Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Réponse à cette lettre, par un camarade de Lyon, signataire du texte sur l’Histoire-Géo
{Archinoir}, N°2, - s.d., p. 43-44.
Article mis en ligne le 20 novembre 2013
dernière modification le 19 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

A propos de ta lettre à Archinoir du 4 juin 69 (je ne l’ai eue entre les mains que ces jours-ci. Je suis un dos auteurs du texte sur l’histoire et géographie. Nous ne faisons pas partie des gens qui publient Archinoir. Nous avons d’abord publié ce texte à Lyon et nous l’avons mis en circulation parmi les étudiants et les professeurs d’Histoire et géographie de la Fac de Lyon ; il avait donc un caractère de provocation et nous ne lui assignions pas la fonction d’un "texte-paraissant-dans-une-revue". Il devait être publié dans Archinoir en tant que document ; évidemment ces informations manquaient dans Archinoir).
Ta lettre contient principalement une critique linguistique de notre texte (et d’Archinoir tout entier). Cette critique semble au premier abord assez efficace politiquement. En effet, grâce à l’utilisation de tes connaissances sur la transmission de l’information, tu arrives très aisément à démontrer le caractère ésotérique de ces publications. Notamment tu montres bien les mécanismes qui opèrent la sélection des intellectuels gauchistes initiés.
En arrière plan de cette analyse (qui est technique et non critique) tu opères une critique politique de cet ésotérisme : "contexte étudiant presque exclusif”, "cloisonnement de la fraction révolutionnaire de la société actuelle" qui "introduit la séparation que vous combattez", Utilisation "dé classe", des mot s à pluralité de sens... Finalement tu découvres que les auteurs de ces textes ont un comportement linguistique de gens appartenant au groupe social de "ceux qui savent". Et arrivé là dans tes constatations tu proposes encore des solutions techniques pour transformer ce comportement linguistique. Cette solution technique tu la présentes dans un emballage linguistique "révolutionnaire" ; "méthodologie du discours anarchiste" ou mieux "révolution" de la langue qui selon toi semble produire la "langue de révolution" (comme ça... indépendamment de la révolution elle-même). Mais ça n’est pourtant pas un hasard si ce que tu appelles "la fraction révolutionnaire de la société actuelle" (???) . a un comportement linguistique réactionnaire... Les intellectuels gauchistes font effectivement partie de la classe de "ceux qui savent" ; ton analyse a le mérite (non explicite) de le démontrer une fois de plus. Et c’est bien le problème : ton analyse ne fait pas un pas vers une résolution de cette "contradiction".
Si tu considérais un instant la production des phénomènes que tu décris, tu parviendrais à échapper au carcan de la linguistique. En effet les sciences et les techniques d’information, en tant qu’activités spécialisées, empêchent toute considération des phénomènes dans leur ensemble, toute conscience de classe (du point de vue du moteur historique de leur transformation. Les sciences et techniques d’information n’apparaissent pas dans la société capitaliste pour permettre aux révolutionnaires de parler, mais au pouvoir. A un moment où le discours idéologique, moral, bourgeois devient une entrave au développement des forces productives, apparaissent les planificateurs du langage.
Je sais bien (c’est d’ailleurs peut être pour cela que je t’écris) que la linguistique (comme la psychanalyse) présente un grand attrait ; c’est un instrument qui semble efficace et politique. Je ne prétends pas résoudre le problème de son dépassement politique mais seulement le poser alors qu’il semble t’échapper,
Ta lettre se termine par "fraternellement quand même" ; j’ai l’impression que tu as voulu exprimer --- comme un remord d’avoir été "agressif", et dire que "quand même" c’est un mouvement de "sympathie" qui t’a poussé à écrire cette lettre. C’est dire que malgré les tentatives que tu fais pour que le sens objectif de ta lettre soit sans ambiguïté, peut-être tu as voulu écrire "autre chose"... Moi aussi, sans doute...




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53