Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Premier jet
{Marge}, n°2, Juillet-Août 1974, p. 2.
Article mis en ligne le 1er juillet 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Nous sommes quelques-uns a penser que le langage (et toutes les manifestations qu’il sous-tend) est le garant du fonctionnement de "nos" sociétés mar­chandes, et que tout est mis en œuvre pour lui pré­server ce rôle - iequel langage n’est pas un lieu où se produisent des rencontres maïs uniquement un lieu où ettes s’y pervertissent, non pas à cause d’une opacité ou damnation... des mots, d’une impossibilité radicale, inhérente de "communication" (supercheries supplémentaires), maïs à cause de ceux qui ont tout intérêt à réduire son sens afin de continuer à en protéger ses significations et leur trafic.
Il y a alors langage pornographique, la pornographie étant cette perversion des rencontres.
En ce sens, tous les marchands sont des pornographes. La pornographie est le sens unique d’où se manifestent les significations garantissant l’ordre mar­chand s’entendant avec lui-même comme cul et che­mise.
Ce langage et cette perversion ne sont pas des géné­rations spontanées, inéluctables, ils sont te fait de traficants : tous ceux qui de près ou de loin en sont les générateurs, gardiens, diffuseurs, actionnaires, acheteurs, etc. La maison d’édition telle quelle (entre autres) en est l’archétype le plus actif.
Nous pensons qu’il est urgent que ceux qui se sen­tent ainsi menacés en permanence s’insurgent contre cet état de fait. Il n’est plus possible de différer cette insurrection, ce soulèvement contre l’état de gel. Le langage tel qu’il nous est fait et nous fait nous rétré­cit de plus en plus jusqu’à prochaine disparition. Nous pensons que l’intervention peut encore se faire et faire front.
Il est urgent que les rencontres encore possibles aient lieu, et comme leur expression passe par le lan­gage, que ceux qui se sentent comme nous morveux se mouchent.
Tous les écrivains ou dialoguistes servent les sa­lauds, les maisons d’édition en sont les hôtels parti­culiers.
Pouvons-nous nous donner les moyens de nous en soustraire ?
La réponse ne peut surgir que si des contacts se font, des convergences s’affirment, des échanges nais­sent, des méditations exigeantes.
Nous sommes au pied du mur : nous laisserons-nous suicider ?

Ghislain RIPAULT.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53