Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
De prison en prison
{Marge}, n°9, Décembre 1975-Janvier 1976, p. 3.
Article mis en ligne le 17 juillet 2013
dernière modification le 18 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

La prison on y va pourquoi ? Hé ! bien, parce qu’on a volé !e bien d’autrui, oui. Qu’on vous juge, des centaines de personnes sont présentes et vous regardent avec un instinct de vengeance, ils sont content car ils savent que vous allez en pren­dre plein les doigts, hé ! oui, ils jouissent d’avan­ce de vous voir enfermé dans une cellule 23 heu­res sur 24, mais ils ne savent pas pourquoi et pour quelle raison vous avez volé ce soit-disant Rupin qui jette l’argent par les fenêtres et que vous, vous n’avez pas cette chance. Ils ne savent pas aussi les misères que vous avez vécu étant jeune et les Noëls que vous n’avez pas eu, ça le jury ne le vous demande pas, eux ils sont payés pour vous juger, chose qu’ils n’ont pas le droit car un homme n’a pas le droit d’en juger un autre, mais ils le font quand même, si vous n’avez pas d’argent pour avoir un bon avocat vous êtes fou­tu oui, et ça on veut pas le comprendre, alors on vous nomme un avocat d’office qui se fout pas mal de votre affaire car lui aussi il est mal payé et rien que de savoir la minable paie qu’il recevra à la fin du mois, ça le met à plat d’avance, aussi à cause de ça il n’a guère envie de vous défendre si je vous le dis c’est par expérience, et si vous recommencez c’est par instinct de vengeance en­vers la Société car c’est à cause d’elle que vous en êtes arrivé là, en prison, et on croira que ça vous remettra dans le droit chemin, hé ! bien c’est pas vrai car une fois cette longue peine finie, ces jours interminables, cette liberté que vous attendez depuis longtemps vous ne l’aurez pas. Pourquoi ? Hé ! bien parce que, quand vous sortez de cet enfer vous avez la malheureuse som­me de 10 N.F. Qu’est-ce que vous allez faire avec ? Boire un coup au café du coin, un paquet de cigarettes, ensuite quoi : plus rien, vous ne sa­vez pas où coucher, où manger, que faites-vous ? Vous allez voir le juge d’instruction, vous lui expliquez votre cas, vous lui dites que vous n’avez pas d’argent pour aller retrouver votre famille ou ce qu’il en reste ? Le juge fera sem­blant de vous comprendre et il dira : "Je suis désolé, mais j’peux pas vous aider, ou alors il vous donnera 20 N.F. avec un sourire narquois qui lui donne l’air d’un brave salaud, et vous que faites-vous ? Hé ! bien, vous êtes dégoûté, aiors vous recommencez.

TORRECILLAS Jean-Marc.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53