Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
La folie se porte bien
{Marge}, n°6, Avril-Mai 1975, p. 7.
Article mis en ligne le 8 juillet 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Il y a peu de temps encore, ie silence s’orga­nisait autour de la folie : elle est maintenant devenue prétexte à littérature. Je peux parler de cette attitude qui consiste à parler sur la folie, en la trouvant Intéressante, excitante et belle - pour mieux oublier sa parole et ce qu’elle engage. Elle est devenue sujet de thèse, objet d’études littéraires, critère sthétlque. Elle présente pour la pensée universitaire et avant-gardiste en mal de nouveauté d’évidentes qua­lités artistiques. Certains mêmes, qui ne crai­gnent pas de faire l’apologie de la folie, prennent toutes leurs précautions de confort intellectuel pour ne pas y sombrer. Ce qui n’est pour eux que le spectacle de la folle Illumine la pauvreté de leurs horizons. On veut bien tout admettre de la folie, sauf sa contagion, sauf qu’elle puisse transformer. Et ce bruit nouveau autour d’elle peut être aussi dangereux que cet ancien si­lence.
Les plus intelligents savent déjà que pour combattre un ennemi redoutable (la révolte, l’Impatience, l’amour, le dégoût...), il faut en faire un objet esthétique. Les autres, pleins de bonnes intentions, restent prisonniers de cette "culture", du "regard sur", de la séparation, du spectacle, du musée généralisé, qui tue ou enferme tout ce qu’elle touche.
Ah ! que la folie est belle ! Elle peut même devenir un rôle social en­viable. Lorsque l’on n’a ni "génie", ni richesse, ni puissance, on peut toujours se valoriser en se disant fou. Ceux qui n’ont pas réussi dans la littérature ou la politique peuvent toujours se recycler dans la folie. Cet empressement esthé­tique autour de la démence a son corollaire immédiat dans une soumission admiratlve et inavouée aux psychiatres, psychanalystes et au­tres dangereux farceurs Comme toute "mode", elle fait vendre ou se vend, par l’Intermédiaire de l’introduction du "délire" dans la publicité ou sous forme d’art.
Mais attention, la folle dont on se réclame, ce n’est pas n’importe laquelle - la belle seulement -, celle qui est capable de magnifiques attitudes, d’angoisses biencharnues, de déses­poirs bien littéraires. On va même jusqu’à privi­légier telle ou telle forme de folie - scientifi­quement reconnue (emboîtant ainsi le pas aux spécialistes de la question). Quant aux autres formes - celles qui ne sont capables que de manques, de maladresse, de mutisme -, on pré­fère les laisser croupir au fond des asiles - dans l’asile généralisé de l’espace quotidien.
Ceux qui se comparent à tel grand supplicié pour obtenir quelque admiration ou déférence ne sont que des littérateurs. Ceux qui trient dans la folle les aliments de leur théorie, ceux qui pra­tiquent le délire sans jamais risquer de s’y per­dre, ne sont que des procureurs. Ceux qui font des livres pour disséquer la détresse des autres ne sont que des marchands.
Le jour où la folie - et ce qu’elle agite - des­cendra dans la rue, ils n’auront pas le temps d’en abstraire ce qui leur convient.
A ceux qui jouent le rôle de la folie, il faut leur lancer à la figure qu’à la racine de la folie II y a l’angoisse - c’est-à-dire la souffrance -, on ne peut pas vouloir l’angoisse, on ne peut que vou­loir en sortir.
Je ne sais pas ce qu’est la folie, sinon juste­ment cette angoisse, ce décrochage, sinon qu’elle n’est pas de "l’autre côté", mais bien de ce côté-ci où nous sommes - à la limite de nos attitudes, de nos désirs -, qu’il n’y a pas de rupture entre ma possible folie - ma proche angoisse et ma révolte active -, il n’y a que cet effacement des repères, ces paysages nouveaux qui montent - là où, justement, se décomposent les valeurs et les formes : où éclate le "regard sur".
Nous avons tout à faire pour que ce qu’agite la folie sorte des lieux où on normalise pour se ré­pandre dans la vie. Entre autres, se débarrasser de l’esthétisme qui, au lieu d’enfermer dans les asiles, enferme dans des musées ou dans des marchandises. Mais si la deuxième mort des fous, c’est de les enfermer dans leurs éventuelles œuvres, un jour, avec tant d’autres, "la peinture de Van Gogh armée de fièvre et de bonne santé, reviendra pour jeter en l’air la poussière d’un monde en cage que son cœur ne pouvait plus supporter".

SEBASTIEN.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53