Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Lénine - La faillite de la IIe Internationale - Avant-propos
Septembre 1915
Article mis en ligne le 27 février 2019
dernière modification le 2 avril 2019

par ArchivesAutonomies

Le texte se subdivise en 9 parties :

Première partie
Deuxième partie
Troisième partie
Quatrième partie
Cinquième partie
Sixième partie
Septième partie
Huitième partie
Neuvième partie - Conclusions


On entend parfois par faillite de l’Internationale simplement le côté formel de la chose, l’interruption des liaisons internationales entre les partis socialistes des pays belligérants, l’impossibilité de réunir ni une conférence internationale, ni le Bureau socialiste international [1], etc. C’est à ce point de vue que s’en tiennent certains socialistes de petits pays neutres, probablement même la plupart des partis officiels qui y existent, et aussi les opportunistes et leurs défenseurs. Dans la presse russe, M. VI. Kossovski a plaidé avec une franchise méritant une profonde reconnaissance la cause de cette position dans le n°8 du Bulletin d’information du Bund [2]. Notons que la rédaction du Bulletin n’a pas fait la moindre réserve pour marquer son désaccord avec l’auteur. On peut espérer que la défense du nationalisme par M. Kossovski, lequel en est arrivé à justifier les social-démocrates allemands qui ont voté les crédits de guerre, aidera bien des ouvriers à se convaincre définitivement du caractère nationaliste bourgeois du Bund.

Pour les ouvriers conscients, le socialisme est une conviction sérieuse, et non un masque commode servant à camoufler des opinions conciliatrices petites-bourgeoises et des tendances d’opposition nationaliste. La faillite de l’Internationale, pour eux, c’est le reniement révoltant par la plupart des partis social-démocrates officiels de leurs convictions, des déclarations les plus solennelles faites dans les discours aux congrès internationaux de Stuttgart et de Bâle, dans les résolutions de ces congrès [3], etc. Ceux-là seuls peuvent ne pas voir cette trahison qui ne veulent pas la voir, qui n’y ont pas intérêt. Pour formuler la chose d’une manière scientifique, c’est-à-dire du point de vue des rapports entre les classes de la société contemporaine, nous devons dire que la plupart des partis social-démocrates, avec à leur tête, en tout premier lieu, le plus grand et le plus influent des partis de la II° Internationale, le parti allemand, se sont rangés du côté de leur état-major général, de leur gouvernement, de leur bourgeoisie, contre le prolétariat. C’est là un événement d’une portée historique mondiale, et l’on ne saurait faire autrement que de l’analyser sous ses aspects les plus divers. Il est reconnu de longue date que les guerres, malgré toutes les horreurs et les calamités qu’elles entraînent, sont utiles dans une mesure plus ou moins grande en ce sens qu’elles dévoilent, dénoncent et détruisent implacablement, dans les institutions humaines, bien des éléments pourris, périmés et nécrosés.

La guerre européenne de 1914-1915 a commencé, elle aussi, à être d’une utilité indubitable pour l’humanité, car elle a montré à la classe avancée des pays civilisés qu’un hideux abcès purulent est près de crever dans ses partis, et qu’il se dégage on ne sait d’où une insupportable puanteur cadavérique.

(A suivre)