Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie de Maurice Fister (Pfister)
Article mis en ligne le 24 décembre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

FISTER, Maurice [PFISTER, Maurice, Louis, dit]

Né le 27 août 1893 à Clichy - Ouvrier cimentier - UA - Paris - Saint Denis

Avant la première guerre mondiale, Maurice Pfister dit Fister, fils d’un journalier et d’une teinturière, qui demeurait 20 passage Duhesme (18è arr.), avait collaboré à l’hebdomadaire L’Anarchie (Paris & Robinson,1905-1914) et à L’Action Anarchiste (Uccle, Bruxelles, au moins 2 numéros en juillet 1914) publié en Belgique par A. Lebrun. Il était en 1913 le secrétaire des groupes anarchistes des 17è et 18è arrondissements de Paris. Il était également membre du Foyer anarchiste du XIXème arrondissement. Lors de la visite en mai 1914 di roi du Danemark à Paris, son domicile, rue Clovis Hughe à Saint Denis, avait été mis sous surveillance spéciale par la police. Inscrit au Carnet B il avait été réformé, position dans laquelle il avait été maintenu lors de la guerre.

En 1920, M. Fister collabora au Libertaire qui avait reparu le 26 janvier 1919 ; à partir du n° 157, 20-27 janvier 1922, il devint responsable de l’administration du journal, tandis que Lecoin devenait le responsable de la rédaction. Il collabora à la Revue anarchiste que publiait l’Union anarchiste, et qui compta 35 numéros (janvier 1922-10 août 1925). Un article paru dans le numéro 7 du journal La Jeunesse anarchiste (Paris, 12 numéros du 15 mars 1921 au 15 mars 1922), consacré à Cottin qui tira un coup de revolver sur Clemenceau, lui valut d’être condamné, par défaut, à un an de prison (cf. Le Libertaire, 30 juin-7 juillet 1922) ; le tribunal devant lequel il comparut le 27 juillet, le condamna à six mois de prison ; pendant douze jours, au mois d’août, il fit, avec Loréal, Nadaud et Villiers gérant du Libertaire, une grève de la faim pour que H. Coudon Méric et Jeanne Morand, emprisonnés, soient placés en régime politique.

De nouveau condamné le 28 septembre à six mois de prison par le tribunal correctionnel de Cherbourg, il vit sa peine confondue avec celle qu’il venait de subir.

Fister, bon orateur, assista à plusieurs congrès : à Lyon, au second congrès de l’Union anarchiste, 26-27 novembre 1921 ; au congrès international anarchiste de Berlin, avec Haussard, Berteletto et Mauricius, 25 décembre 1921-2 janvier 1922 ; il assista également au IIIe congrès de l’UA, à Levallois, 2-4 décembre 1922, ainsi qu’au IVe qui se tint à Paris les 12 et 13 août 1923 et où il fut élu collaborateur "remplaçant" du Libertaire ; il fut le seul, à ce congrès, à s’opposer à la parution quotidienne du journal Le Libertaire (4 décembre 1923-26 mars 1925).

Sources : témoignage de N. Faucier = Notice de J. Maitron in "Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier...", op. cit. // R. Bianco "Un siècle de presse...", op. cit. //APpo BA 1499, rapport du 20 mai 1914 // Arc. Nat. F7/13053 //

P.S. :

Biographie extraite du dictionnaire international des militants anarchistes




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53