Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Vive l’armée rouge !
{Le Communiste}, n°5, 2e année, 8 Août 1920
Article mis en ligne le 7 novembre 2013
dernière modification le 28 octobre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

A lire les communiqués des journaux bourgeois, toute cette dernière quinzaine, l’on sent l’affolement dans lequel ils tiennent les succès des bolchéviks.
Comment... la barrière que l’or prolétarien drainé dans nos pays alliés ne suffirait pas à créer et à maintenir cet État tampon qu’on s’était plu en haut lieu d’organiser en Pologne ? Les braves troupes polonaises recrutées dans le monde entier, et qu’on a organisées et armées en France ; ces braves soldats catholiques pratiquants qu’on conduisait à la messe comme des troupeaux, ne tiennent pas devant la marée rouge !...
Pauvres hommes qu’on berne et qu’on mène à l’abattoir pour que de riches boyards continuent à exploiter les masses paysannes et prolétariennes de ce malheureux pays.
Ah ! Le sabre et le goupillon ont, dans cette Pologne martyre, bien travaillé pour le ciel des riches et des puissants !
Qu’importe à nos gouvernants, à nos banquiers, juifs ou catholiques, protestants ou francs-maçons, que le sang de milliers, de centaines de mille jeunes hommes coule sur les champs de boucherie ! Pourvu que, derrière ces massacres inutiles, l’on puisse rassurer la bourgeoisie que la révolution russe offense !
Calmez-vous bourgeois, rois fainéants modernes, malgré
toutes les difficultés, les barrières, les calomnies, l’or distribué aux consciences viles, la révolution fait son chemin.
Elle va à pas de géants, pénétrant partout, dans les plus humbles foyers, où elle éclaire les âmes, malgré votre presse infâme.
Eh oui, que vous le vouliez ou non, tout l’or du monde ne fera taire le principe d’égalité qui domine la Révo­lution : "Celui qui veut manger, doit travailler".
A la porte, les oisifs ! voilà assez longtemps que le monde des travailleurs vous nourrit à ne rien faire qu’à montrer votre vie inutile et stérile aux dépens des crève-la-faim.
Ceux-ci en ont assez, et tous vos coupons de rente internationaux n’empêcheront pas l’inéluctable débâcle de votre civilisation.
Elle a assez duré votre civilisation de vols de concessions, de lâchetés, d’intrigues, de crimes. La vérité cachée sous les fausses idoles, sous les stupidités, sous l’éducation châtrée que vous nous donnez parcimonieusement, se dégage et se montre à nous, comme elle est nue et sans voiles ". Notre idéal s’éclaire de sa blanche nudité et tous les sophismes, toutes les calomnies n’empêcheront pas que les Russes, qui à Brest-Litowsk, en 1917, conclurent une paix sous le sabre impérial du hideux militarisme, sauront, grâce à leur armée, imposer aux lâches et aux assassins qui nous gouvernent, la paix des peuples. Vive l’armée Rouge !

FLOTTES.

P.S. :

Texte publié dans le Recueil de textes du Parti Communiste de France (1919) par la revue Invariance. Pour tout renseignement concernant ces textes, leur origine, leur contenu, nous vous invitons à prendre contact avec Jacques Camatte.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53