Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Détournements des bandes dessinées
Archinoir, n°1, Février-Mars 1969, p. 9-10.
Article mis en ligne le 30 octobre 2013
dernière modification le 6 novembre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

L’élaboration d’une bande dessinée est un travail en commun ; le groupe crée sa propre technique par un apprentissage mutuel ; ceci peut-être une pratique à la spécialisation individus (impliquant hiérarchisation et monopolisation des techniques par les individus les plus doués) est réduite voire supprimée.
La bande dessinée est un moyen d’expression qui, détourné, est un arme subversive très populaire. Le dessin y compte moins que le scenario, en effet on peut utiliser le dessin des autres, on peut ne pas se préoccuper d’une histoire cohérente car c’est ce qu’on a à dire qui rendra l’histoire cohérente.
Tout travail théorique ou d’expression théorique n’est pas seulement la rédaction de la théorie, ce n’est pas non plus seulement la mise en forme mais la formation ; ainsi la théorie évoluera au cours de la rédaction.
L’intérêt du détournement des bandes dessinées réside dans le fait qu’elles sont une forme décomposée d’expression et de représentation très révélatrice du morcellement des gestes, de la discontinuité du temps et de l’espace, de la stéréotype de la parole de la société actuelle. Les paroles les plus radicales alliées au processus de décomposition poussent la représentation à son paroxysme.
La bande dessinée n’est pas une forme décadente d’art. Un art est dit "décadent" quand il y a exubérance ou appauvrissement des formes c.à.d. quand la technique ne correspond plus aux structures sociales. La bande dessinée est l’image que la société se donne d’elle-même, image idyllique et par là-même idéologique. Elle est un art elle-même, car l’art est la sublimation de certaines techniques ; ses renouvellements étant des renouvellements de la technique, reproduisant les rapports de la société en évolution.
Les bandes dessinées s’adressent plus particulièrement à la disponibilité des enfants pour diffuser les poncifs de l’idéologie dominante. Il est donc plus intéressant de détourner celles-ci que celles s’adressant à des adultes ayant déjà absorbés la culture (les bandes dessinées pour adultes, qui se multiplient actuellement, les empêchent de dépasser le cadre parcellaire de leur vie actuelle ; celle-ci est sublimée par l’éthique et le mythe de la bande dessinée).
Reflet pseudo-sacré de la glaciation de la vie quotidienne, la bande dessinée s’inscrit dans le processus de démonstration de la décomposition de l’avant-garde culturel. L’art, qui jusqu’au romantisme formait un "en soi" uni et total par l’intermédiaire du sacré, se décompose depuis au morcellement de la vie.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53