Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Du fric ou on vous tue !
{Os Cangaceiros}, n°1, Janvier 1985, p. 53.
Article mis en ligne le 2 février 2014
dernière modification le 1er février 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

"Je reviendrai tout casser !"
Dans la nuit du 21 mars 84, Jean Moreau, un chômeur de 49 ans, a saccagé les bureaux des Assedic de Rennes, qui refusaient de lui donner l’argent qu’il en attendait. Terminaux d’ordinateurs, téléphones, machines à écrire et à calculer, sanitaires broyés par dizaines à la masse. Tous les dossiers qui traînaient là ont été bousillés à coup d’extincteur. De la belle ouvrage !
Ce que Jean Moreau a fait, nous sommes des centaines et des milliers à avoir eu envie de le faire. A avoir encore envie...
Pas question pour nous de pleurer misère !
Pour tout le temps perdu au travail (même si ce n’est que 3 mois afin de toucher ensuite les Assedic), pour notre jeunesse usée à çà, la société et l’État nous doivent une rançon !
Nous refusons toute idée d’une vie qui serait fatalement rédui­te au minimum vital.
La nécessité de l’argent absorbe notre vie. Elle nous bouffe la cervelle, elle nous bouffe les couilles. A présent, voilà que l’État, en accord avec les patrons et les bureaucraties syndicales, a dé­cidé de réduire les misérables allocations-chômage et de couper les vivres à ceux des chômeurs qui n’ont visiblement pas l’inten­tion de retourner au chagrin.
On ne se privera pas pour autant. Aux employés des Assedic qui font les flics, qui s’identifient à l’argent de l’État et nous cou­pent les allocations : AVIS !
Pour le reste, c’est-à-dire pour l’essentiel, on saura se servir. Sans payer.

Des chômeurs-à-vie.

fin mars 84

Diffusé à Nantes puis à Paris et au Havre dans les ANPE ainsi qu’à Marseille dans la banlieue




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53