Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Le féminisme ou la mort !
{Marge}, n°2, Juillet-Août 1974, p. 7.
Article mis en ligne le 1er juillet 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

ECOLOGIE-FEMINISME CENTRE 26, rue Lécluse, 75017 Paris.

Nous tenons le coup et nous nous développons.
Nos réunions se tiennent au centre un vendredi sur deux. Nous avons pris contact avec de nombreux groupes qui ont montré des réactions diverses. Les plus disposés à nous aider semblent jusqu’à présent "L’alliance Abraham-lsaac" (Liège), le PARTI FEMINISTE UNIFIE (Bruxelles) et le groupe de Diogène "Les anarchistes et l’Ecologie". Krassowsky ("VIVRE ET SURVIVRE") nous a également envoyé ses encou­ragements. Le journal "LIBERATION" a publié un extrait de notre manifeste le 3 février 1974.
Nos projets :

  • Faire la tournée des groupes écologistes pour y exposer notre position et informer de notre combat,
  • Participer le 24 mars au congrès écologiste de "VIVRE ET SURVIVRE".
  • Diffuser en Europe et en Amérique l’"APPEL DES FEMMES DU MOUVEMENT ÉCO-FÉMINISTE", jus­qu’à avoir obtenu assez de signatures de femmes déjà engagées dans des mouvements féministes sauvages, libéraux, réformistes pour pouvoir tes publier dans la grande presse. Appel à la GRÈVE DE LA PRO­CRÉATION !

    L’idée d’une grève de la procréation n’est pas celle d’un mouvement à la Lysistrata. Il ne s’agit pas d’en­gager les femmes à se refuser à pratiquer la sexua­lité de leur choix ; nous les croyons toutes assez adultes pour savoir choisir leur partenaire. Ceci posé, I’idée d’un refus personnel de vivre sa sexualité avec un homme qui n’aurait pas pris conscience de sa res­ponsabilité écologique, par exemple un industriel pol­lueur ou un travailleur de centrale nucléaire, cette idée-là est fort bien venue. Nous ne l’inscrivons pas dans notre appel et en laissons le choix de la réflexion à nos signataires.
    Nous ajoutons que nous déclarons notre chaleureuse "fraternité" (car ceci ne concerne pas que les fem­mes) à tous ceux et à toutes celles qui ont choisi un type de vie excluant la procréation si c’est en toute liberté et non sous la pression d’une morale frus­trante et punitive : à savoir toute la gamme des non-procréateurs qui va de la vie monastique à l’homo­sexualité exclusive.
    Nous accuser a-t-on, nous qui cherchons a atteindre la masse des femmes, de penchant insolite à la "mar­ginalité" ? Nous répondrons comme Cavanna que dans un monde qui repousse dans ta marge les désirs réels de la majorité, la meilleure façon de rejoindre celle-ci est de se trouver marginal.
    Ce projet d’une grève de la procréation pour faire fléchir la balance démographique - si peu que ce soit - et conscientiser les femmes de nos pays consommation de leur solidarité avec celles du Tiers-Monde par-dessus les règlements de compte entre mecs-maîtres et mecs-esclaves peut passer pour ambi­tieux et utopique ? Nous le croyons ambitieux, mais nullement utopique. Et avant même que notre texte soit imprimé, nous avons déjà la promesse d’une foule de signatures de féministes à l’étranger.
    Demandez, lisez notre Appel. Diffusez-le. Envoyez- nous vos réflexions et suggestions,
    GUERRE AU SYSTÈME PATRIARCAL ET À LA SUR­POPULATION !


    APPEL DES FEMMES DU MOUVEMENT ÉCO-FÉMINISTE

    ATTENDU que le plus grand péril qui menace dans un avenir très proche notre planète et notre espèce présente un double aspect : surpopulation et destruc­tion des ressources, à savoir la catastrophe écolo­gique ;
    (Attendu que ce péril se présente davantage comme destruction des ressources dans les pays capitalistes, les pays socialistes ne s’en dirigeant pas moins vers le même abîme dans leur course au développement industriel) ;
    ATTENDU que ce monde de surconsommation res­sent plus profondément le mal de la concentration urbaine et de la destruction de l’environnement, et le monde sous-développé du Tiers-Monde le mal de la surpopulation, mais que tous deux sont, à titres divers, sous le coup de la même catastrophe de démographie inflationnelle et de mort de la terre :
    ATTENDU que l’un s’apprête à succomber de plé­thore et d’asphyxie, et que l’autre qui végète dans la carence n’envisage pas d’autre route que celle qui, par expansion industrielle, a fait du camp capitaliste ce moribond ;
    ATTENDU que ces diverses observations révèlent une société malade et démentielle qui. même dans ses efforts révolutionnaires, ne fait que changer de régime politique et ne remet JAMAIS en question les structures mentales profondes : morale du travail, appropriation, expansion industrielle meurtrière et surtout HIÉRARCHIE DES SEXES et prédominance de l’homme sur la femme basée sur le système patriar­cal et la cellule familiale ;
    ATTENDU que la Chine, qui a été le plus loin dans un effort sincèrement contestataire et anti-sexiste, ne l’a fait qu’au prix d’un absolu mépris des réalités sexuelles aboutissant à castrer l’individu, et emprunte la même voie d’industrialisation qui reconduit l’erreur universelle de la société ;
    ATTENDU que ce monde capitaliste a dévoilé par ailleurs la monstruosité de son hypocrisie en procla­mant la campagne anti-nataliste... au TIERS-MONDE tout en nous contestant, rognant, refusant ou "légalisant" notre droit à la contraception et à l’avortement. dans sa terreur de nous voir contrôler notre condition fémi­nine subordonnée, manipulée et humiliée ;
    ATTENDU que cette menace écologique et démogra­phique - sept milliards en l’an 2000 ! - non seule­ment est le fait de la société mâle, capitaliste ou socialiste, mais que son double aspect est l’aboutis­sement DIRECT des deux appropriations masculines qui, dans l’antiquité, fonda le patriarcat :

  • appropriation de la fertilité (terre arrachée aux femmes),
  • appropriation de la fécondité (découverte de la paternité),

    entraînant tout naturellement à surexploiter et sur­peupler la terre sans la moindre -* considération de terre ni des femmes ;
    NOUS, FEMMES DU MOUVEMENT ÉCOLOGIE-FÉMI­NISME, NOUS DÉCLARONS :
    A) Notre résolution de prendre en main, avec le contrôle de notre destin personne/, celui de la démo­graphie, en solidarité avec nos sœurs du Tiers-Monde, et notre volonté de traquer et combattre à tous les niveaux, en famille, dans la profession, à l’école, dans la rue, etc., le système patriarcal universel qui cimente par notre oppression TOUTES LES AUTRES :
    B) Notre résolution particulière de combattre par tous les moyens l’édification insensée des centrales nucléaires que l’on prétend destinées à remplacer cer­taines énergies, en réalité pour l’industrie de guerre et le profit ;
    C) Notre DÉCISION (à titre de premier avertisse­ment) de proclamer et d’organiser une grève de la maternité d’UN AN pour celles de nos signataires C’est la majorité) qui sont en condition de procréer ; d’entraîner chacune le plus grand nombre de femmes de nos divers pays à nous imiter ;
    Et ce n’est qu’un début. Nous irons jusqu’à l’éveil massif des consciences féminines, les premières concernées par la catastrophe démographique qui recoupe le mépris de notre condition, et par la des­truction des biens de la VIE dont nous sommes les détentrices.
    Notre espèce n’a d’avenir qu’au prix du triomphe de notre liberté et de nos valeurs méprisées par la civi­lisation mâle ; par te stoppage de la démographie, la limitation du travail "producteur" d’inutilités, le reboi­sement maximal, la destruction des centrales nu- nucléaires et de toute industrie de guerre, et surtout L’ABOLITION TOTALE ET IRRÉVERSIBLE DU SEXISME ET DU PATRIARCAT.

    MOUVEMENT ECOLOGIE-FEMINISME.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53