Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Tract du Foyer Romain Rolland de Saint-Denis
{Camarades}, n°1, Avril-Mai 1976, p. 38.
Article mis en ligne le 10 janvier 2014

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

Après les négociations-bidon avec la di­rection de la Sonacotra, et après l’assem­blée générale du lundi 15, les camarades du foyer ont montré qu’ils ne sont pas d’accord avec les propositions de la Sonacotra. Nous aussi les délégués nous les avons refusées. NOUS AVONS TOUS LA MÊME IDÉE, LA MÊME PENSÉE.

Camarades,
nous sommes 11 nationalités dans ce foyer. Grâce à notre unité, on est arrivé à comprendre notre intérêt, l’intérêt de tous les camarades.

POURQUOI FAISONS-NOUS LA GREVE DEPUIS JANVIER 1975 ?

  • 1. le loyer est trop cher pour une petite chambre de 6 m2, avec une cloison de contreplaqué. 270 F pour une cage à lapin, c’est trop !
  • 2. contre le règlement intérieur qui empri­sonne les ouvriers dans le foyer.
  • 3. contre le gérant raciste et provocateur.
  • 4. pour le statut de locataire car on veut être libre comme les autres locataires en France.
  • 5. pour avoir un téléphone public et pouvoir téléphoner quand on veut, surtout la nuit, par exempter quand un camarade est malade.

    et pour les autres améliorations dont on a besoin.

    Depuis l’assemblée générale du 31 jan­vier 1975, TOUS, nous avons compris pour­quoi nous luttons : POUR GAGNER TOUS NOS DROITS EN FRANCE.
    Mais notre lutte, nos revendications, ne concernent pas uniquement R. Rolland, mais TOUS LES FOYERS SONACOTRA. Maintenant 40 foyers sont en grève dans la France et nous, les résidents de R. Rolland, nous sommes d’accord avec le programme du Comité de Coordination. IL EST LE SEUL VRAI REPRÉSENTANT DE LA LUTTE DES OUVRIERS DES FOYERS SONACOTRA.
    C’est pour cette raison que la CGT l’attaque et a créé un comité bidon du dé­partement de la Seine-St-Denis (qui repré­sente 2 foyers seulement !...) et qu’elle essaye de casser la grève foyer par foyer.
    Les manoeuvres de division de la CGT ont commencé au foyer Allende de St-De­nis ; elle a cassé la grève en novembre 75 dans ce foyer. Les camarades résidents de Allende ont commencé la grève en sep­tembre 74 contre l’augmentation du loyer. La réalité en novembre 75 : les délégués ont accepté les augmentations.
    La CGT a continué ses manoeuvres de division : pour 2 foyers qui ont signé avec la Sonacotra, le PCF et la CGT ont fait une grande propagande PARTOUT, dans leurs journaux, dans des tracts qu’ils ont distri­bués dans les usines et dans les foyers. Ils crient partout qu’ils ont remporté la vic­toire.
    Mais nous, nous regardons la réalité ; nous voyons qu’ils ont gagné un balai, une serpillére et le lavage des draps tous les 15 jours.
    Le PCF, la CGT et l’Amicale des Algé­riens ont oublié les PRINCIPALES REVENDICATIONS dont les résidents ont besoin :

  • 1. la diminution du loyer
  • 2.le changement du règlement intérieur, la liberté complète de visite et le statut de locataire
  • 3. le renvoi des gérants racistes et provo­cateurs.

    En fait, ce qu’ils veulent, c’est autre chose : des sortes de comités d’entreprise, un peu comme dans les usines, avec des délégués toujours fourrés dans le bureau du gérant pour discuter sur les chaises cassées et des pots de fleurs dans le hall.
    MAINTENANT TOUT EST CLAIR, ON VOIT BIEN QUI EST AVEC NOUS, QUI EST CONTRE NOUS.
    CEUX QUI SONT AVEC NOUS, ce sont les autres camarades des foyers grévistes, le Comité de Coordination et si on se donne la peine d’aller discuter avec eux, on est sûr de trouver beaucoup d’ouvriers qui marcheront avec nous jusqu’au bout.
    CEUX QUI SONT CONTRE NOUS : le PCF, la CGT et les autres organisations complices comme l’Amicale des Algériens.
    L’Amicale dit qu’elle soutient les ouvriers algériens, mais en réalité elle essaye de nous diviser pour casser notre mouve­ment.
    Si l’Amicale continue son travail comme ça, nous, les résidents de R. Rolland, nous sommes prêts à signer une lettre et à l’envo­yer en Algérie. Nous avons besoin d’un VRAI SOUTIEN, qui soutient TOUTES nos revendications et NOTRE Comité de Coor­dination. Nous n’avons pas besoin d’un sou­tien de diviseurs entre nationalités.
    Avant qu’on déclenche la grève, l’Ami­cale, le PCF et la CGT sont au courant de notre situation. Ils n’ont jamais lutté contre la Sonacotra. La mairie de St-Denis veut nous chasser de St-Denis, elle ne veut pas accepter plus de 9 % des ouvriers immigrés à St-Denis.
    Aujourd’hui on a commencé à lutter pour nos droits, ils sont contre nous.
    C’est grâce à notre grève, grâce à notre mouvement qu’on a compris qui est avec nous, qui est*contre nous.
    Si nous étions restés les yeux fermés et les bras croisés, on n’aurait jamais compris et on serait restés toujours trompés.
    C’EST POUR CELA QUE MAINTENANT CHACUN DE NOUS, CHAQUE RÉSIDENT, DOIT PRENDRE SA RESPON­SABILITÉ, DOIT S’ORGANISER DANS LES ÉTAGES, DOIT DISCUTER SUR NOS REVENDICATIONS. DOIT CONSOLIDER NOTRE LUTTE.
    La Sonacotra prépare ses attaques.
    Nous, nous devons préparer la contre- attaque. MAIS COMMENT ?
    Nous pensons que chaque résident doit donner son avis sur ces questions, comment préparer la contre-attaque, comment gagner sur nos revendications ? Comment organiser un fort soutien de l’extérieur avec ceux qui ont les mêmes intérêts que nous ?
    La Sonacotra, elle a la justice avec elle, la police, l’argent.
    Nous, IL NOUS FAUT une conscience politique ouvrière ; il faut qu’on discute tous ensemble, qu’on se mette d’accord.
    On a besoin que TOUS les camarades avancent, prennent leur responsabilité et s’organisent.
    NOUS VOUS PROPOSONS POUR CELA :

  • de faire des réunions étage par étage POUR DISCUTER TOUS LES PROBLE­MES, car l’A.G. c’est surtout pour les in­formations et les décisions.
  • et que tous ceux qui sont d’accord avec nous, fassent la réunion avec les délégués.

    POUR QU’ON COMPRENNE ET QU’ON ORGANISE LA CONTRE-ATTAQUE, TOUS ENSEMBLE.

  • A bas les logements spéciaux pour les ouvriers immigrés.
  • Vive l’Unité des ouvriers de toutes les nationalités.
  • Main dans la main, on vaincra !</p<

    St-Denis, 20 décembre 1975
    Le Comité des résidents




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53