Commune de Paris (1871)

vendredi 18 mars 2016

Comment laisser passer un tel anniversaire, sans pour autant tomber dans un certain culte de la charogne ? Nous ne nous appesantirons pas sur la semaine sanglante, le cannibalisme de la contre-révolution, le point d’orgue de la répression qui ne peut advenir que lorsque les prolétaires se décidant à monter à l’assaut du ciel, se révèlent être les moins forts.
Ce qui nous importe dans ce 18 mars c’est cette orgueilleuse affirmation de la fraternité humaine, ce désir enfin réalisé de la possibilité de l’émergence d’un monde nouveau, débarrassé de la misère humaine et donc des bourgeois et autres salopards à leur service toujours prompts à exploiter, massacrer leur prochain pour de misérables, méprisables, égoïstes profits : "l’exécution fut aussi folle que l’idée" (Lissagaray). Soyons fous, encore et toujours !
C’est ainsi qu’après avoir mis en ligne les authentiques Journaux officiels de la Commune de Paris dans leurs éditions du matin et du soir, les Procès-verbaux des séances de la Commune de Paris, quelques journaux comme le Tribun du Peuple, le Père Duchêne, le Cri du Peuple, nous proposons aux passionnés de cette aube nouvelle, pleine d’espérance, trois autres petits journaux :

Le Fils du Père Duchêne

Le Père Fouettard

L’Ami du Peuple



Toutes les brèves du site