Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Normandie
{Autonomie pour le communiste}, n°4, 2 Juin 1979, p. 3.
Article mis en ligne le 9 mai 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

"Et si je vous apprenais que gouverner cela peut être aussi amusant qu’une partie de cricket ? Allons-nous laisser la balle aux autres, mon prince ?... "
BECKET - Jean ANOUILH

Dans l’article "Renouveau des luttes en Basse- Normande", publié dans Autonomie n°3, nous présentions de façon succinte un panorama de celles-ci depuis une année, panorama rapide et incomplet sans prétention aucune à l’exhaustivité comme nous l’écrivions. La seule prétention que nous puissions avoir étant le lancement des débats avec un certain nombre de copains et copines par l’intermédiaire de ces quelques lignes : débats devant déboucher sur des pratiques ; pratiques existant déjà de façon éclatée ; pratiques souvent communes mais encore de manière insuffisante..

L’Autonomie : Ni parti, ni syndicat, ni groupuscule

Le problème principal auquel nous ayons aujourd’hui à faire face est celui de passer de ce que d’aucuns ont nommé "l’autonomie diffuse" à "l’autonomie organisée" ; termes trop souvent contradictoires et a l’opposé les uns des autres dans les petites caboches de quelques apprentis sorciers de la lutte des classes, qui ne comprennent pas (ou ne veulent pas comprendre pour des raisons étrangères aux intérêts du Mouvement) que ce ne sont que deux étapes différentes dans la constitu­tion d’un même projet politique, projet politique intégrant toutes les différences et sensibilités et puisant sa force et son originalité dans la multiplicité des courants qui l’animent... ou l’animeront !
Il nous faut dépasser le stade de "l’action sur le moment", action ponctuelle comme lors des manifestations des 15/17 Novembre à Caen, la manif contre l’arrivée du "Pacific fisher", etc... Il nous faut envisager le long terme et peser effectivement dans les différentes composantes du Mouvement par nos capacités à y impulser le débat, le mener dans et par l’action et cela nécessite des moyens de coordination... Moyens de coordination pour l’avancée des débats et la multiplication des initiatives !

Débatons, débattons, il en restera toujours quelque chose...

Ce sont maintenant les discussions à avoir dans les autonomies si l’on ne veut pas "valoriser" de prétendus acquis qui ne seraient que de l’exemplaire, du ponctuel, du spectaculaire, tout juste bon à alimenter la presse a sensation des Hersant et autres July...
Bien sûr, d’aucuns renacleront, obnubilés qu’ils sont par l’attrait du vide... Mais il n’y a rien à faire, nous ne ferons pas l’économie du débat, même si ces camarades le mènent à coups d’anathèmes...
Il y a fort longtemps que nous avons laissé ces pratiques aux stalino-flicoïdes...

[/CAEN, le 27 MAI 1979
Jean-Claude "BIDULE"/]

Vers un collectif de jeunesse, vers "le trublion"

Depuis donc maintenant le printemps 78, qui a marqué le point de départ d’une situation poli­tique nouvelle, nous avons participé ici en Basse-Normandie à de nombreuses initiatives, surtout dans la Jeunesse, catégorie sociale dont les oppressions spécifiques conjuguées à celles d’autres caté­gories sociales (homos, femmes, immigrés, ap­pelés...) en font une plaque tournante des révoltes particulièrement sensible dans cette société en per­pétuelle putréfaction...
Pour nous donc se pose le problème de la constitution d’un cadre de débats, de propositions et d’initiatives pour avancer de façon qualitative dans nos interventions... Nous envisageons donc de créer dès la rentrée une revue sur Caen et sa région avec un collectif large et ouvert autour ; revue de jeunesse et pour la structuration informelle d’un courant, d’un réseau qui existe déjà mais coor­donne trop peu ses initiatives... D’ores et déjà, nous avons décidé que le journal et le collectif s’appelleront "Le Trublion"... Cest sous ce nom que nous venons déjà d’apparaitre deux fois consécutives pour impulser des entrées en force aux concerts de Téléphone et Sugar blue. Précisons que ces deux initiatives ont été des succès et qu’au concert de SUGAR BLUE près de 500 jeunes y ont participé (cf. : le tract ci-joint)...

POUR QUE L’AUTONOMIE NE SOIT PLUS EXCLUSIVEMENT PARISIENNE...

Je pense que l’autonomie doit sortir de son ghetto parisien et le briser, avoir une réalité poli­tique nationale afin que celle-ci soit réellement offensive et puisse concrétiser nos espoirs et nos pratiques en rupture avec le légalisme dont s’accomodent fort bien toutes les organisations gôchistes.
Je pense que l’autonomie ne doit pas se cantonner uniquement dans l’action violente (St Lazare, 23 Mars...) ce qui ferait trop plaisir à la presse de Hersant et Zina... Celle-ci doit être capable de réfléchir, de débattre car c’est important pour son évolution et sa propre survie, d’impulser des pratiques autonomes de lutte : squatts, radios, contre-info,...

POUR UN COLLECTIF AUTONOME SUR CAEN ET SA REGION...

Ces derniers temps, nous avons pu voir se dessiner sur Caen tout un large courant de rupture (depuis les 15/17 Novembre) où des lycéens, jeunes chômeurs, travailleurs s’affrontaient au pouvoir sans qu’aucune organisation n’en soit a l’initiative ou le cautionne sans opportunisme (LCR, OC...)...
Mais je pense qu’une chose est réellement dommage, c’est le manque de coordination qui a fait que les affrontements n’ont pas pu virer à l’émeute... Sur Caen, il est possible d’impulser vu le vide politique qui y règne, malgré l’existence de forces sociales disponibles, des pratiques auto­nomes... Cest cette force politique qu’il nous faut aujourd’hui bâtir...

[/Olivier/]




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53