Pris en otage à Fresnes

Os Cangaceiros, n°3, s.d., p. 94-95.
mardi 25 février 2014
par  ArchivesAutonomies

A Nantes le 20 décembre 1985, l’État et ses sbires n’ont pas osé assumer un bain de sang (devant les caméras de toutes les télés, et donc sous les yeux de millions de specta­teurs). Ils ont négocié la reddition des trois de Nantes en échange d’une promesse d’expulsion pour Khalki, dans un pays de son choix. Et voici qu’à présent celui-ci est en train de mourir lentement, de faim et de soif, exigeant désespérément le respect du deal conclu alors.
Éviter de faire couler le sang en public, pour faire crever à petit feu dans le silence et l’obscurité des geôles (combien sont morts dans les prisons françaises en 85 ?...). Voilà l’astuce suprême du gouvernement socialiste qui entend faire payer à Khalki, de sa pro­pre vie, le scandale du 20 décembre et lui faire payer son geste d’humanité au prix le plus fort. Une fois de plus, on voit que la liberté est le crime qui contient tous les crimes.
Dans une période électorale où tous les petits hommes politiques rivalisent de promes­ses, on voit au moins sur ce cas précis ce que vaut une promesse d’un gouvernement de gauche : juste le temps d’étouffer un scandale.
Mais qu’espérer d’un État, sinon des coups ou des mensonges ?

EXIGEONS PRATIQUEMENT LA LIBERTÉ POUR KHALKI

Paris, le 18 février 1986
Les travailleurs du négatif


Cette affiche fut abondamment placardée à Paris et dans plusieurs villes de province, fin février 86. Le 26 février, une intervention coordonnée fut menée dans onze stations de métro et de RER (et non pas neuf, comme l’avait d’abord dit la presse) afin de perturber le déroulement du trafic, entre 6h et 8h du matin, en solidarité avec la grève de la faim de Khalki, et pour exiger son expulsion dans le pays de son choix. "Comment remonter jusqu’à ces partisans fanatiques de la "liberté à tout prix" ? Seule trace pour l’instant : la campagne d’affichage sauvage qu’ils ont menée à Paris, il y a une dizaine de jours, couvrant les cabines téléphoniques et quelques abribus de leurs exposés fumeux... Une prise de position idéologique et extrémiste qui peut se révéler dangereuse demain" déclarait le Figaro du 27/02.
A Nantes, Presse-Océan, sous le titre " Le mauvais exemple", écrivait avec aigreur : "Il y a des mauvais exemples à ne pas suivre. La preuve en a été donnée hier à Paris par les travailleurs du négatif qui se sont livrés à des sabotages bien réels ceux-là en se réclamant de Georges Cour­tois, Abdelkarim Khalki et Patrick Thiolet, le trop célèbre trio du Palais de justice de Nantes. Il est évident que leur défi à la Justice, leur prise d’otages à grand spectacle dans la cour d’Assises relatée dans le monde entier, ne pouvait que leur attirer les sympathies de révoltés de toute obé­dience et de certains gogos. Les graffitis et inscriptions faisant l’apologie du geste de Courtois dans le centre de Nantes au lendemain du 19 décembre sont suffisamment éloquents à cet égard".
Prés d’un an après cette action, la police procéda à une vaste opéra­tion de perquisition-interrogatoires à l’encontre d’environ 35 personnes liées à la Commission Prison-Répression, bien que celle-ci ne soit en rien liée à cette intervention du 26 février. Les flics leur faisaient payer en fait d’avoir eux aussi pris position publiquement en faveur de Khalki par un tract intitulé "Expulsez Khalki", et d’avoir eu du courrier avec lui.
Il faut aussi rappeler que l’affaire de Nantes avait suscité à l’époque plusieurs écrits se solidarisant explicitement avec l’action des trois : outre la brochure "Un beau vendredi" citée plus haut, une affiche intitulée "Lettre ouverte à Abdelkarim Khalki, Georges Courtois et Patrick Thiolet" ; une affiche "Avez-vous entendu ?" en provenance de Toulouse (reproduite dans le n°4 de La Banquise) ; un tract "L’aéroport de Nantes". La plupart de ces écrits ont circulé dans de nombreuses villes du pays.


Brèves

6 août 2016 - Apache (1992-1998)

Nous mettons en ligne les 3 premiers numéros du journal Apache (1992-1998), publication du (...)

24 avril 2016 - Camarades (1974-1978)

Le numéro 1 de ma revueCamarades, publié par le groupe autonome du même nom, est désormais en (...)

24 avril 2016 - Matériaux pour l’Intervention (1971-1972)

Les numéros 4, 5 et 6 de La Stratégie du Refus, série de brochures diffusées par le collectif (...)

26 septembre 2015 - "Autonomie parisienne"

Nous mettons en ligne diverses publications liées à l’autonomie, et plus spécifiquement à (...)

12 septembre 2015 - Matériaux pour l’Intervention (1971-1972)

Les numéros 2 et 3 de La Stratégie du Refus, série de brochures diffusées par le collectif (...)