Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Index des groupes, structures et organisations "maoïstes"
Article mis en ligne le 31 octobre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Cette recension ne se veut en rien exhaustive au regard du fourmillement de groupes au sein de la galaxie maoiste. Elle se concentre uniquement sur des groupes français.

L’Aube : Groupe né de l’éclatement de L’Éveil en 1976.

Groupe Babouchkine : Groupe né de l’éclatement de L’Éveil en 1976.

Centre Marxiste-Léniniste de France (CMLF) : Organisation née en mars 1965 et qui trouve son origine dans le Cercle de Clichy. Il entretient des liens avec le Parti du Travail d’Albanie et le Parti communiste de Belgique (prochinois) de Jacques Grippa. Son alignement sur la politique étrangère chinoise l’amène à soutenir De Gaulle aux élections présidentielles de 1965, au nom de l’anti-impérialisme. En 1966, la condamnation par Grippa de la révolution culturelle met le CMLF en porte-à-faux vis-à-vis de la Chine. Une scission semble intervenir à la même période qui donne naissance au groupe L’Étoile Rouge. À l’été 1968, une nouvelle scission intervient dans la région Rhône-Alpes qui donne naissance à un groupe qui publie Voix Populaire. Le CMLF disparaît peu après cette date.

Cercle d’étude maoïste : Groupe fondé à Lyon en juin 1971. Un ancien membre du comité central du Mouvement Communiste Français (MCF) semble en être à l’origine. Le groupe se dissout en 1974 et tente, sans succès, de rejoindre le Parti Communiste Révolutionnaire (PCR). En février 1978, d’anciens militants du cercle fondent l’Organisation maoïste.

Cercle de Clichy : Groupe né en 1964 et qui diffuse un Bulletin d’Information Marxiste-Léniniste.

Cercle Marxiste Léniniste de Bayonne : Groupe apparut en 1971 par des militants de Voix Prolétarienne. Il rejoint le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France (PCMLF) en 1974.

Collectif François Marty : Groupe créé en 1977 à l’intérieur du PCMLF. Aligné sur le courant pro-albanais, il entame un processus d’unification avec le groupe Combat Communiste en 1978-1979 qui échoue. Certains de ses membres participeront à la création du groupe L’Émancipation.

Combat Communiste : Groupe né en 1968 à l’initiative de militants du PCMLF et de l’Union des Jeunesses Communistes (marxiste-léniniste) (UJCml). Publie un journal, Combat Communiste, à partir de 1970. Proche de de la revue Bulletin International. Il participe au Collectif Marxiste-Léniniste National en 1973.

Combat Prolétarien : Groupe créé en 1975 à partir d’une scission du PCMLF à Strasbourg. Il disparaît en 1979 non sans avoir entretenu des contacts avec Combat Communiste.

Comité Dimitrov : Structure née en 1970, dont les membres sont issus de Ligne Rouge. Se disperse à la fin de l’année 1971.

Comité Joseph Staline : ?

Comité Pierre Sémard : Né en 1973. Semble participer au Collectif Marxiste Léniniste en 1974 avant de rejoindre L’Éveil en 1975.

L’Émancipation : Groupe fondé en juin 1979 par une scission du Collectif Marty.

L’Employé en Lutte : Groupe de base lié à Prolétaire Ligne Rouge. Semble avoir participé au Collectif Marxiste-Léniniste National en 1974 et avoir entretenu des liens avec Le Travailleurs entre 1974 et 1975.

L’Étoile Rouge : Trouve son origine dans le comité du PCMLF de Nancy à partir de juin 1971. Mis en marge de l’organisation vers 1972, le groupe ne s’autonomise formellement qu’à partir de 1973. Il publie un journal, Sentinelle Rouge, qui est diffusé clandestinement et un autre journal, légal, Étoile Rouge, à partir de septembre 1974.

L’Éveil : Journal apparût en 1973 et publié par le groupe "Nicolas Rivière". En 1974, ce dernier se transforme en Organisation communiste marxiste-léniniste L’Éveil. Suite à une campagne de "rectification" interne, le journal devient Le Nouvel Éveil en novembre 1974. Le groupe disparaît en 1976 sur la base de divergences internes.

Fédération des Cercles Marxistes Léniniste (FCML) : Rassemblement de plusieurs cercles de militants du PCF né en juillet 1964. Il diffuse un bulletin, Pour la défense du Marxisme-Léninisme, remplacé en février 1965 par L’Humanité Nouvelle. E, juin 1966, la fédération se transforme en Mouvement communiste français.

Front Rouge : Journal né en Octobre 1970, à l’initiative d’anciens membres du Comité Exécutif du PCMLF. EN Mars 1974, le groupe donne naissance au Parti Communiste Révolutionnaire (Marxiste-Léniniste).

Gauche Prolétarienne : Organisation née en Octobre 1968 après l’éclatement de l’UJCml. Au départ constituée de quelques dizaines de militants, elle se développe avec le ralliement de militants du Mouvement du 22 Mars et de groupes étudiants ou lycéens.

Gauche révolutionnaire : Tendance du PSU née en Juin 1970, elle se transforme en organisation après l’exclusion de ses militants en Juin 1972. En Février 1974, la majorité décide de rallier le PCMLF. La minorité refuse et donne naissance à la Gauche Marxiste-Léniniste.

Groupe Communiste Maoïste de Toulon : Créée en 1970 par d’anciens militants de L’Humanité Rouge.

Gauche Marxiste-Léniniste : Groupe fondé par la minorité de la Gauche Révolutionnaire après le ralliement de la plupart de militants de cette dernière au PCMLF. En Octobre 1974, un partie des militants rejoignent à leur tour le PCMLF tandis que les autres fusionne avec L’Éveil.

Gauche Marxiste-Léniniste Paris : Groupe fondé clandestinement en 1971 par d’anciens militants de Voix Prolétarienne. Il participe au Collectif Marxiste-Léniniste National de 1973 à 1974. En 1977, il fusionne avec Vive l’Internationalisme Prolétarien et se transforme en En Avant Prolétaire.

Groupe Révolutionnaire Maoiste Nantais : Né en 1969, diffuse un journal, Place au Peuple. Le groupe semble s’être entièrement fondu au sein de la Gauche Prolétarienne.

Ligne Rouge : Né de l’éclatement du Groupe Centre-Est, lui même fondé par d’anciens militants toulousains de la UJCml. Une partie des militants forme le Comité Norman Béthune et d’autres se rassemblent au sein de Ligne Rouge. Éclate en Février 1970.

Mouvement Communiste Français : Issu de la Fédération des Cercles Marxistes-Léninistes dont il est le prolongement. Se transforme en Décembre 1967 en Parti Communiste Marxiste-Léniniste de France (PCMLF).

Organisation Cause du Peuple : Créée par d’anciens militants de la GP qui refusent la dissolution. Elle diffuse à partir de Novembre 1974, une nouvelle série de La Cause du Peuple. En Avril-Mai 1978, malgré l’émiettement de ses forces militants, le groupe se transforme en Organisation pour la reconstruction du Parti Communiste de France.

Organisation Communiste Bolchevik : Née à la fin de l’année 1976, à l’initiative d’anciens militants de L’Éveil. Le groupe semble avoir rompu avec le « maoïsme ».

Organisation Communiste Gauche Ouvrière et Paysanne : Née en Octobre 1975 de la fusion du Parti Démocratique d’Unité Populaire et de Pour le Communisme (Gauche Ouvrière et Paysanne), deux scissions du PSU intervenue en 1972-1973. Elle fusionne avec l’Organisation Communiste Révolution ! pour donner naissance à l’Organisation Communiste des Travailleurs (OCT).

Organisation Communiste Marxiste-Léniniste Bordeaux : Nouveau nom à partir d’Octobre 1973 du Groupe Communiste Marxiste-Léniniste. Ce groupe se disperse en 1975, une partie de ces militants rejoignant L’Éveil et d’autres L’Humanité Rouge.

Organisation Communiste Marxiste Léniniste Eugène Varlin : Groupe issu de l’éclatement de L’Éveil en 1976.

Organisation Communiste "Voix d’Octobre" : Participe au Collectif Marxiste Léniniste National en 1973-1974.

Organisation pour la Reconstitution du Parti Communiste de France (Marxiste-Léniniste) : Groupe né en 1978. Il fait paraître une revue, Question actuelles du Communisme.

Organisation pour la Reconstruction du Parti Communiste de France : Groupe issu du PCMLF. D’abord proche de Front Rouge, il se rapproche à nouveau pendant quelques mois du PCMLF avant de prendre à nouveau ses distances en 1976. Il publie le journal En avant. Une partie des ex-militants de La Cause du Peuple le rejoigne après la dissolution de leur organisation. En mars 1979, l’ORPCF devient le Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)

Oser lutter : Groupe né clandestinement en 1966 à l’initiative de militants du PCF. Rejoint par des militants de l’UJCml en 1968, il finit par s’autodissoudre en 1972 après s’être successivement rapproché de VLR puis de la GP.

Parti Communiste Marxiste Léniniste de France : Fondé lors du congrès de Puyricard en Décembre 1967 par des militants du MCF. Dissous en Juin 1968, le parti fait le choix de la clandestinité, poursuivant la diffusion de son journal, L’Humanité Nouvelle, ainsi que de sa revue théorique, Cahier Rouge. En Février 1969, rejoint par des militants de l’UJCml, L’Humanité Nouvelle devient L’Humanité Rouge. En 1970, le PCMLF connaît plusieurs crises et départs. Ceux-ci sont contrebalancés par plusieurs ralliements : de groupes du Travailleur entre 1973 et 1974, de militants de la Gauche Révolutionnaire en Juin 1974 ainsi que de groupes locaux. En Septembre 1978, le parti sort de la clandestinité et tente de fusionner avec le PCR(ml), sans succès.

Parti Communiste Révolutionnaire (Marxiste-Léniniste) : Organisaiton née en Mars 1974 à l’initiative de Front Rouge. Le PCR(ml) publie un mensuel, Front Rouge, et un quotidien, Le Quotidien du Peuple. Il présente une candidature aux élections présidentielles de 1974. Il tente de se rapprocher de la GOP puis de l’OCT en vue d’une fusion mais sans succès. En 1980, un rapprochement intervient entre le PCR et le PCMLF, les deux organisations assurant brièvement en commun la publication du Quotidien du Peuple.

Pour l’Internationale Prolétarienne : Groupe fondé en 1978.

Le Prolétaire Communiste : Groupe apparût dans le prolongement de l’éclatement de L’Éveil.

Le Prolétaire Ligne Rouge : Groupe impulsé par d’anciens militants de Ligne Rouge. Diffuse un journal, Ligne Rouge. Semble s’être rallié à L’Éveil.

Rennes Révolutionnaire - Drapeau Rouge : Groupe né à l’initiative de militants de L’Humanité Rouge et d’anciens de l’UJCml.

Sklerijenn : Groupe né à la fin de l’année 1974. Rejoint le PCMLF en 1975 (Juin ?)

Le Travailleur : Nom du journal publié par ce qui deviendra, après Février 1970, une scission du PCMLF.

Union des Communistes de France Marxiste-Léniniste : Groupe fondé clandestinement à l’initiative de militants du PSU dont Alain Badiou en 1969 et apparut publiquement en 1970.

Union des Jeunesses Communistes (Marxiste-Léniniste) : Organisation née en 1966 à l’initiative du cercle d’Ulm de l’Union des Étudiants Communistes (UEC). Après Mai, l’organisation éclate en plusieurs factions (Lyon, Toulouse, ...)

Union Marxiste-Léniniste : Groupe né dans la région bordelaise en 1972. Membre du Collectif Marxiste-Léniniste National.

Vive L’Internationalisme Prolétarien : Groupe né en 1975. Fusionne en 1977 avec le Groupe Marxiste-Léniniste de Paris.

Vive le Communisme - Vive la Révolution : Groupe né suite à l’émiettement de l’UJCml à la fin de l’été 1968. Diffuse à partir de décembre 1968 le journal Vive le Communisme. Lui succède Vive la Révolution à partir de novembre de l’année suivante. En Septembre 1970, VLR lance un nouveau journal, baptisé Tout. Le groupe se dissout en Avril 1971.

Voie Prolétarienne : Né de l’union entre le Cercle Catherine Armand et le groupe Voix Prolétarienne. Diffuse le journal Pour le Parti ainsi qu’une revue théorique, La Cause du Communisme.

Voix Populaire : Groupe né en 1968 dans la région lyonnaise. Diffuse un journal Voix Populaire.

Voix Prolétarienne : Groupe née de la fusion entre Voix Populaire et des d’ex-militants de LÉveil.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53