a 8 giorni di carcere con Victor Birolo il 21.7.1932 perché nel corso dello sciopero della FOBB avevano maltrattato un padrone che teneva alcuni operai non sindacalizzati al lavoro ; poi su ricorso vennero ricondannati nel dicembre 1932 a 15 giorni di carcere (Méizoz con la condizionale). Condannato in quanto membro della LAB nel dicembre 1932 a 15 giorni di prigione e 50 fr. di multa per danneggiamenti alla proprietà (Louis Seggessmann e Daniel Trohler a 8 giorni di prigione). Il 28.11.1933 con A. Cornu ed altri, tra cui L. Tronchet, è oratore nell’assemblea di protesta per degli obiettori (Cornu parla in nome della Lega internazionale dei combattenti della pace). Partecipa con altri 24 compagni alla demolizione dei tuguri ginevrini nel 1935 (azione diretta della LAB, in cui saranno condannati 8 compagni). Nell’ottobre 1936 si reca in visita in Spagna con Luigi Bertoni, Lucien Tronchet e Fellay.
Nel 1939 è nuovamente condannato dal tribunale militare per mancata presenza alla sfilata militare dell’anno precedente. Nel marzo 1940 la polizia annota che sostituisce Lucien Tronchet alla presidenza della FOBB quanto questi era in detenzione per obiezione. Ma nel 1944 la stessa polizia scrive che dal 1940 si è tenuto tranquillo.

Né au Levron (Valais, Suisse), 28.12.1896, fils de Jules et de Célidoine Terretaz ; mort en 1980.

Membre du groupe Le Réveil de Genève et de la Ligue d’action du bâtiment / LAB (avec son père), vice-président de la section genevoise du syndicat des ouvriers du bâtiment FOBB dans les années 1930. Condamné à 8 jours de prison avec Victor Birolo, le 21.7.1932, pour avoir frappé un patron pendant une grève de la FOBB, il voit sa peine aggravée lors de son recours en décembre 1932 (15 jours avec sursis). Il est aussi condamné au même moment à 15 jours de prison et 50 fr d’amende, en tant que membre de la LAB, pout dommages à la propriété (Louis Seggessmann et Daniel Trohler devront faire 8 jours de prison). Le 28.11.1933, avec A. Cornu, L. Tronchet et d’autres, il est orateur dans une assemblée de protestation pour les objecteurs. Il participe avec 24 camarades à la démolition des taudis à Genève en 1935 (l’action était dirigée par la LAB ; 8 camarades seront condamnés). En octobre 1936, il visite le front espagnol avec Louis Bertoni, Lucien Tronchet et Fellay.
En 1939, il est encore une fois condamné par le tribunal militaire pour défaut à la revue d’irganisation l’année précédente. En mars 1940, la police note qu’il remplace Lucien Tronchet à la présidence de la FOBB pendant la détention de ce dernier. Mais en 1944 les mêmes services notent qu’il s’est tenu tranquille depuis 1940.

FONTI : GB-ME // HT // AEG (service de la police administrative et judiciaire) 2008 va 50.2.224 // Journal de Genève 23.7.1932 - 6.12.1932 // Lettre de Mme Méizoz à G. Bottinelli, 8.3.1984 //




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53