Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Bretagne : Bilan du FASAB
{Camarades}, n°2, Été 1976, p. 58-59.
Article mis en ligne le 16 décembre 2013

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Après huit mois d’existence du F.A.S.A.B., le temps est venu d’établir un bilan.
Fondé le 28 septembre 1975, le F.A.S.A.B. a vu dès octobre s’abattre massivement la répression due au fait de la peur monstrueuse qu’inspirait au pouvoir son seul NOM : huit emprisonnements et inculpations (s’ajoutant à trois camarades arrêtés auparavant), une dizaine de garde à vue, une centaine de perquisitions chez les mili­tants. Bien qu’il reste encore un camarade, PIERRE LOQUET, en prison, cette répression a totalement échoué dans sa tentative d’intimidation - il n’est qu’à songer au cortège d’usine qui suivit Chirac lors de sa visite à l’usine Olida de Loudéac aux cris de "Libérez nos camara­des" - malgré le peu d’intérêt des milieux gauchistes prompts à se passionner par exemple pour les comités de soldats mais pas pour les Corses ou les Bretons, inca­pables qu’ils sont de voir que détruire la nation est, au même titre que détruire l’armée, une action visant à abolir l’État.
Le succès du F.A.S.A.B. se manifeste par le fait que, d’un cartel assez hétérogène d’organisations, il est en passe de devenir un "Front" unifié sur la base d’adhésions individuelles. Front ne voudra donc plus dire cartel mais, en opposition au parti auto-proclamé régi par le centralisme démocratique, un Front c’est aussi une pratique de rassemblement, un processus, une dynamique d’unité, de solidarité contre la dispersion, la division, la groupuscularisation et l’isolement, qui caractérise tous les autres mouvements bretons. Dans cette perspec­tive, il semble exclu pour le F.A.S.A.B. de faire de l’électoralisme comme les national-réformistes de l’U.D.B., ou de créer un nouveau « parti breton » selon le fantasme de la vieille droite.
Le F.A.S.A.B. entend donner aux mots Front autono­miste tout leur contenu, en les clarifiant au maximum.
Front, c’est à dire ni parti, ni syndicat, mais organisa­tion d’un type nouveau, autonomiste, non seulement au sens d’un "statut spécial" pour la Bretagne (que le P.S. va même jusqu’à promettre avec mille réserves) mais aussi au sens d’autonomie prolétarienne (en enten­dant par ce dernier mot non seulement les ouvriers mais aussi les scolarisés, les chômeurs, les employés proléta­risés et surtout en Bretagne les paysans-travailleurs et les pêcheurs).
D’autre part l’autonomisme, dans un pays frappé par le sous-emploi et l’émigration, pose directement le pro­blème du revenu garanti (au slogan réformiste "Vivre et travailler au pays" nous opposons celui de "Vivre au pays et non survivre"), de la gratuité (cf les grèves des garages de Lorient avec réparations gratuites, le refus du péage au pont géant de St Nazaire, etc...), de la réap­propriation à tous les niveaux (de l’espace - contre les centrales nucléaires, la privatisation des rivages - comme des biens.) Une telle problématique n’est d’ailleurs pas nouvelle en Bretagne à Nantes et St Nazaire, elle s’appuie sur toute une tradition anarcho-syndicaliste.
Cet autonomisme est inséparable de la revendication de la NATIONALITÉ bretonne contre l’universalisme abstrait soi-disant prolétarien et en réalité subsumé par la bureaucratie. D’où le pivot central qu’est la lutte pour Nantes et St Nazaire en Bretagne, unité qui casse les bureaucraties syndicales et l’aménagement du territoire. Lors de la "Fête de l’unité" à Nantes le 25 Avril dernier, 5000 manifestants l’ont affirmé avec force dans la cour du château des Ducs de Bretagne puis dans les rues.
L’alliance du prolétariat de Nantes-St Nazaire avec celui des usines décentralisées en Bretagne et avec les paysans-travailleurs dont les luttes sont parfois même plus directement communistes que celles des ouvriers, fait de la Bretagne un des points faibles du capital dans l’hexagone. Concrétiser cette alliance au niveau pratique et théorique, tel est le rôle du FASAB ; celui-ci après une année de pratique commune, devrait s’instituer définitivement comme organisation à la suite d’un STAGE cet été qui clarifiera tous les points évoqués ici, et bien d’autres... Les camarades qui voudraient y participer, notamment parmi les bretons émigrés, n’ont qu’à le faire savoir à "Camarade" qui transmettra. (On peut aussi se procurer sur demande une "Présentation du FASAB" dans le No 4 de "Camarade", ancienne série).




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53