Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Pour Terre libre - A. P.
Terre Libre N°21 - Janvier 1936
Article mis en ligne le 5 avril 2018
dernière modification le 20 février 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

L’article du camarade V. qu’on vient de lire mérite toute l’attention des camarades et particulièrement de tout ceux qui collaborent à la presse révolutionnaire et libertaire.

Il est exact que nos organes présentent de graves faiblesses ; ils sont trop souvent l’écho indéfiniment répété des habitudes de pensées d’un homme ou d’une coterie, habitudes qui tournent vite à la routine et au rabâchage. Tandis que la vie coule à plein bord, que les événements se précipitent, que les drames sociaux se nouent et se dénouent tout près de nous et dans le monde entier, nous employons une bonne part de nos forces à nous isoler de la réalité, à nous confiner dans le cercle étroit des mots et des formules qui nous sont chères, et à discuter abstraitement, à perte de vue, autour de trois ou quatre problèmes moraux, d’ailleurs théoriquement insolubles car ils ne peuvent recevoir leur solution que de la transformation active du monde social par les individus qui le composent.

Le résultat est que la presse anarchiste, sans en excepter Terre Libre (que V. bien à tort ne mentionne pas sur la liste des journaux qu’il critique) est lue toute entière par la même clientèle de bons camarades plus ou moins actifs, plus ou moins éclectiques, qui lui apportent, plus ou moins régulièrement leur contribution bénévole. Et le public continue à l’ignorer.

Le progrès du mouvement exigerait, au contraire, que notre presse fut grande ouverte aux réalités de l’heure, aux combats de l’opinion, à l’examen et à la critique sévère et passionnée des idées de notre siècle à la discussion avec les éléments que l’expérience ou le tempérament rapproche de nous. Et par dessus tout, il exigerait un combat à corps perdu contre le monde actuel, pour lequel nous ferions appel non pas seulement aux armes traditionnelles de la pensée anarchiste, mais à toutes celles que l’époque actuelle et le développement récent des faits et des doctrines peuvent nous fournir en renfort.

Ainsi nous pourrions transporter notre lutte des cadres de la secte à ceux de la société et de l’opinion totales, et au lieu de nous contenter nous-mêmes, nous occuper un peu de mécontenter les indifférents et les adversaires. Et nous remplirions enfin notre rôle, qui est de rendre psychologiquement insupportable au plus grand nombre d’individus possible, dans son essence comme dans toutes ses manifestations, le système capitaliste-autoritaire qui nous broie.

* * *

Comment pratiquement pouvons-nous développer dans ce sens notre petit journal Terre Libre. Deux solutions sont en présence, au point de vue de l’application concrète des idées exposées par V.

1° Ou bien ouvrir dans Terre Libre un certain nombre de "rubriques" permanentes, où les contributions des camarades aux divers "problèmes" seront publiées successivement.

2° Ou bien ouvrir pour chaque problème, non pas une rubrique, mais un "dossier", dans lequel un camarade désigné pour cette tâche entassera documents, arguments, faits recueillis de droite et de gauche — et dont il tirera, grâce à une élaboration méthodique et à un triage impitoyable, la substance d’un numéro spécial de combat et de propagande.

Je dois tout de suite ajouter qu’après avoir, avec V. lui-même, donné la préférence a la méthode n° 1, je penche fortement, après un commencement d’expérience pratique, pour la méthode n° 2, celle qui consiste à concevoir le journal comme une série homogène de numéros spéciaux.

La solution que je préconise, d’ailleurs, ne se borne pas à cette modification de principe dans la façon de rédiger le journal. Je propose toute une réforme intérieure, dont voici les traits principaux :

a) Format réduit à 4 pages, pour permettre une parution régulière au moins deux fois par mois. Ceci pour éviter d’être distancé par les événements et avoir la possibilité de traiter au moins 24 sujets différents dans le cours de l’année.

b) Maintien du prix de vente à 0 fr. 25, mais une très forte remise, allant jusqu’à 50% sera consentie aux responsables régionaux et départementaux afin de leur faciliter la propagande. — Nos dépositaires bénévoles arriveront ainsi, nous l’espérons, à doubler leurs recettes mensuelles sans augmenter sensiblement leurs dépenses. Ils pourront commander sans crainte de plus grandes quantités, et collaborer, deux fois par mois, aux rubriques régionales.

c) Expédition ultra-rapide du numéro une fois tiré, grâce à la création d’un réseau de correspondants dans tous les départements. — Au lieu de tenir à jour une immense liste d’adresses et de procéder à des envois individuels, nous enverrons à chaque responsable de département un, deux ou trois paquets de 100 exemplaires qu’il nous paiera à tarif réduit, et qu’il distribuera lui-même, directement, ou par bande à 0 fr. 01, entre les mains des abonnés, des sympathisants, lecteurs au numéro, etc. dans les limites du département. Les recettes effectuées serviront à défrayer le responsable.

d) Spécialisation des collaborateurs. — Une fois d’accord sur l’ouverture d’un dossier, le numéro en projet sera annoncé par la voix du journal, et le camarade chargé de mettre au point la question recevra toutes suggestions et informations utiles, de la part de tous nos lecteurs. (Envoyer surtout des faits, coupures de presse, etc.). — Le travail achevé, le n° spécial sur le sujet en question sera composé, illustré, puis tiré et lancé au moment le plus favorable, avec les quelques retouches d’actualité qui paraîtraient nécessaires.

e) Périodicité. — Il sortirait un numéro tous les 15 jours, en alternant avec la Voix Libertaire. On aurait soin de sortir les numéros spéciaux à date fixe et de manière à ce qu’il soient portés le samedi matin entre les mains du public.

f) Utilisation des invendus. — Etant donné que la collection du journal formerait peu à peu un répertoire de tracts documentaires et polémiques sur toutes les questions, il n’y aurait aucun gaspillage de papier. Les numéros des mois écoulés ne cesseraient pas d’être intéressants et seraient vendus jusqu’à épuisement total à ceux qu’intéressent les questions qui y sont traitées.

g) Quelques thèmes de numéros spéciaux. — La Dissolution des Ligues ; — Le Bilan intérieur et extérieur du Fascisme italien ; — Trois années de dictature Hitlérienne ; — Enquête sur la Police ; — L’Église et sa politique ; — Y a-t-il une question juive ? — Les Paysans devant la crise et la révolution ; — Le militarisme et la S. D. N. ; — Le Travail en U. R. S. S. ; Que fera le monde de ses chômeurs ? — Pourquoi êtes-vous révolutionnaire ? — Mort de l’Internationale Communiste ; — Le capitalisme et la santé publique ; Qu’est-ce que l’Internationalisme ? — Civilisation et barbarie, etc., etc... Voici un certain nombre de "dossiers" qui pourraient être ouverts dès maintenant.

Bien entendu, je recevrai avec plaisir dès maintenant les propositions ou suggestions de tous ceux que ce projet intéresse. (Écrire à Terre Libre, 10 rue Emile-Jamais, Nîmes).

* * *

Je n’oublie pas que ce projet ne peut être appliqué que s’il reçoit l’approbation :

1° Du Comité de Rédaction constitué à Paris et qui a pris en charge la direction générale du journal ;

2° Des camarades responsables des six régions actuellement existantes, dont la collaboration est la base même sur laquelle fut créé Terre Libre et sans laquelle Terre Libre ne pourrait que disparaître.

Si les camarades préfèrent à ce projet celui, dont le camarade V. s’est fait l’initiateur, je considère comme de mon devoir de tout faire pour faciliter cette expérience, avec le maximum de succès. Mais je crois qu’un des éléments de ce succès serait de faire imprimer le journal sous la direction immédiate du Comité, c’est-à-dire à Paris. On ne met bien en application que ses propres idées, et réciproquement on a d’idées claires sur le travail à effectuer que la matière et l’outil en main.

Nous pensons qu’à la fin de Janvier, tous les éléments seront réunis pour une décision définitive qui nous permettra d’entrer dans le domaine des réalisations définitives.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53