Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Congrès annuel de la Fédération jurassienne de l’AIT (tenu à Fribourg, les 3, 4 et 5 août 1878) (fin)
L’Avant-garde N°34 – 9 Septembre 1878
Article mis en ligne le 9 mai 2018
dernière modification le 20 avril 2018

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Après une courte discussion, le Congrès vote à l’unanimité la résolution suivante :

"Le Congrès,

Considère que l’Association Internationale des Travailleurs est la meilleure forme d’organisation des masses ouvrières ; mais, il pense que — dans les localités, où se trouvent des éléments qui, soit faute de connaissances, soit pour d’autres motifs, s’abstiendraient d’entrer dans les rangs de l’Internationale — il serait utile d’organiser les forces ouvrières en sociétés de résistance, en cercles d’études, en fédérations ou autres modes de groupement servant à la défense des intérêts des travailleurs, à pratiquer la solidarité ouvrière, et propre en même temps à servir de champ de propagande aux idées du socialisme révolutionnaire."

Assurance mutuelle. — Les délégués présents communiquent au Congrès l’état de l’institution dans leurs sections respectives. Le Congrès engage les sections à former dans leurs sein le plus grand nombre possible de groupes.

Question des publications populaires. — Cette question a été traitée au dernier Congrès jurassien tenu à St-Imier. Depuis, les sections se sont prononcées pour la publication d’un recueil de chants populaires et contre celle d’un catéchisme socialiste. On publiera donc le recueil. De plus, il est décidé qu’on fera paraître des petites brochures à un sou : deux sont déjà en préparation. Le Congrès s’occupe de la question des titres et de celle du format.

Congrès général annuel de l’Internationale. — Le comp. Steens, secrétaire du Bureau fédéral international, a écrit une lettre au comp. Pindy, afin de s’informer des intentions des Fédérations jurassienne et française en ce qui concerne le Congrès international annuel. Communication de cette lettre a été faite par le comp. Pindy au Congrès. Le Congrès a décidé que — sauf le vote des sections jurassiennes, qui est naturellement réservé — il n’y aurait pas lieu pour la Fédération de prendre part au Congrès annuel de l’Internationale, ni à toute conférence tendant à le remplacer, la crise qui existe dans tous les pays rendant en ce moment la fréquentation nombreuse de ce Congrès ou de cette conférence incertaine. Le Comité fédéral jurassien communiquera cette décision au Bureau fédéral international.

Siège du Comité fédéral jurassien pour l’exercice 1878-79. — Le Congrès invite la section de Sonvillier à constituer ce Comité dans son sein.

Siége de l’Administration des brochures. — Cette administration sera réorganisée. Le Congrès décide qu’elle sera confiée à une commission qui se donnera l’organisation intérieure qu’elle jugera convenable. Cette commission siégera pendant l’exercice, qui commence, à la Chaux-de-Fonds.

Congrès de Paris. — Le Congrès de Fribourg a eu à s’occuper en outre de la question de savoir si la Fédération jurassienne pourrait se faire représenter à ce Congrès. Après une courte discussion, la résolution suivante est adoptée à l’unanimité :

"Le Congrès,

Considérant que la loi française contre l’Internationale met obstacle à l’envoi de délégués de la Fédération Jurassienne ;
Considérant qu’un Manifeste, s’il émane de la dite Fédération, ne pourrait y être présenté sans entraîner des poursuites pour ceux qui en donneraient lecture ;
Regrette qu’au Congrès de Paris, la Fédération qu’il représente ne puisse faire entendre sa voix, et, il exprime toutes ses sympathies pour les résolutions révolutionnaires qui seront prises dans ce Congrès."

* * *

Le Dimanche après midi, un meeting a eu lieu dans la salle du restaurant des Pillettes. Les délégués du Congrès ont exposé devant un public sympathique, et sans que personne osât les combattre, les principes du socialisme révolutionnaire et anarchiste. Le Dimanche soir, réunion familière, avec tombola, chants et discours socialistes ; au cours de la soirée un toast a été porté aux absents et aux proscrits.

* * *

L’adresse suivante est arrivée trop tard pour être communiquée au Congrès. Le Comité fédéral jurassien se fera un devoir d’y répondre.

Espagne, 2 août, 1878.

Au Congrès de la Fédération jurassienne ! 

Compagnons,

Seuls — on peut le dire — pour maintenir publiquement notre drapeau, une grande charge et une immense responsabilité vous incombent. Nous avons cette confiance que vous saurez le maintenir aussi haut et aussi pur que vous l’avez fait jusqu’à ce jour.

Constance et Energie

Nous sommes avec vous et plus disposés que jamais à verser notre sang pour nos principes, dont la victoire entraînera l’émancipation des exploités et réalisera au sein de la société le règne de la Justice.

Vive l’Association Internationale des Travailleurs !

Salut, anarchie, collectivisme.

La Commission fédérale espagnole.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53