Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
I - Organisation interne et commission des mandats
Annexes
Article mis en ligne le 14 mars 2019
dernière modification le 13 mars 2019

par ArchivesAutonomies

Discussion préliminaire sur la question de la conférence

Moscou, 1er mars 1919

Ouverture de la conférence le dimanche 2 mars, à 17 heures. Formellement, la conférence n’est pas une institution de la III° Internationale ; elle participe à l’élaboration de la plate-forme, elle élit le bureau, elle adresse un appel à l’unification.

Titre : Conférence communiste internationale. Tant que sa tenue est gardée secrète. La question sera ouverte par la suite.

Dans la liste des participants présentée ci-dessus, les numéros 15, 16, 17, 22 se réunissent dans le "groupe unifié des peuples d’Orient de Russie" qui dispose d’une voix.

Le bureau étranger du comité central du parti communiste hongrois dispose de trois voix délibératives.

A l’occasion de l’arrivée de Rütgers, le parti socialiste ouvrier des Etats-Unis reçoit trois voix, la Ligue de propagande socialiste deux voix ; maintenant le parti socialiste ouvrier possède cinq voix.

La fédération révolutionnaire des Balkans remplace le Parti communiste roumain.

Ordre du jour
 : 1) Constitution ; 2) Rapports ; 3) Plateforme (rapporteur : Albert, avec des compléments de Boukharine) ; 4) La démocratie bourgeoise et la dictature du prolétariat (Commission : Lénine, Reinstein et un Finlandais. Rapporteur : Lénine) ; 5) Election du bureau (Albert, Platten et un Finlandais) ; 6) Relations avec les partis socialistes et la conférence de Berne (Platten, Zinoviev) ; 7) Situation internationale en rapport avec la politique de l’Entente (Rapporteur Obolensky. Commission : Reinstein et un Finlandais, avec la participation d’Albert) ; 8) Divers : les prisonniers polonais, la Terreur blanche (Commission : Albert, Reinstein et un Finlandais) ; 9) Manifeste : Zinoviev, Boukharine, Platten, Reinstein et un Finlandais.

Langue : allemand. Le russe est également admis.

La conférence est ouverte par Lénine. Commission des mandats : Albert, Tchitchérine, Rudnyânszky, Stange.

Protocole de la Commission des Mandats 

Séance du 2 mars 1919

On adopte une liste de participants élaborée dans le cours d’une discussion préliminaire, par les membres de la conférence, en signalant que le vote sera proportionnel.

La question du mandat du camarade Reinstein (parti socialiste ouvrier d’Amérique) : son mandat écrit a été délivré à Tomio ; il est membre permanent du bureau international, étant entendu qu’avec la construction de la nouvelle Internationale, il en sera le représentant. Le camarade Rütgers confirme l’exactitude de la communication du camarade Reinstein. Le camarade Sirola confirme qu’en juin 1917 le camarade Reinstein a participé aux conférences zimmerwaldiennes de Stockholm en qualité de représentant du parti socialiste ouvrier. Le mandat est déclaré valable.

Le camarade Rütgers ne possède pas de mandat de la Ligue américaine de propagande socialiste pour cette conférence, et c’est pourquoi on ne lui accorde qu’une voix consultative. En sa qualité de co-fondateur du parti social-démocrate de Hollande dont il a été le correspondant permanent en Amérique, le camarade Rütgers peut recevoir une voix consultative en qualité de représentant de ce parti. Quant au groupe socialiste japonais, le camarade Rütgers a obtenu de lui une résolution de salut à la Russie soviétique (Pravda, 27 novembre 1918). Il n’a fait qu’un voyage de six semaines au Japon. Le groupe socialiste japonais est rayé de la liste.

On présente le mandat du camarade Klinger (Colons allemands de la Volga) dont la signature du président Ebengolz confirme la validité. Il est accepté.

Les mandats du parti communiste russe sont attribués.

Le parti communiste allemand. Le camarade Albert n’a pas avec lui de mandat signé. Le camarad Léviné, (de la Rosta), qui devait témoigner de sa qualité de délégué mandaté, a été arrêté en cours de route [1]. Le camarade Platten confirme qu’à Berlin, au comité central du parti communiste allemand, on lui a déclaré que le camarade Albert était délégué à cette conférence.

Le mandat est validé.

Le parti socialiste suisse : le parti s’est prononcé ouvertement pour la Internationale. Le camarade Platten peut en toute liberté s’exprimer en ce sens en son nom. Il n’a pu apporter de mandat écrit. Son mandat est validé. Lithuanie-Biélorussie : télégramme de Joffé, réunion des deux partis : mandat à Gedris. Accepté.

Finlande : un mandat a été délivré par le comité central aux cinq délégués. Accepté.

Pologne : mandat d’Unschlicht. Télégramme de Joffé. Accepté.

Lettonie : télégramme codé de Stoutchka avec un mandat de Gaïlis. Accepté.

Esthonie : mandat de Pögelman. Accepté.

Norvège : il est présenté un mandat de Grusenberg transmis au camarade Stange. Accepté.

Sont présentés les mandats délivrés par le bureau central des peuples d’Orient. Pour les représentants des sections de Bachkirie, Kirghizie, de la section Tatar et des peuples montagnards du Caucase, on accepte une voix, pour ce groupe unifié. En outre on attribue une voix consultative.

Arménie : mandat du camarade Eikuni. Accepté.

Hongrie : camarade Rudnyânszky. Accepté.

On accepte des voix consultatives pour les groupes tchèque, bulgare, yougoslave, français et pour les communistes suisses.

Séance du 3 mars 1919

Fédération révolutionnaire des Balkans : le camarade Racovski, son secrétaire, l’a représentée à Zimmerwald et à Stockholm, et il en est le représentant à la commission de Zimmerwald. Les Tesnjaki bulgares et le parti communiste roumain partagent entièrement son point de vue. Accepté.

L’Ukraine, la social-démocratie de gauche de Suède sont acceptées ainsi que l’Autriche allemande. Le camarade Unschlicht (Pologne) : le mandat est déposé.

Séance du 4 mars 1919

La camarade Balabanov, en tant que présidente de la commission de Zimmerwald reçoit une voix consultative. Union ouvrière coréenne, le camarade Kain reçoit une voix consultative.

Séance du 5 mars 1919

Le groupe du parti ouvrier socialiste chinois. Les camarades Lao Chi-tao et Tschen Gun-Kug.

Une voix consultative est accordée.

Séance du 6 mars 1919

Le camarade Guilbeaux est le véritable représentant du courant zimmerwaldien français de gauche à la conférence de Zimmerwald, courant qui est considéré comme l’origine de la III’ Internationale. Il est resté en contact permanent avec cette conférence (avec Loriot, par l’intermédiaire de sa femme) et c’est pourquoi son mandat peut être considéré comme valable pour cette conférence. Les cinq voix de la France lui reviennent.

Max Albert ; Yrjö Sirola ; A. Rudnyânszky ; G. Tchitchérine.