Sommaires de la revue Le Mouvement Communiste (1972-1974)

jeudi 21 février 2013
par  ArchivesAutonomies

Bulletin diffusé entre 1972 et 1974 par un petit groupe proche de la librairie La Vieille Taupe, à Paris.

Dans La Banquise, un article revient sur les circonstances de la naissance du bulletin :

"Venant après une percée théorique chez les révolutionnaires, cette manifestation [1] fut interprété comme signe de l’apparition (enfin) d’un courant radical au-delà du gauchisme. Une série de groupes naquirent à l’époque : Négation à Paris, Intervention communiste (devenu Théorie communiste) à Aix, notamment. La VT [2] se préparait à publier d’une série de textes, dont celui de François Martin, En quoi la perspective communiste réapparaît. né de plusieurs textes sur 1968 et après. À la suite de discussion qui avaient suivi l’enterrement d’Overney, où un tract de la VT avait été apprécié, plusieurs ouvriers qui participaient depuis longtemps à nos activités critiquèrent l’absence de suivi de notre action et demandèrent la création d’un groupe plus cohérent. Les tracts, les textes théoriques comme ceux de D. Authier (préface à Trotsky, Rapport de la délégation sibérienne, Spartacus), G. Dauvé sous le nom de J. Barrot, et P. Guillaum, les contacts informels, tout cela ne suffisait plus, disaient-ils. Ainsi vit le jour le Mouvement communiste avec le bulletin du même nom. Le texte de F. Martin fut le n°1 et "Capitalisme et communisme" le n°2. Tirés chacun à cinq cents exemplaires (le n°2 à 1 000 exemplaires aussitôt après), il se diffusèrent en quelques jours, la plus grande partie en contact direct, notamment sur les lieux de travail (Renault). On avait l’impression d’avancer.
La clarification théorique et la confluence entre groupes de plusieurs pays avaient fait croire à la naissance d’un mouvement peu nombreux, mais cohérent, capable de faire connaître et d’entretenir un minimum de relations agissantes avec l’expérience prolétarienne. Nous avions peut-être raison sur la décantation en train de se faire, certainement tort sur la formation de pôles capables de réflexion et même d’action. L’enterrement d’Overney était celui des illusions de mai, dont c’était le sursaut, nullement l’annonce d’un renouveau. Ceux-là même qui avaient poussé à la fondation du Mouvement communiste s’en désintéressèrent presque aussitôt. Le rapprochement avec Négation ne dura pas. Avec les pays les plus modernes nos liens se distendirent et nous ne gardâmes plus de contacts étroits qu’en Italie et en Espagne. L’action prolétarienne mondiale avait permis la rencontre et l’addition de points de vue souvent justes, mais elle ne fut pas assez forte pour imposer une synthèse qui aurait fourni une meilleure prise sur le présent : on ne dépassait pas la compréhension du passé."

Le roman de nos origines, La Banquise, n°2, Deuxième trimestre 1983, p. 30.

Les deux premiers numéros du Mouvement communiste ont été traduits et diffusés dans plusieurs pays, principalement en Europe mais aussi au Japon et au États-Unis.



[1L’enterrement de Pierre Oveney (militant maoïste abattu à la porte de Renault) en 1972, qui fut un grand rassemblement anti-PC

[2La librairie La Vieille Taupe.


Brèves

20 octobre - Invariance (1968-1988)

Subimos algunos textos de la revista Invariance traducidos al español por el colectivo Germinal. (...)

29 juin - Lutte de Classe (1959-1978)

Nous mettons une douzaine de nouveaux articles du journal du GLAT Lutte de Classe publiés dans (...)

17 juin - Bilan (1933-1938)

Nous mettons en ligne les derniers numéros de la revue Bilan, le bulletin théorique mensuel de la (...)

8 avril - Echanges (1975 - ...)

Nous signalons aux lecteurs l’actualisation de la collection de la revue Echanges en mettant en (...)

2 avril - Bilan (1933-1938)

Nous mettons de nouveau en ligne quelques numéros de la revue Bilan, le bulletin théorique (...)