Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Le détournement des murs
{Archinoir}, N°2, - s.d., p. 56-57.
Article mis en ligne le 28 novembre 2013
dernière modification le 24 novembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

I - Exemple - Dans le système féodal, la classe seigneuriale exerçait le pouvoir dans ses structures, mais aussi dans ses châteaux-forts, qui en étaient le symbole.
Pour dépasser le système il a fallu non seulement modifier certains rapports (production, travail, etc.,.) mais aussi détruire les enceintes fortifiées ou les abandonner car elles ne correspondaient pas aux nouvelles structures.

II - Aujourd’hui le pouvoir s’exerce toujours dans ses structures et dans les murs construits pour les recevoir donc qui en sont le reflet (Ex : mille portes de valets avant d’arriver au saint des saints directorial)

murs des bureaucraties fonctionnelle du pouvoir - mairies préfectures, ministères, assemblées, Sénat, Elysée...

murs de la répression - gendarmeries, polices, prisons. . . palais de justice - cours correctionnelles et d’assises.

murs de l’idéologie - théâtres, cinémas, maisons de l’endoctrinement.

La culture, écoles, lycées, facultés,- maisons de la radie, maisons de presses, églises.....

murs de la production, usines

murs de la passivité - monument d’art monuments aux morts, cimetières,

murs de la distribution grands magasins, petits magasins intermédiaires de toutes sortes

murs de la misère quotidienne, villas, H.L.M. et toutes constructions d’habitation.

Le pouvoir utilise ces murs - il les protège par des lois. Il s’agira de les utiliser différemment sinon de les détruire.
Le détournement des murs c’est :

  • 1 - montrer que le pouvoir s’exerce selon un découpage de l’espace correspondant à son idéologie (ex : urbanisme, etc. . .)
    -*2 - en faire un usage autre que celui voulu par le pouvoir (abriter ses bureaucraties et...)
  • 3 - lutter directement contre le pouvoir.

    III - 1 - les murs sont protégés (interdiction d’afficher, de ” ”)
    2 - sanctions pénales contre les auteurs de graffitis.
    3 - Il y a donc bien lutte puisque d’un côté le pouvoir défend ses propres expressions et que d’un autre côté il est agressé (par des révolutionnaires ou non)

    IV - Mais il ne faut pas croire que tout ce qui est écrit sur les murs est révolutionnaire (ou même subversif) - la raison est que certains n’ont rien compris puisque l’on trouve même des inscriptions pour de Gaulle ou Pompidou ou Nicoud, ou Mao.
    Il ne faut pas confondre le détournement des murs dont la lutte contre le pouvoir (information accusation, formules humouristiques, qui sont révolutionnaires) avec la propagande idéologique (qu’elle soit gaulliste, royaliste, maoïste, trotskyste ou anarchiste).

    V - Écrire des slogans -(nouveaux ou reprendre des anciens) ne sert qu’à
    créer de nouveaux mythes des symboles - des formulée creuses n’ont jamais rien expliqué ni servi à rien et si l’on est pas capable décrire quelque chose il vaut mieux balancer un sac de peinture/de merde sur les murs.
    D’abord ça évite de dire des conneries et ensuite c’est plus emmerdant à enlever.

    VI - Ce texte ne traite que du détournement des murs.

    (rappel Archinoir n° 1 détournement des bandes <dessinées)




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53