Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Noël
{Marge}, n°5, Janvier 1975, p. 4.
Article mis en ligne le 8 juillet 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Noël, fête des enfants ? Allons donc ! Fête des profiteurs, oui ! Fête de la marchandise avec sa publicité partout, toujours comme un grand la­vage de cerveau : avec ses cadeaux obligatoires de plus en plus chers, de plus en plus nombreux, de plus en plus idiots. Tout ce luxe inutile qui nous étouffe. On fait semblant d’échanger sa joie, on ne fait que montrer son compte en banque. Les grand magasins sont les temples où se rend le culte du capitalisme et de l’exploitation.
Le gosse ne représente plus une personnalité qui se forme, avec son envie de rire et de vivre mais uniquement une certaine quantité d’argent. Les marchands, les psychologues, les sociologues, manipulent en se frottant les mains le grand mar­ché de l’enfance.
Et quels jouets ? Ceux que décident les adultes selon l’idée étriquée qu’ils se font de l’enfance et l’abrutissement du monde où ils vivent. Le gosse jouera à la femme au foyer, au guerrier, à l’homme d’affaires ou au policier. Encore faudra-t-il qu’il le mérite, qu’il se soumette au chantage punition-récompense, qu’il disparaisse derrière la volonté des autres.
Ce n’est pas pour rien que Walt Disney, le grand industriel, continue à faire bouger ses tristes bestioles. Que son Robin des Bois enva­hisse les écrans, les ondes, les boîtes de camem­bert et les cahiers d’écoliers. en dit long sur la pauvreté d’imagination de notre époque, sur sa soumission totale au profit.
Si les enfants rêvent maintenant de mitrail­leuses, il se pourrait bien qu’un jour ils rêvent de brûler l’ennui qu’on leur fabrique.
L’envie inculquée aux gosses devant les éta­lages de marchandises ne nous fera pas oublier leur envie de jouer avec leur corps, de courir dans les espaces libres.
Le dérisoire sapin de Noël ne nous fera pas oublier les forêts.
Nous ne sommes pas prêts à supporter l’insup­portable :

  • le merveilleux monnayable ;
  • la destruction de l’enfance par la marchan­dise ;
  • le vampirisme des profiteurs ;
  • l’abrutissement organisé et rentable.

    Pour libérer l’enfant des marchants et des
    oppresseurs de tout accabit, nous sommes prêts à pas mal de violence.

    Les enfants de "MARGE"




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53