Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Manifeste de la Fédération anarchiste du Sud – La Fédération du Sud
Terre Libre N°1 – 20 Juin – 5 Juillet 1922
Article mis en ligne le 10 février 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

A l’heure ou dans tous les partis politiques se dessine un certain flottement dans leur action ou orientation, dû en grande partie, à l’insuffisance, au reniement, à la trahison de leurs chefs ; à la nocivité de leur principe, déterminant ainsi, fatalement leur faillite et leur déroute. mettant dans l’indécision, bon nombre de leurs adhérents écœurés, dégoûtés, désillusionnés, surtout par les agissements néfastes, d’hommes en qui ils plaçaient toute leur confiance : il convient plus que jamais, pour nous Anarchistes, de prendre la place qui nous incombe, sur la scène du théâtre social, de faire comprendre et aimer notre belle doctrine, de diffuser, de propager nos profondes et humaines idées, de les confirmer sur leur invariabilité, en un mot exemptes de tout confusionnisme.

On nous a trop souvent reproché de n’être que des démolisseurs, des destructeurs, ne sachant ou ne faisant rien, pour réorganiser, ce que nous avions détruit et renversé.

C’est bien mal nous connaître, et c’est aussi user d’un moyen de dénigration propre à certains individus qui ne sont pas nos moindres ennemis, ce qui nous porte gravement atteinte parmi la masse ignorante.

Si nous voulons, certes, jeter bas toutes les institutions actuelles, émanant d’un régime pourri et féroce, véritable fléau social, nous ne voulons à aucun prix les remplacer par des réformes, plus ou moins tangibles, qui ne sont bien souvent que des concessions, plus apparentes que réelles, incapables non seulement, d’amélioration sensible pour le sort des travailleurs, mais qui entravant généralement l’évolution des cerveaux et des initiatives ; retardent considérablement l’avènement d’un bonheur universel.

Non ! ce que nous voulons, c’est leur substituer, une société d’hommes libres, toute d’entraide et de fraternité, groupée en affinité ou associés en producteurs, en harmonie complète avec la science et le progrès, et nous basons notre conception de cette nouvelle société sur l’autonomie absolue de l’individu, sur la libre entente, sur la libre organisation, de tous les travailleurs manuels et intellectuels. Nous sommes aussi partisans de l’appropriation de toutes les richesses naturelles du sol et sous-sol, des instruments de productions et des objets de consommation ; et comme la valeur d’une société, dépend beaucoup de la valeur des individus qui la composent. nous estimons, que dans l’intérêt de tous comme dans celui de chacun, tout individu doit chercher à se développer intégralement, physiquement, intellectuellement, moralement.

Ce sera là au lendemain d’une révolution victorieuse, notre œuvre de reconstruction.

* * *

Ainsi, partant de ce principe, qu’il faut de la cohésion et de la coordination, dans nos efforts, pour faire triompher, face aux forces de répression, de calomnies, et de mensonge ; ce qui nous semble le plus près de la liberté et de la vérité, nous nous sommes réunis, Anarchistes méridionaux dans un petit congrès, qui s’est tenu à Marseille le 2 avril. Là, dans une atmosphère de parfaite tolérance et de fraternité ; nous avons tout en faisant largement connaissance, compagnons des divers points de la région, constitué sur les bases du plus pur fédéralisme, la Fédération Anarchiste du Sud, comprenant les éléments du département de l’Hérault jusqu’à celui des Alpes-Maritimes.

Nous avons étudié en commun l’action à mener et la propagande à faire, des grands centres jusqu’aux coins les plus reculés, et des moyens les plus efficaces pour la mener à de bons résultats. D’une part un groupe de copains se forme ; pour apporter la parole Anarchiste, partout ou le besoin s’en fera ressentir ; de l’autre, la création d’un périodique dans la région. nous a semblé de première nécessité. Nous avons donc notre petit organe de combat, bien petit, et bien seul, pour lutter contre les mensonges de la presse bourgeoise locale, stipendiée, et absorbant sous l’effet de son narcotique malfaisant, les cerveaux caduques de la grande majorité de la classe productrice, mais qui, animée par les sentiments généreux, désintéressés de ses créateurs, sera quand même et toujours à la hauteur de sa tâche.

Son but principal sera ; l’éducation, le débourrage de crânes, la clarté, la mise au grand jour de certains agissements plus ou moins propres, mais qui ne trouveraient pas l’écho voulu dans toute autre feuille. Le syndicalisme et son problème quelque peu complexe, y aura aussi sa place, et nos collaborateurs s’efforceront de l’exprimer nettement. Nous n’oublions pas nos camarades de langues étrangères, nombreux -parmi nous, et ils auront à leur disposition, une rubrique internationale, trop restreinte hélas, pour l’intérêt que nous y portons. Enfin, notre journal offre ses colonnes à tout homme et femme libre ayant le désir de manifester, brisant ses chaînes lourdes, rompant avec tous préjugés, l’indépendance de ses propos.

Etant, et devant surtout rester la propriété de tous, et non pas de quelques-uns, il doit réunir toutes tendances, courants et conceptions, par définitions anarchistes, en tenant compte des tempéraments.

Nous l’avons nommé Terre Libre, non pas que nous ayons le rare privilège de posséder matériellement ce beau titre , mais, parce que, jeune de semence toute précoce, notre organe, enfant du Congrès, doit se révéler. à ses amis et lecteurs tel que.

Il sera accessible à tous et à toutes par sa composition simple,. et par son prix modique. Enfin, et ce sera là, notre conclusion : Terre Libre, journal de la Fédération Anarchiste du Sud, exprimera toutes nos aspirations, il mènera le dur et grand combat., aux côtés de ses aînés, Libertaire, Germinal, Révolte, Idée Libre, Réveil de l’Esclave, etc. Il contribuera à les faire connaître, de même que la Fédération, sera un trait d’union. Une marque de cohésion, de ralliement avec l’Union Anarchiste, et les autres Fédérations. Mais pour mener à bien cette lâche, nous comptons sur la bonne volonté affirmée de chacun. N’oublions pas surtout , compagnes et compagnons qu’il sera ce que nous serons nous même, et que sa valeur propre. sera la nôtre à tous.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53