Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Objecteurs de Conscience
{Le Gauchiste}, n°1, Décembre 1968, p. 20.
Article mis en ligne le 26 mars 2014
dernière modification le 12 mars 2014

par ArchivesAutonomies

6 civils jugés par un tribunal militaire

  • Art. 3. - "La mise en garde consiste en certaines mesures propres à assurer la liberté d’action du Gouvernement".
  • Art. 4. - "La mobilisation et la mise en garde sont décidées par des décrets pris en conseil des ministres".
  • Art. 39. - "Les assujettis au service de défense ;sont assimilés aux militaires et sont justiciables de la juridiction militaire".

    Sans le savoir, nous sommes tous embrigadés, car cette ordonnance soumet tout citoyen homme ou femme entre 18 et 50 ans à l’autorité militaire, en temps de paix, comme en temps de guerre.
    Un premier procès non contesté légalise les suivants. L’État acquiert une arme efficace pour déplacer la main-d’oeuvre, contrôler un secteur de la vie nationale, briser une grève. Nous pourrons être considérés comme déserteur et relevant du Tribunal
    Militaire lorsque, placés sous statut de défense, nous refuserons d’accomplir notre travail, abandonnerons notre poste sans autorisation ... (art. 9).
    Face à cette militarisation générale de la nation, des amis ont refusé de signer leur affectation individuelle de défense, renvoyé leur livret militaire, refusé la part de leurs impôts qui correspond au budget militaire.
    De plus, 22 objecteurs de conscience sont actuellement en grève et demandent la suppression des tribun aux militaires pour les civils.