Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Point de vue international sur les luttes
{Camarades}, n°1, Avril-Mai 1976, p. 36.
Article mis en ligne le 10 janvier 2014
dernière modification le 9 janvier 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

A LIRE, A DISCUTER

États-Unis : L’autre tradition du mou­vement noir américain

En raison du manque de place, la paru­tion d’un article consacré aux luttes des ouvriers noirs aux États-Unis est reporté à la prochaine livraison de "Camarades". Nous avons tenu cependant à en faire dès à présent une brève présentation. Traduit du livre "I do moind dying : Detroit a study in urban révolution", ce texte décrit l’his­toire des organisations autonomes dont se sont dotés, à partir de 1967, les ouvriers noirs des usines de l’automobile à Détroit.
Les DRUM (Dodge Revolutionary Unity Mouvement), les FRUM (Ford Revolutiona­ry Unity Mouvement) ou encore les ELRUM (Elton Plant Unity Revolutionary Mouvement), après toute une série de grèves sau­vages entre 1967 et 1973, qui secouèrent durement la bureaucratie syndicale, for­mèrent, en fusionnant, le "black league of revolutionary workers". Bien que cen­trés sur l’usine, ils ont pesé d’un poids non négligeable dans toutes les luttes de cette période contre le racisme et la répression que subit, dans les quartiers, la communau­té noire : en luttant ouvertement contre la police ou encore en faisant paraître, de 1968 à 1971, un quotidien (Inner city voice), tiré et vendu à plus de 60.000 exem­plaires. Encore mal connues en Europe, leurs luttes représentent une expérience aussi importante, sinon peut-être plus, que celle des "black panthers".
Sur ce sujet, on signalera l’article d* Manuel Castells, La crise urbaine aux États- Unis : vers la barbarie ? Temps Modernes, n° 355, février 1976. Il y a une foule de références citées dont le livre de Georgakas et Surkin. A lire comme point de départ utile pour la discussion. Il manque dans l’analyse de Castells la liaison de ces luttes urbaines sur le terrain du salaire indirect, avec les luttes ouvrières dont il ne dit rien.
Dans ce sens on lira une nouvelle revue, ZEROWORK, publiée à New-York par des camarades. On aura l’occasion d’en repar­ler, voire de traduire des articles pour accompagner le dossier USA.
ZERO WORK Political Materials. Le Collectif d’édition est formé de Goerge CAFFENTZIS, Paolo CARPIGNANO, Wil­liam CLEAVER, Peter LINEABAUGH, Mario MONTANO, Bruno RAMIREZ, Leoncio SCHAEDEL, Peter TAYLOR.
Le numéro 1 contient : P. Carpignago - "U.S. Qass Composition in the Sixties". M. Montano - "Notes on the International Crisis", P. Leneabaugh et B. Ramirez - "Crisis in the Auto Sector". P. Taylor - "The Sons of Bitches Just won’t Work". W. Cleaver - "Wild cats in the Appalachian Coal Fields". G. Caffentzis - "Throwing Away the Ladder : the Universities in the Crisis". B. Ramirez - "The Working Class Struggle Against the Crisis : Self- Reduction of Prices in Italy". Un bilan des luttes sur le terrain social au cours des années 60, la crise aux États-Unis, le sec­teur de l’automobile, le refus du travail, les grèves sauvages dans les mines de charbon des Appalaches, la crise dans les universi­tés...
Abonnement : 2 dollars 5 le numéro (2 dollars pour plus de 10) - 7 dollars pour trois numéros. Adresse : ZEROWORK - 292 Warren Street, Brooklyn, New-York.
A lire également sur les États-Unis : Paolo Carpignano, Disoccupazione mode in USA (Chômage made in USA), in La Critica Sociologica, n° 35, automne 75, Roma.

Allemagne

La revue AUTONOMIE Materialien gegen die Fabrikgesellschaft a publié un numéro 2 depuis son premier numéro en octobre 75. Adresse : Autonomie - c/o Trikont-Verlag, 8 München 80, Josephsburg- str. 16, tél. (89) 43 38 74.

URSS</p<

Moshe LEWIN, L’État et les classes so­ciales en URSS 1929-33, in Actes de la Re­cherche en sciences sociales, 54 boulevard Raspail, 75270 Paris. L’article est sans doute l’un des premiers articles intéressant parus en français en l’URSS et la lutte de classe durant la période stalinienne. Il manque à l’auteur des vues synthétiques, et un point de vue résolument ouvrier. Pour cet aspect on renverra aux deux ouvrages de Rita de Léo Operai e sistemo sovietico (Ouvriers et système soviétique) La terza Bari, 1970, et Operai e fabbrica in Unione Sovietica, de Donato, Bari, 73.
Mais l’article de Lewin fourmille de don­nées, et son sain empirisme sociologique lui permet d’apercevoir ce qui échappe à l’énor­me appareil conceptuel de Bettelheim (Les Luttes de Classes en URSS) : la lutte de la classe ouvrière soviétique, c’est-à-dire l’essentiel. Bref Lewin, fournit une saine antidote aussi bien contre les contes ennu­yeux des professeurs de "matérialisme historique", que contre les croisades douteuses des chevaliers du Goulag. En ce sens il est une meilleure réponse à La cuisinière et le mangeur d’hommes de Glucksmann, que le texte de Rancière La bergère au Gou­lag paru dans Révoltes Logiques.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53