Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie de Senez, André, Jean-François "A. Morgane"
Article mis en ligne le 2 juin 2019
dernière modification le 30 mai 2019

par ArchivesAutonomies

Né à Paris le 8 octobre 1917 — mort en 1998 - Cordonnier — UACR — FAF — FA — UFA — ORA - UTCL — CGTSR — CGT - CNTF - Paris 20 - La Chapelle Gaugain (Sarthe)

André Senez avait adhéré aux Jeunesses communistes en novembre 1932. Après la signature du pacte Laval-Staline (mai 1935) il rompait avec le parti communiste et adhérait à la Jeunesse anarchiste communiste (JAC) de l’Union anarchiste communiste révolutionnaire (UACR). L’année suivante en désaccord " avec la position de René Frémont sur l’Espagne" et "au sectarisme" de l’UA, il se rapprochait de la Fédération anarchiste de langue française (FAF) et devenait le secrétaire des Jeunesses Syndicalistes Révolutionnaires fondées le 8 janvier 1937 de la fusion des jeunesses de la CGTSR et de la FAF.

En mars 1938 il fut le fondateur et le principal animateur du Club d’actions et d’études anarchistes dont les réunions se tenaient dans un café de la rue de Ménilmontant. Il demeurait à cette époque 76 rue des Rigoles (20ème arr.).

Au début de l’occupation, il participait à une réunion d’anciens militants —dont Carpentier — puis, "pour des raisons de sécurité, ayant des policiers zélés aux fesses" partait travailler en Allemagne dans une usine de chaussures. Ayant réussi à regagner la France en juillet 1943, il rencontrait "en septembre sur le boulevard de la Vilette, Julien Toublet" l’ancien secrétaire de la CGTSR, qui le mit "au courant d’un regroupement libertaire UA-FAF d’une part et anarcho-syndicaliste d’autre part, dont le camarade Constant, de la chaussure, était le représentant". Il participa alors aux réunions clandestines tenues au bureau de L. Laurent à la Bourse du travail ou chez des camarades pour tenter de réorganiser le mouvement libertaire, réunions auxquelles participèrent notamment Bouyé, Louis Laurent, Jean-Louis Lefevre, Louis Louvet, Renée Lamberet, Georges Vincey et Emile Babouot. Selon le témoignage d’André Senez, ces compagnons diffusaient alors "notre petit canard ronéotypé à l’usine, au bureau, aux amis. Sur le plan professionnel je milite au syndicat de la chaussure où je retrouve d’ailleurs d’anciens de la chaussure CGTU, puis je me fais foutre à la porte de ma boîte pour menaces envers le patron et suis obligé de nouveau de ma planquer".

Après la libération André Senez milita à la Fédération anarchiste (FA) puis au groupe "Socialisme ou Liberté".

Dans les années 1960, installé à La Chapelle Gaugain, il était membre du groupe FA de Saint Calais (Sarthe). En 1967 il fut le responsable du bulletin Lettre syndicaliste de l’Ouest (La Chapelle-Gaugain, 3 ou 4 numéros parus) auquel participèrent notamment René Le Clainche et Louis Laurent, et qui fut l’organe éphémère "d’un groupe anarchiste ouvrier et paysan qui comprenait 3 ou 4 membres et quelques sympathisants". Suite à une réunion tenue le 1er octobre 1967 (ou le 30 septembre) à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) il fut nommé secrétaire adjoint de la CNTF régionale aux cotés de René Leclainche (secrétaire) et Idalio Canillas (Trésorier) et administrateur aux cotés de Jean Perrin du Bulletin anarchiste (Lamotte Beuvron- La Chapelle Gaugain, 2 numéros en octobre 1967 et janvier 1968), puis devint l’un des animateurs avec Henri Bouyé et René Leclainche d’une nouvelle organisation, l’Union Fédérale Anarchiste (UFA) qui édita Le Libertaire (janvier 1968-février 1972).

Ill entra ensuite en contact avec le groupe du Mans de l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste (ORA) auquel il adhéra , avant de rejoindre l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) tendance exclue de l’ORA. Il devint en 1977 le directeur de son organe Tout le pouvoir aux travailleurs (Paris, 45 numéros de mai 1976 à mars 1982) où il avait remplacé Olivier Sagette. Lorsque ce journal changea son titre en Lutter (Paris, n°1 en mai-juin 1982) il continua d’en assumer la direction.

André Senez est décédé en 1998.

P.S. :

Sources  : R. Bianco "Un siècle de presse anarchiste...", op. cit. // CIRA, Marseille, n°23-25, 1985 (Témoignage d’A. Senez) // Notes D. Dupuy// APpo BA 1899, rapport du 18 août 1938// Le Combat syndicaliste, année 1937 // Espoir, Toulouse, année 1967//